• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • mars 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Appel pour un hameau de 20 foyers du haut pays sherpa Thameteng

Posté par cercletibetverite le 4 mai 2015

03/05/15 | 11 h 41 min  

Appel pour un hameau de 20 foyers du haut pays sherpa Thameteng

thameteng3

Bonjour à tous,
Les appels se multiplient pour secourir le Népal.
Dans ces circonstances dramatiques, les réseaux d’amitié et de confiance qui se sont élaborés au Népal, au fil du temps, sont précieux.
Voici l’appel que je privilégie pour que Mingma,  jeune médecin sherpa, puisse aider la vingtaine  de familles de son hameau, dans la haute Vallée de l’Everest au Népal,  hameau éloigné de tout et et qui ne recevra  aucune aide extérieure avant longtemps, comme bien d’autres villages, il est vrai …
Je lui fais bien sûr complètement confiance.
 
Pourquoi  relayer plus spécialement cet appel ?
 
Parce que Mingma  et Nouru, dont je vous parle ci-dessous, sont  les  deux  enfants  sherpas  dont je me suis occupée depuis la disparition de leur père en 1998.

Ils avaient 8 et 6 ans.

Mingma  m’envoie donc  les photos  de  Thameteng, son village, qu’il découvre  pratiquement détruit! 
Il m’appelle  » Au secours »  
thameteng4
Faut-il traduire? Les photos parlent d’ elles mêmes …
Nouru termine sa formation d’ingénieur / énergies alternatives et Mingma son aîné, ayant terminé  ses études de médecine, s’était rendu, il y a quelques semaines  à son premier poste, le  petit hôpital de Sir Edmund Hillary, à Kunde justement dans la Vallée de L’Everest,    
Le séisme a tout secoué …
 
Il a pu soigner beaucoup de blessés dont 18 personnes avec fractures ; parmi eux  quelques rescapés des camps de base des sommets  Everest et autres …
Norbu, son frère était à Kathmandu et m’a aidée à localiser un ami français, Théo,  dont nous n’avions pas de nouvelles : OUF !! Théo – 82 ans … va au mieux …
En ville, comme dans tous les villages, tout le monde craint les répliques et la vie, ou la survie, se passent en extérieur, …mais là-haut, c’est pratiquement à  4000m donc dans des conditions fort difficiles …
 
Ce village,  Thame et le hameau situé au dessus Thametang, par excellence   » remote area  » -zones isolées- ne peuvent être atteints qu’à pied … : pas d’ hélicoptères et très mauvaises conditions météo en ce moment…
 Mingma a décidé de se rendre rapidement au village afin d’apporter les premiers soins éventuels ; donner un coup de main aux habitants du hameau pour amorcer le déblaiement des gravats …et soutenir sa maman qui l’a échappé  belle ..: la maison s’est écroulée sur ses talons…  le grondement de la terre l’ayant alertée !!
Comme vous pouvez le constater, dans cette région habitée par les Sherpas,la tradition  tout le monde aide tout le monde .. .que ce soit le travail dans les champs : labours, plantations, récoltes ou pour les yacks; dans le cas présent déblayer puis envisager la consolidation ou la reconstruction;  tout cela  par un engagement de chaque famille, de chacun pour tous, comme c’est la tradition. 
 
Les sommes récoltées seront gérées par la collectivité et nous en aurons  les  détails par Mingma. 
 J’ai connu et apprécié  cette expérience  lors de mon séjour de deux ans durant les années 1987 / 88 et 89 lors du travail de mise sur pied du dispensaire de santé de Lukla, que j’avais entrepris à la demande des villageois;  dispensaire auto-suffisant depuis plus de 20 ans,  grâce à la sérieuse auto-gestion des Sherpas. 
 Je vous remercie du fond du coeur, au nom des amis sherpas « très secoués « , si je puis dire, par ces  terribles événements.
Comme vous le savez, chers amis, depuis 30 ans maintenant, je suis très attachée à ce pays et à cette population et personnellement je vous remercie aussi  du fond du coeur. J’envisage de me rendre dans la région en octobre ayant dû repousser le déplacement de ce mois d’avril /mai, hasard de calendrier …
  »  Namasté « 
Marcelle Roux 
Présidente de France-Tibet
thameteng

 

COMMENT PROCÉDER SI VOUS SOUHAITEZ AIDER CETTE PETITE COMMUNAUTÉ ISOLÉE, PAR NOTRE INTERMÉDIAIRE :

Vous pouvez adresser vos dons à France Tibet avec la mention : Opération Népal / Thametang
* soit par chèque à :
 France Tibet
BP 55
36200 Argenton sur Creuse
* soit directement par paiement paypal sécurisé via le site www.tibet.fr :
rubrique faire un don

Chère Marcelle,

 

 Merci pour le  lien.

 Oui le Népal  vient d’être fortement ébranlé par un tremblement de terre.

 Dans le Kumbu, les villages les plus atteints sont Thame et Thameteng

 Je joins quelques photos

 Presque  90%des  maisons sont détruitespar le séisme . Les habitants dorment sous les tentes et n’ont que peu de nourriture et de produits  médicaux.

 Pourriez vous lancer un appel de fonds pour la vallée de Thameteng ? Pouvez-vous demander à vos amis et contacts de nous aider ? Thameteng  compte environ 20 maisons presque toutes détruites dont la nôtre. Maman a eu la chance de s’échapper avant que la maison ne s’effrondre.

 Merci, s’il vous plait, de me faire savoir s’il est possible que vous organisiez une collecte de fonds et vous pouvez utiliser les photos.

 Amitiés

 Mingma

 Et en dernière minute ce message ce matin d’un des amis rescapés :

 

A cote de mon bureau, a 50 m dans la petite rue qui va au lavoir, le Budget Hotel qui venait d’etre (mal) construit s’est ecroule comme dans un gros trou dans le sol, burying alive 31 personnes surtout des visiteurs Indiens et tout le staff bien sur.

 

Il parait qu’il y a des tonnes de produits de first aid de tous genres a l’aeroport, mais qui sont bloquees la et que les autorites refusent de laisser sortir.  Donc l’aide ne parvient pas a ceux qui en ont besoin.  Un vrai scandale, et peut etre dans les semaines ou les mois qui viennent, les nepalais prendront le “Peoples Power”  – le Gouvernement est lamentable et attendent une chose seulement: le FRIC pour s’en mettre plein les poches comme d’hab.

 Ce qui me laisse convaincue, qu’il est pour l’instant, plus prudent d’agir au niveau local via des relations sûres .

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Séisme au Népal: une «fausse» photo pour récolter des fonds

Posté par cercletibetverite le 4 mai 2015

http://www.lesoir.be/868349/article/actualite/monde/2015-05-04/seisme-au-nepal-une-fausse-photo-pour-recolter-des-fonds

Séisme au Népal: une «fausse» photo pour récolter des fonds

Céline Ronquetti (St.)
Mis en ligne il y a 10 minutes

Le cliché, qui fait le tour du monde, a déjà été utilisé pour illustrer le conflit syrien en 2013.

970008636_B975450598Z.1_20150504111405_000_G374EH5NH.1-0

La prise de vue a été réalisée par Na-Son Nguyen, un photographe vietnamien. © Capture d’écran Twitter @Nasonnguye

Cette photo a fait le tour du monde et ce, depuis 2007. Lors de catastrophes ou de conflits, le cliché de ces deux enfants s’enlaçant ressort, comme lors du dernier tremblement de terre au Népal. L’image a été relayée sur les réseaux sociaux et a suscité un nombre important de commentaires : «  U ne petite fille de deux ans et demi qui est protégée par son frère de quatre ans au Népal, voici peut-être la photo la plus divine de ce siècle  ». Pourtant, la photographie a également été diffusée pour illustrer le conflit syrien en 2013 et lors des événements au Tibet en 2010.

Le photographe vietnamien Na-Son Nguyen a réagi sur son compte Twitter pour signaler que l’image véhiculée n’avait pas été capturée ces derniers jours au Népal, mais bien dans son pays d’origine en 2007. Na-Son Nguyen déplore que son cliché soit utilisé pour récolter de l’argent à l’aide d’une histoire inventée à propos des deux enfants.

 

«  Voici ma photo de deux enfants vietnamiens de l’ethnie Hnong prise en 2007 dans la province de Ha Giang, ça ne concerne pas le Népal  ».

La véritable histoire du cliché

Ce cliché a été pris dans un petit village au nord du Vietnam. Lors de la visite de Na-Son Nguyen, la petite fille a pris peur à la vue de l’appareil du photographe et a alors été enlacée par son frère dans le but de la réconforter. Le photographe a profité de cet instant pour prendre la photo. Na-Son Nguyen tente de préserver l’origine et le sens véritable de sa photographie, notamment en corrigeant chaque erreur qu’il trouve sur Internet ou en republiant le cliché sur son compte Facebook afin de mettre en garde le public contre toute manipulation.

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Népal et Tibet, extraordinaires cultures

Posté par cercletibetverite le 4 mai 2015

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150503_00642348
COMINES-WARNETON

Népal et Tibet, extraordinaires cultures

En août 1994, Patrick Maton a été reçu en audience auprès du dalaï-lama. En remerciement de son combat politique pour les Tibétains.
En août 1994, Patrick Maton a été reçu en audience auprès du dalaï-lama. En remerciement de son combat politique pour les Tibétains.-Secrétariat dalaï-lama

Patrick Maton s’est rendu régulièrement au Népal. Une culture qui l’influence dans la pratique des arts énergétiques.Samedi 25 avril, un tremblement de terre frappait le Népal, avec son cortège d’images de désolation et un bilan humain qui ne cesse de s’alourdir.

Le Warnetonnois Patrick Maton, époux de Michèle Pollet, s’est rendu des dizaines de fois au Népal, de 1991 à 2006. «Depuis que je suis petit, je m’intéresse au monde qui m’entoure. Originaire de Linselles, à 13/14 ans, je me rendais en mobylette au club astronomique de Lille pour observer et photographier les étoiles. Vers seize ans, je me suis intéressé au sort des Tibétains, oppressés par les Chinois.»

En 1991, avec des amis, il se rend pour la première fois au Tibet. «Je faisais partie de l’association “ La maison des Himalayas ”, qui a mené de nombreuses missions humanitaires: financement d’achat de matériel scolaire pour les musiciens de rue de Katmandou, parrainage d’enfants défavorisés, mise en route d’un atelier de couture à Bhaktapur, médicaments pour les réfugiés tibétains, etc.»

En 1994, l’association «Les amis du Tibet», dont il est le président, convainc un groupe de parlementaires belges d’inviter le dalaï-lama.

«Cette invitation faisait suite au vote à l’unanimité d’une résolution du parlement condamnant les exactions commises au Tibet par les troupes communistes chinoises et soutenant le droit à l’autodétermination du peuple tibétain. Pour remercier la Belgique, le dalaï-lama est venu en visite.»

En août 1994, au retour d’un voyage au Tibet, Patrick Maton s’arrête à Dharamsala, en Inde, pour y rencontrer le dalaï-lama. «Cette ville accueille le gouvernement tibétain en exil. L’homme vit dans un palais, avec un toit en tôles ondulées, mais il dégage un tel rayonnement! L’audience a duré une demi-journée!»

En 1996, son association fait adopter une deuxième résolution, encore plus dure.

Lors d’un de ses voyages, il s’est fait accompagner par son fils unique, Pierre, qui est tombé amoureux d’une habitante de Katmandou. Installé à Warneton, le jeune couple a un fils de neuf ans. Depuis 2006, même s’il garde de nombreux contacts, il a cessé les activités. «J’ai eu l’impression d’en avoir fait le tour, de devoir laisser la place aux autres. À un moment donné, je crois que ce que l’on cherche, on le trouve en soi.»

Ces rencontres et expériences l’ont enrichi sur les pratiques du chamanisme. Passionné par les arts énergétiques, en 2008, il ouvre le «Centre Équilibre», à côté du magasin de pralines tenu par la famille. «Pour les taoïstes et les sages de la Chine antique, les êtres vivants et l’Univers ne font qu’Un. Le Tai-Chi-Chuan est un enseignement qui vise à vivre en harmonie avec la nature et les énergies, tout en étant en accord avec son corps.»

Une cinquantaine de personnes fréquentent les cours. «Je ne le fais pas pour l’argent, mais pour transmettre ce que les maîtres m’ont appris. J’organise des conférences: la prochaine aura lieu le jeudi 21 mai, avec Véronique du Bois, qui viendra parler des messages de l’au-delà.»

056 55 54 94ou http://centre-equilibre.com

Publié dans NÉPAL, Tibet | Pas de Commentaire »

Dans les montagnes, les Népalais seuls au monde

Posté par cercletibetverite le 2 mai 2015

http://www.liberation.fr/monde/2015/05/01/dans-les-montagnes-les-nepalais-seuls-au-monde_1282289

Dans les montagnes, les Népalais seuls au monde

LAURENCE DEFRANOUX 1 MAI 2015 À 19:46
Jeudi, l'odeur des cadavres commençait à rendre l'air de Chautara irrespirable.

Jeudi, l’odeur des cadavres commençait à rendre l’air de Chautara irrespirable. (Photo Philippe Lopez. AFP)
REPORTAGE

Une semaine après le séisme, l’aide dans la région de Chautara demeure très limitée.

Perchée sur une crête à 1 800 mètres d’altitude, la petite ville de Chautara domine la magnifique vallée himalayenne, découpée en terrasses verdoyantes. L’hôpital du district de Sindhupalchok est un bâtiment simple mais élégant, construit récemment. Ses salles vides, jonchées de moellons, résonnent sous les pas et les rideaux flottent derrière les vitres explosées. Une chèvre aux longues oreilles grimpe un escalier suspendu dans le vide. Dans la cuisine, abandonnée depuis le séisme du week-end dernier, une femme s’active aux fourneaux.

Pabitra Dangal achetait du lait à l’épicerie près de chez elle, samedi dernier, lorsque la terre a tremblé«pendant cinq minutes», dit-elle. Elle a couru dehors pendant que la boutique et sa maison s’écroulaient. Désormais, elle a mis en place une «cantine» dans l’hôpital, installé des chaises en plastique sur les dalles défoncées de la terrasse, et attend les clients. Dans les toilettes aux canalisations éclatées, des fissures larges comme le bras menacent le visiteur. Pabitra ne sait pas combien de temps elle restera. «Jusqu’à la saison des pluies, mi-juillet, peut-être.» D’ici là, il faut attendre et voir. Attendre quoi ? «Rien. On ne peut pas reconstruire, tout est détruit ici.»

Chautara, 6 000 habitants, est le chef-lieu du district de Sindhupalchok, qui commence à 80 km de Katmandou et s’étend dans l’Himalaya jusqu’à la frontière tibétaine. Comme tout le pays, il a durement ressenti le tremblement de terre, classé 7,6 sur l’échelle de Richter. Les bâtiments et les habitants, ébranlés, ont aussi pris de plein fouet le deuxième séisme, qui s’est déclenché dimanche vers 21 heures et dont l’épicentre n’était qu’à quelques dizaines de kilomètres au nord-est – il avait d’abord été pris par erreur pour une très forte réplique du premier.

«Peur». Mercredi soir, sur le stade de foot de Chautara, un petit camp de tentes et un poste de santé primaire accueillent les blessés descendus des villages alentour. Cinq hélicoptères de l’armée népalaise le survolent régulièrement, assurant l’évacuation des cas les plus graves jusqu’à Katmandou. Le district a été déclaré zone la plus touchée du pays lundi. Suivant un bilan encore provisoire, 1 820 victimes ont été recensées dans cette seulerégion. Et 614 blessés. Mais les autorités népalaises estiment qu’au moins 5 000 personnes se trouvent encore en détresse, sans soins, dans des zones inaccessibles.

Les routes sont fermées en altitude, endommagées par des glissements de terrain ou soulevées par le séisme. L’électricité étant coupée, les habitants ne peuvent pas recharger leurs portables et appeler à l’aide. Selon Ram Jee Karki, chef de la région centre nord du Comité international de la Croix-Rouge, 90% des 89 unités médicales du district (un hôpital, trois centres de santé et des petits dispensaires) sont à terre et 5% gravement endommagées. Les trois quarts des stocks de médicaments sont détruits. «Il n’y a aucun personnel de santé dans les montagnes car ils ont l’habitude de passer le week-end à Katmandou et ont eu peur de revenir travailler. A cause des répliques, la terre a tremblé 41 fois les trois premiers jours, mais aussi à cause des agressions», explique-t-il.

Otage. Lundi, la première mission de sauvetage envoyée par le gouvernement népalais a été durement prise à partie par les habitants des villages situés sur la route de Chautara. Une équipe népalaise de l’ONG Save the Children, qui possède pourtant un programme de développement sur place, a été prise en otage par la population. Celle-ci réclamait une part de l’immense aide envoyée par les pays étrangers, notamment des bâches, de la nourriture et des équipes de déblaiement pour sortir les corps ensevelis sous les décombres. La police se trouvant débordée, l’ONG a été forcée de laisser son stock et le gouvernement a négocié avec les autorités locales une paix provisoire, les assurant d’une aide prioritaire.

Mercredi, des habitants de Chautara soulevaient encore, grâce à une échelle et des bâtons, les gravats d’une maison, lançant des insultes au passage d’un minibus de secouristes népalais et français. Plus loin, des soldats remontaient des ruines, dans une couverture tendue, un corps minuscule enveloppé dans un plastique. Le soleil revenu après des jours de pluie, l’odeur de cadavre se faisait plus forte.

Par Laurence Defranoux Envoyée spéciale à Chautara (Népal)

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

SÉISME AU NÉPAL : APPEL À LA SOLIDARITÉ

Posté par cercletibetverite le 1 mai 2015

http://www.tibet.fr/actions/seisme-au-nepal-appel-a-la-solidarite/

28/04/15 | 18 h 54 min  

SÉISME AU NÉPAL : APPEL À LA SOLIDARITÉ

epa04720091 People search for survivors under the rubble of coll

De nombreuses répliques du seisme, dont certaines violentes, se sont succédé depuis samedi. Ces répliques compliquent les opérations de sauvetage, beaucoup de routes sont encore coupées,  l’aéroport est ouvert seulement par intermittence et les hôpitaux sont submergés. Une grande partie de la population s’est réfugiée dans des parcs ou des espaces vides, craignant un nouveau séisme.

Suite à l’appel lancé par Matthieu Ricard France-Tibet vous propose de faire appel à votre solidarité et de faire un don sur le site l’association KARUNA-SHECHEN.

KARUNA-SHECHEN LANCE UN APPEL À LA SOLIDARITÉ  POUR VENIR EN AIDE AUX VICTIMES DU TRAGIQUE  TREMBLEMENT DE TERRE QUI A DÉVASTÉ LE NÉPAL.

Tous les dons reçus les 30 prochains jours seront intégralement consacrés à venir en aide aux victimes.

Implantées à Kathmandu au travers d’une clinique, les équipes professionnelles de Karuna-Shechen sont d’ores et déjà mobilisées pour agir immédiatement dans les situations d’urgence. Nous évaluons également les besoins futurs pour agir sur le long terme de manière adaptée.

bouton_faire_un_don

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Séisme au Népal : Matthieu Ricard appelle à la générosité

Posté par cercletibetverite le 28 avril 2015

   http://www.leparisien.fr/societe/seisme-au-nepal-matthieu-ricard-appelle-a-la-generosite-27-04-2015-4729163.php

Séisme au Népal : Matthieu Ricard appelle à la générosité

Le moine bouddhiste et interprète français du dalaï-lama Matthieu Ricard lance ce lundi un appel à la générosité pour les victimes du séisme au Népal. L’intégralité des droits d’auteur de son nouveau livre leur seront reversés.

Vincent Mongaillard |  27 Avril 2015, 19h04 | MAJ : 27 Avril 2015, 21h39

Paris, le 27 avril 2015. L'interpr&egrave;te fran&ccedil;ais du dala&iuml;-lama, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, lance ce lundi un appel &agrave; la g&eacute;n&eacute;rosit&eacute;. &laquo;Il ne faudra pas oublier ces populations dans un mois&raquo;, lance-t-il aupr&egrave;s du Parisien.
Paris, le 27 avril 2015. L’interprète français du dalaï-lama, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, lance ce lundi un appel à la générosité. «Il ne faudra pas oublier ces populations dans un mois», lance-t-il auprès du Parisien. AFP / Kenzo Tribouillard

Interprète français du dalaï-lama, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, 69 ans, passe depuis quatre décennies plusieurs mois par an dans un monastère en banlieue de Katmandou. Fondateur de l’association caritative Karuna-Shechen qui vient, notamment, en aide aux populations défavorisées du Népal, il lance aujourd’hui un appel à la générosité suite au séisme qui a fait plus de 4 000 morts.

Par ailleurs, l’intégralité des droits d’auteur de son nouveau livre de photographies (1), dont il fait actuellement la promotion en France, seront reversés aux victimes de la catastrophe.

Comment avez-vous réagi à l’annonce du séisme dans le pays qui accueille, comme vous dites, votre «résidence principale» ? Matthieu Ricard. -  J’étais totalement atterré mais ce n’était pas une surprise. Il n’y a pas une semaine au Népal, pas un jour où les gens ne parlaient pas du risque d’un gros tremblement de terre. Ils se disaient  : Est-ce que ça va être pour cette nuit  ? Ils savaient que ça pouvait survenir tous les 70 ans environ. Des sismologues français avaient formé nos moines. Les habitants se préparaient à une catastrophe.
Mais les maisons, elles, n’étaient pas conçues pour y faire face… M.R. – Bon nombre se sont effondrées comme des château de cartes. Il n’y a pas de permis de construire, le pays ne respecte pas les normes de sécurité. Mais il est si pauvre  ! En temps normal, il ne peut offrir que 12 heures d’électricité par jour à Katmandou. La population, elle, n’a pas les moyens de construire des maisons anti-sismiques. Seuls quelques grands bâtiments sont dotés de ces normes.
VIDEO. Séisme au Népal : recherches dans les ruines d’une maison 
Avez-vous des nouvelles de vos amis sur place ? M.R. – Je suis en contact grâce à WeChat. Le monastère où j’habite se trouve dans un quartier qui n’a pas été très touché. Une grande bâche a été aménagée dans la cour pouvant accueillir un millier de sinistrés. On dispose de containers d’eau douce. Ailleurs, certains quartiers sont méconnaissables, des villages ont été détruits à 90%. Il y a une solidarité incroyable qui se met en place. Il règne aussi un certain calme. Le peuple népalais fait preuve d’une grande résilience par rapport à la souffrance.
De quoi la population a-t-elle besoin  ? M.R. – Dans l’urgence, le don financier est le moyen le plus efficace pour venir par exemple en aide à la veuve avec enfants qui a perdu sa maison. Il ne faudra pas oublier le sort de ces populations dans un mois, il est là le vrai défi. Lors du séisme au Pakistan en 2013, tout le monde est parti très vite or, un an plus tard, il y avait encore un million de personnes sans maison ! Notre attention est aujourd’hui attirée par l’extrême. Le fond même de l’altruisme, c’est d’avoir de la considération à long terme, et pas seulement à court terme, quand les émotions sont réveillées par la tragédie. La souffrance n’est ni lointaine ni proche quand elle est grave.

Quelle leçon faut-il tirer de la nature ? M.R. – La nature n’est pas là pour nous donner une leçon mais elle met en exergue toute la vanité de l’être humain qui prétend la dominer.

(1) « Hymne à la beauté », de Matthieu Ricard, coédition YellowKorner-La Martinière. Prix  : 25 €. Neuf photographies exclusives de Matthieu Ricard sont également exposées et vendues jusqu’au 14 juin dans toutes les galeries YellowKorner (dont celle en face du Centre Pompidou à Paris). 

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Le séisme au Népal a fait plus de 3200 morts

Posté par cercletibetverite le 27 avril 2015

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/le-seisme-au-nepal-a-fait-plus-de-3200-morts_1675013.html

Le séisme au Népal a fait plus de 3200 morts 

Par L’Express.fr avec AFP,          publié le         27/04/2015 à 07:25         , mis à jour à           07:46

    Selon un dernier bilan, 3218 personnes ont perdu la vie et 6500 blessés dans le tremblement de terre samedi. L’organisation des secours internationaux se met en place.

image: http://static.lexpress.fr/medias_10406/w_2048,h_890,c_crop,x_0,y_335/w_605,h_270,c_fill,g_north/v1430112268/nepal-seisme-1_5328125.jpgA man runs past damaged houses as aftershocks of an earthquake are felt a day after the earthquake in Bhaktapur, Nepal April 26, 2015. Rescuers dug with their bare hands and bodies piled up in Nepal on Sunday after the earthquake devastated the heavily crowded Kathmandu valley, killing at least 1,900, and triggered a deadly avalanche on Mount Everest.  REUTERS/Navesh Chitrakar - RTX1AARR
      Plus de 3200 personnes ont été tuées dans le tremblement de terre au Népal.

REUTERS/Navesh Chitrakar

Le bilan s’alourdit. Le tremblement de terre de magnitude 7,8 au Népal a fait au moins 3218 morts, selon un dernier bilan publié par le service de gestion des catastrophes du ministère népalais de l’Intérieur. Plus de 6500 personnes ont été blessées dans le séisme le plus meurtrier depuis 80 ans. En Inde voisine, les autorités ont fait état de 67 morts. En Chine, au moins 20 personnes ont été tuées.

Le tremblement de terre a également déclenché une avalanche sur le mont Everest, où une vague de neige comparée par un survivant à un « immeuble blanc de 50 étages » a déferlé sur le camp de base. Dix-huit décès ont été confirmés dans le massif où se trouvaient en ce début de saison d’alpinisme 800 personnes, dont de nombreux étrangers, selon les estimations de responsables locaux. Mais en raison des difficultés à communiquer, il était impossible d’évaluer l’étendue des destructions sur le toit du monde.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Des secouristes du monde entier arrivaient lundi à Katmandou pour prêter main forte à des habitants démunis, privés pour beaucoup de leur logement. Munis d’équipements spéciaux et accompagnés de chiens renifleurs, les équipes humanitaires internationales débarquaient avec la régularité d’une horloge à l’aéroport de Katmandou, dans la banlieue de cette capitale d’ordinaire dynamique dévastée samedi par un puissant séisme.

 

Avecimage: http://static.lexpress.fr/imgstat/article/icons/fpa.png

Le séisme au Népal a fait plus de 3200 morts  dans NÉPAL fpa

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/le-seisme-au-nepal-a-fait-plus-de-3200-morts_1675013.html#F1VmCJDxSSah2I59.99

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Népal : la fatalité tellurique, mais pas que…

Posté par cercletibetverite le 27 avril 2015

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/04/27/la-fatalite-tellurique-mais-pas-que,1247956.php

Népal : la fatalité tellurique, mais pas que…

Par Jean-Michel Helvig

Publié à 06h00 Mise à jour :  07h00

 Jean-Michel Helvig

Jean-Michel Helvig (PP)

La carte géologique du risque sismique coïncide en large partie avec les cartes de la pauvreté économique et de la mal-gouvernance politique. Le Népal cumule les handicaps et, tout en le déplorant, on ne peut s’étonner dès lors que le tremblement de terre qui a secoué samedi tout le pays, ainsi que les répliques ultérieures, voit son bilan s’alourdir depuis deux jours jusqu’à dépasser les 2 500 morts, des milliers de blessés et bien plus encore de sans-abris.

Le Népal, enclavé entre l’Inde et la Chine, au pied de l’Himalaya, est situé sur une zone de frottement entre plaques tectoniques, situation à très haut risque, au demeurant prévisible dans ses effets puisque l’on a établi que, dans son histoire, un tremblement de terre de grande ampleur s’y produit tous les 75 ans. Ainsi, en 1934, un séisme de magnitude 8 (celui de samedi était de 7,8) a fait près de 20 000 morts.

Bien sûr, cette loi statistique n’est pas d’une précision à toute épreuve. Le « Big One », ce séisme d’une force sans précédent dont les Californiens redoutent le déclenchement plus d’un siècle après celui de San Francisco en 1906, pourrait intervenir d’ici à trente ans. Mais au moins dans cette région américaine des normes para-sismiques ont-elles été depuis imposées aux habitations en construction et des plans sanitaires et de communication mis en place pour conjurer cette hantise d’une catastrophe majeure.

Le Népal, qui a été longtemps régi par une monarchie absolue, est victime depuis les années 1990 d’une grande instabilité politique avec une guérilla d’inspiration marxiste-léniniste maoïste (la dernière au monde) qui n’est entrée que depuis peu au Parlement par le jeu d’élections, sans qu’une majorité de gouvernement puisse se dessiner. Le Népal, économiquement, survit surtout grâce aux recettes du tourisme, notamment les expéditions himalayennes et les visites d’un patrimoine architectural qui vient malheureusement de subir des dommages irrémédiables. Rien n’avait été entrepris par les gouvernements successifs pour préparer le pays à une telle catastrophe et, comme ailleurs en de semblables circonstances, c’est l’aide humanitaire en provenance de l’étranger qui pourvoit aux premiers secours.

Alors que la communauté internationale se préoccupe à juste titre cette année de l’avenir climatique de la planète, il ne faut pas oublier les risques encourus par l’humanité en raison de ce qui se passe, cette fois, sous ses pieds. Séismes terrestres et marins, éruptions volcaniques : si l’on ne peut maîtriser les forces telluriques, du moins devrait-on faire de l’anticipation des conséquences de leur déchaînement pour les populations menacées, un enjeu majeur de coopération internationale.

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Népal : hécatombe sur le toit du monde

Posté par cercletibetverite le 26 avril 2015

http://www.ladepeche.fr/article/2015/04/26/2094266-nepal-hecatombe-sur-le-toit-du-monde.html

Népal : hécatombe sur le toit du monde

Publié le 26/04/2015 à 06:55

International – Déjà près de 1300 victimes

Les secours indiens se préparaient à décoller,hier, près de New Delhi./Photo AFP, Rajesh Kumar

                            Les secours indiens se préparaient à décoller,hier, près de New Delhi./Photo AFP, Rajesh Kumar

Népal : hécatombe sur le toit du monde dans NÉPAL zoom

  • 201504261359-full dans NÉPAL

Katmandou était le repère des hippies dans les années 1970. Nul doute que s’ils y retournaient, ils ne reconnaîtraient plus cette ville de paix. Une grande partie des temples, construits en bois, a été balayée par le tremblement de terre d’hier. Même la tour de Dharhara, construite au XIXe siècle a succombé au séisme. Plus dramatique, de nombreux touristes étaient dans cette tour de 9 étages, haut lieu du tourisme népalais, quand elle s’est écroulée.

empty

Secousses ressenties  jusqu’au Pakistan

Il était aux alentours de midi lorsque les premières secousses ont été ressenties. Pris de panique, nombre d’habitants de Katmandou sont sortis de leurs maisons pour s’éloigner des bâtiments. Mais la force du séisme a eu raison de nombre d’entre eux. Plusieurs centaines de personnes ont été prises au piège des gravats. «Tout a commencé à trembler. Tout est tombé. Les murs le long de la rue principale se sont écroulés. Les grilles du stade national se sont effondrées», raconte un habitant de Katmandou. La catastrophe a coupé tous les moyens de communication. L’accès à la ville par les voies rapides est contrarié. L’aéroport de Katmandou est fermé «pour raison de sécurité» indique son directeur. Les secours auront donc du mal à acheminer leurs forces au cœur de la capitale népalaise.

La fondation Architectes de l’Urgence s’attend à un bilan en pertes humaines très lourd : «il y a probablement eu d’importants glissements de terrain et des effondrements de maisons proches de l’épicentre, vu les modes de construction utilisés au Népal». L’électricité et l’eau courante ont été coupées, a indiqué l’association britannique Oxfam. Ses responsables se «préparent à apporter de l’eau potable et des denrées de première nécessité».

Ces secousses, les plus fortes depuis près d’un siècle, ont été ressenties jusqu’au nord de l’Inde ainsi qu’au Bengladesh et au Pakistan. L’Inde a assuré que près de 40 personnes avaient été tuées par ce tremblement de terre. D’après les sismologues, l’ampleur de la catastrophe serait due au fait que l’épicentre du séisme ne se trouvait pas en profondeur. Seulement  à 15 kilomètres. Aussi l’onde de choc s’est développée jusque dans les pays voisins.

D’après des spécialistes de l’Institut physique du globe à Paris, «ce séisme se situe dans une zone très active. Des équipes françaises travaillent dans cette région depuis longtemps et on avait plus ou moins vu ce séisme comme manquant dans l’histoire sismologique à long terme. Il est dans l’ordre des choses», déplore Yann Klinger sur l’antenne de RFI. Mais l’analyste insiste surtout quand aux risques des prochaines répliques. La première secousse a déjà fragilisé une grande partie des bâtiments. De nouvelles pourraient avoir raison de ces derniers et les mettre définitivement à terre. De nombreuses associations humanitaires avaient, elles aussi, appelé les autorités vers plus de pédagogie envers la population.

L’ambassade des Pays-Bas n’a pas résisté aux secousses. Alors qu’une réception se tenait en l’honneur de la fête nationale néerlandaise, une piscine s’est  vidée. «Tout d’un coup toute l’eau est sortie de la piscine et a trempé tout le monde, les enfants ont commencé à hurler», raconte une responsable de l’ambassade.

Seul internet fonctionne

Hier soir, la majorité des 800 000 habitants de Katmandou ont dormi dehors. «Tout le monde craint une réplique du séisme cette nuit, et personne ne veut risquer d’être écrasé dans son sommeil. Beaucoup de gens se sont réfugiés sur la pelouse de la base militaire de la ville», expliquait l’un de ces habitants. Hier soir, le réseau téléphonique était coupé. Seul internet parvenait à fonctionner dans certains quartiers récents de la capitale népalaise.


Chronologie

l 11 h 56 (heure locale) – A l’heure du déjeuner les premières secousses sont perçues au Népal. Mesuré une première fois à une magnitude de 7,5, le tremblement de terre est réévalué à 7,8 par l’Institut américain de géophysique.

l 12 h 08 – Très vite l’épicentre du séisme est situé à 68 kilomètres au nord-ouest de Katmandou. Dans la capitale, de nombreux édifices sont détruits dont la tour de Dharhara, tour blanche surmontée d’un minaret de bronze, bâtie au XIXe siècle.

l 12 h 50 – Les secousses du séisme ont été ressenties jusqu’en Inde, au Bengladesh et en Chine. Selon les médias népalais, les secousses ont duré entre 30 secondes et deux minutes. En Inde, à New Delhi, plusieurs immeubles ont été évacués. Le Premier ministre indien Narenda Modi, lance un tweet : «Nous sommes en train de réunir davantage d’informations et nous nous efforçons de venir en aide à ceux qui ont été touchés, chez nous et au Népal».

l 13 h 33 – Les premiers bilans font état de la mort de plusieurs centaines de personnes. Dès les premières secousses, la population s’est précipitée dans les rues. Certains ont été ensevelis par la chute de bâtiments voisins. En fin de soirée, les secours ont déjà répertorié plus d’un millier de morts.

l 17 h 38 – Le printemps est la plus grosse saison des alpinistes. Dans les refuges, certains parviennent à donner des nouvelles. Plusieurs avalanches ont emporté une partie des refuges. On parle déjà d’une dizaine de morts dans l’Himalaya.

l 17 h 48 – L’agence de presse Chine Nouvelle annonce la mort de 13 de ses ressortissants dans la région du Tibet, dont une femme de 83 ans. Le Népal décrète l’état d’urgence et demande l’aide de la communauté internationale.

l 20 h 40 – Le groupe de secours catastrophe Français de Villeneuve d’Asq envoie une première équipe de sapeurs pompiers. Envoyez vos dons à www.gscf.fr


L’aide internationale s’organise

L’aide internationale s’organise rapidement, même si les nombreuses agences humanitaires peinent encore à mesurer les besoins sur place.

«On essaie d’évaluer l’ampleur de la catastrophe», explique un responsable de l’ONG Médecins du Monde, qui dispose d’une équipe au Népal, mais qui doit faire face aux difficultés d’accès sur la zone sinistrée alors que la plupart des télécommunications ont été coupées dans la région.

Des volontaires et du personnel de la Croix-Rouge au Népal s’affairent à assister les secours pour rechercher d’éventuels survivants et administrer de l’aide aux blessés.

«La banque du sang de la Croix-Rouge à Katmandou approvisionne également les installations médicales de la capitale», a-t-elle indiqué, précisant que ses stocks dans le pays étaient «limités» et qu’elle allait mettre à contribution ses bureaux de Kuala Lumpur et de Dubaï.

Les communications, l’électricité et l’eau courante ont été coupées, a indiqué l’ONG Oxfam qui «se prépare à apporter de l’eau potable et des denrées de première nécessité», selon la directrice de son bureau au Népal, Cecilia Keizer.

L’ONG Action contre la Faim a également indiqué avoir envoyé dans les zones touchées des équipes «afin d’évaluer l’ampleur des dégâts et des besoins».

Les États-Unis ont annoncé l’envoi d’une équipe de secours et le déblocage d’une première enveloppe d’un million de dollars pour venir en aide aux victimes, a annoncé l’agence américaine d’aide USAID.

La Norvège a de son côté promis 30 millions de couronnes (3,5 millions d’euros) à l’aide humanitaire, précisant que le pays «pourrait contribuer davantage lorsque nous en saurons», a indiqué le ministre des Affaires étrangères Borge Brende.

La France prête à aider

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé ses «condoléances» au président du Népal, Ram Baran Yadav, tout comme le président chinois Xi Jinping qui a indiqué vouloir lui «offrir de l’assistance».

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’est dit «bouleversé», ajoutant que «l’Allemagne se tient prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour apporter son aide dans ces heures graves».

Le président François Hollande a déclaré que la France était prête à «répondre aux demandes de secours et d’assistance» que le Népal pourrait lui adresser.

Très vite en France, une cellule de crise a été mise en place au Quai d’Orsay qui a «activé le centre de crise pour répondre aux demandes concernant les Français se trouvant dans la zone du séisme», a notamment souligné François Hollande.

Romain Nadal, le porte — parole du Quai d’Orsay insistait sur la mobilisation des moyens français. «Notre ambassade à Katmandou est mobilisée pour venir en aide aux Français résidant ou voyageant au Népal, avec l’appui de notre ambassade à New Delhi» déclarait-il.

Un numéro d’urgence a été mis en place : 01 43 17 56 46.


300 000 touristes en séjour dans le pays

Outre les 30 millions d’habitants, les autorités doivent également gérer les quelque 300 000 touristes étrangers qui se trouvent actuellement dans le pays, dont environ 1 000 au camp de base du mont Everest, en partie enseveli sous une avalanche.

Une gestion rendue compliquée par les très nombreux dégâts enregistrés sur place.

Une partie du camp de base a été ensevelie sous une gigantesque avalanche déclenchée sur le Mont Pumori, a 9 km de l’Everest.

«Nous ne disposons pas encore des détails, mais la mort de dix personnes a été rapportée jusqu’à présent, dont (celle) d’alpinistes étrangers», a déclaré hier soir Gyanendra Kumar Shrestha du ministère népalais du Tourisme .

Dix morts au moins «y compris des grimpeurs étrangers» mais le bilan pourrait s’alourdir dans la mesure où ce camp accueillait ces jours-ci plus de 1 000 personnes, a-t-il également annoncé.

«Nous avons été pris dans le tremblement de terre sur l’Everest. Nous sommes tous les deux OK… Il neige ici, aucun hélicoptère ne peut arriver jusqu’ici», a écrit dans un SMS la directrice du bureau de l’AFP au Népal, Ammu Kannampilly, qui était en reportage sur place au moment du tremblement de terre.

Des morts parmi les alpinistes de l’Everest

Les médecins du camp de base étaient à l’œuvre pour «sauver des vies», a indiqué le médecin et alpiniste Nima Namgyal Sherpa sur sa page Facebook.

Sur Twitter, un alpiniste roumain chevronné habitué de l’Hymalaya, Alex Gavan, a confirmé que le camp de base avait été frappé par «un violent séisme», suivi d’une «énorme avalanche». Il a expliqué avoir du sortir en courant de sa tente pour rester en vie. Plus tard, il a indiqué qu’il y avait «beaucoup de morts» et «encore plus de blessés gravement touchés.

Sur Twitter toujours, des alpinistes présents aux camps de base n°1 (à quelque 700 mètres de dénivelé au-dessus du camp de base) et 2 confirment qu’ils sont sains et saufs.

L’alpiniste britannique Daniel Mazur qui se trouve au camp n°1 a quant a lui indiqué que le chemin les reliant au camp de base, passant par des cascades de glace, était bloqué.

La Dépêche du Midi

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

Séisme au Népal : l’héritage historique de Katmandou parti en fumée

Posté par cercletibetverite le 26 avril 2015

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/04/26/seisme-au-nepal-l-heritage-historique-de-katmandou-parti-en-fumee_4622861_3244.html

Séisme au Népal : l’héritage historique de Katmandou parti en fumée

Le Monde.fr avec AFP |    26.04.2015 à 03h06  • Mis à jour le 26.04.2015 à 03h49

L’essentiel

  • Un puissant séisme de magnitude 7,8 a frappé le Népal samedi matin.
  • Le bilan humain de la catastrophe a augmenté tout au long de la journée et devrait continuer à s’alourdir à mesure que les opérations de secours continuent.
  • Les violentes secousses ont ébranlé certaines régions de pays voisins et provoqué des avanlaches meurtrières sur les pentes de l’Everest.

 

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/04/26/534×0/4622862_6_bc5a_les-ruines-de-la-tour-de-dharhara-monument_baff2d4344bb82d3350868dab83b436c.jpgLes ruines de la tour de Dharhara, monument népalais du XIXe siècle.

Les ruines de la tour de Dharhara, monument népalais du XIXe siècle. AFP/PRAKASH MATHEMA

Un socle décapité, un nuage de poussière, des corps enfouis sous les décombres : les ruines de la grande tour Dharhara, monument du 19ème siècle, étaient samedi 25 avril à l’image du centre historique de Katmandou, après le très puissant tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a secoué le pays et causé la mort d’au moins 1 800 personnes.

Dans l’après-midi, la population et la police creusaient à mains nues la poussière et fouillaient les monticules de briques pour essayer désespérément d’extraire des rescapés coincés sous les décombres. Une équipe de secouristes a été déployée sur le site de Dharhara. Soixante cadavres ont été extraits des ruines selon la police.

Lire : Le séisme et les destructions au Népal, tragiques mais prévisibles

Edifiée pour la première fois en 1832, reconstruite après le tremblement de terre de 1934, le plus violent qu’ait connu le pays jusqu’à maintenant, la tour Dharhara, qui mesure 50 mètres de haut était l’un des monuments majeurs du patrimoine de Katmandou, avec la place Durbar ou de la stupa Swayambunath.

De couleur blanche et surmontée d’un minaret de bronze, Dharhara était particulièrement prisée des étrangers ainsi que des familles népalaises le week-end pour la vue panoramique qu’elle offrait sur la vallée du haut de ses neuf étages. L’édifice abritait un sanctuaire hindou dédié au dieu Shiva en son sommet.

image: http://s1.lemde.fr/image/2015/04/26/534×0/4622864_6_160b_la-place-durbar-classee-au-patrimoine-mondial_0744c3d7cb1adb3abfd9a823b92bdbbb.jpgLa place Durbar, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, détruite par le séisme de samedi au Népal.

La place Durbar, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, détruite par le séisme de samedi au Népal. AFP/PRAKASH MATHEMA

Valeur universelle exceptionnelle

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, la place Durbar, près de la tour, offrait le même spectacle de désolation. Plusieurs bâtiments s’étaient effondrés sur eux-mêmes, déversant un monceau de briques et de planches sur la chaussée.

Erigés par les rois Malla entre les 12ème et 18ème siècles, les édifices de la place Durbar constituent « une symbiose unique de l’hindouisme, du bouddhisme et du tantrisme », explique le site de l’Unesco. Sur Twitter, les internautes népalais exprimaient leur chagrin de voir partir en poussière l’héritage patrimonial du pays.

Voir l'image sur Twitter

Basantapur Durbar Sq (@UNESCO heritage site) photographed by grandfather in 1950s, & I today. Tragic at many levels.

« La place Durbar n’est plus. Probablement emblématique de la tragédie qui frappe le Népal aujourd’hui », a ainsi twitté un internaute avant d’envoyer un second message comparant une photographie de la place avant et après le séisme.

 

Publié dans NÉPAL | Pas de Commentaire »

12
 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...