• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • juin 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

France : les députés approuvent la surveillance de masse

Posté par cercletibetverite le 5 mai 2015

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Liberte-expression/Actualites/France-les-deputes-approuvent-la-surveillance-de-masse-15061

France : les députés approuvent la surveillance de masse

Manifestation le 4 mai contre le projet de loi sur la surveillance ©AIF

Manifestation le 4 mai contre le projet de loi sur le renseignement ©AIF

[05/05/2015]

L’Assemblée nationale a approuvé mardi 5 mai le projet de loi relatif au renseignement. Cette loi accorde aux autorités françaises des pouvoirs de surveillance très étendus.
Les députés ont voté majoritairement en faveur du projet de loi visant à légaliser et élargir les pouvoirs des services de renseignement. Ce projet habilite le Premier ministre à autoriser des mesures de surveillance sans l’aval d’un juge, ce qui va à l’encontre du principe d’équilibre des pouvoirs.

Ce projet doit encore être étudié par le Sénat avant qu’une version définitive ne soit validée par une commission mixte paritaire. La procédure accélérée décidée par le gouvernement ne permet pas la navette habituelle entre les deux chambres.

Ce texte rapprocherait la France d’un État espion où rien n’est secret sauf la surveillance elle-même. Même les journalistes, les juges, les politiciens et les personnes entrées à leur insu en contact avec des suspects sont susceptibles d’être soumis à une surveillance intrusive.

DES POUVOIRS ÉLARGIS

Si le gouvernement présente le projet de loi relatif au renseignement comme une mesure de lutte contre le terrorisme, celui-ci permettrait également au Premier ministre d’autoriser des mesures de surveillance intrusives ayant plusieurs autres finalités générales et mal définies, parmi lesquelles les « intérêts essentiels de la politique étrangère ». On ne sait pas clairement ce que recouvrent ces termes vagues. Ils pourraient par exemple viser des personnes organisant des manifestations non violentes.

France : les députés approuvent la surveillance de masse dans France styloaif.img_assist_custom-30x33Stop à la surveillance de masse, envoyez un message fort aux gouvernements.   SIGNEZ

Sur ordre du Premier ministre, les autorités françaises pourraient pirater des ordinateurs ou appareils mobiles, suivre des personnes grâce à la géolocalisation et espionner les courriels, SMS et autres communications d’une personne susceptible d’être en contact, volontairement ou non, avec un individu impliqué dans des activités suspectes.

Les autorités françaises pourraient bientôt poser des dispositifs d’écoute chez les gens, dans leur voiture ou sur leur ligne téléphonique sans l’accord d’un juge, même lorsqu’il n’existe aucune raison de soupçonner qu’ils aient fait quelque chose de mal.

Ce projet de loi permettrait à des membres des forces de sécurité, entre autres, d’installer des dispositifs d’enregistrement à bord des voitures et dans les logements, d’utiliser des capteurs de proximité pour suivre les mouvements des personnes, et de placer des enregistreurs de frappe sur les ordinateurs afin de savoir en temps réel ce qui est écrit à l’aide du clavier. Tout cela sans l’aval de la justice.

Dans le but de prévenir le terrorisme, le projet de loi obligerait par ailleurs les fournisseurs d’accès à Internet et les opérateurs téléphoniques à ajouter des « boîtes noires » à leurs infrastructures afin d’enregistrer les données de connexion des internautes.

ABSENCE DE CONTRE-POUVOIR

Au lieu de solliciter l’autorisation d’un juge pour approuver des mesures de surveillance, le Premier ministre serait tenu de consulter la « Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement », un organe nouveau. Celle-ci est cependant uniquement habilitée à émettre des recommandations non contraignantes, et n’a pas le pouvoir d’empêcher une surveillance illégitime.

LE FLOU DES COMMUNICATIONS « INTERNATIONALES »

Il est en outre très important de noter que le nouveau projet de loi permettrait au Premier ministre d’autoriser l’interception de communications électroniques « émises ou reçues à l’étranger ». Cela est suffisamment flou pour ouvrir la voie à une surveillance de masse sans discrimination de l’utilisation d’Internet lorsque les serveurs – comme ceux de Google – sont situés dans un autre pays. Cela concernerait la surveillance des courriels – même si ceux-ci sont envoyés à des personnes résidant dans le même pays -, d’informations sensibles présentes sur les « nuages » informatiques, d’informations confidentielles en ligne – notamment les rendez-vous médicaux – ou de données sur les recherches Internet.

La question des conditions qui seraient requises pour que cette surveillance soit mise en place sera précisée plus tard dans un décret public. Les techniques employées pour mener cette surveillance à bien seraient définies par un autre décret, secret celui-là.

Ce projet de loi est trop vague, sa portée trop vaste, et il laisse trop de questions sans réponse. L’Assemblée nationale doit veiller à ce que des mesures censées protéger les citoyens contre le terrorisme ne portent pas atteinte à leurs droits fondamentaux.

La mobilisation continue et Amnesty International interpelle d’ores et déjà les sénateurs pour les alerter sur les dangers d’une approbations définitive de ce projet de loi.

Publié dans France | Pas de Commentaire »

VIDEO. Midi-Pyrénées: Pour sauver son abbaye, un prêtre lance un appel sur Facebook

Posté par cercletibetverite le 13 avril 2015

Toulouse

INITIATIVE Le curé de Marcilhac-sur-Célé, dans le Lot, a posté une vidéo sur le réseau social, qui a déjà été vue plus de 14.000 fois…

VIDEO. Midi-Pyrénées: Pour sauver son abbaye, un prêtre lance un appel sur Facebook

La cour de l'abbaye de Marcilhac-sur-Celé, dans le Lot.
La cour de l’abbaye de Marcilhac-sur-Celé, dans le Lot. – Superstock / Superstock / Sipa

N.S.

    • Publié le 13.04.2015 à 10:52
    • Mis à jour le 13.04.2015 à 10:53

Le Lot regorge de trésors, naturels et architecturaux. L’abbaye de Marcilhac-sur-Célé, fondée au IXe siècle, en fait partie. Mais elle vit dans l’ombre de Rocamadour et de Saint-Cirq-Lapopie.

Conscient de ce fait, le père Guillaume Soury-Lavergne se sert d’internet pour plaider la cause de l’édifice, frappé par les outrages du temps. Le 12 mars, le religieux a posté une vidéo sur Facebook, repérée par France 3 Midi-Pyrénées. Un mois plus tard, plus de 14.300 personnes ont déjà vu son appel.

 

 

Image de prévisualisation YouTube

«Je vous demande de venir m’aider cet été pour devenir bénévole de l’abbaye, un joyau inestimable et très peu connu», lance le père Soury-Lavergne, qui s’adresse «aux jeunes de plus de 16 ans» et aux adultes.

Le bénévolat comporte trois axes: la restauration de l’édifice, l’accueil des pèlerins et touristes qui se comptent par milliers, l’été dans la vallée, mais aussi, sur un plan spirituel, devenir «l’âme de l’abbaye», désertée depuis des siècles par ses moines.

Des tuyaux d’orgue à parrainer

Par ailleurs, des souscriptions sont lancées pour financer le chantier ainsi que l’installation d’un orgue dans l’édifice, classé monument historique. Chaque donateur pourra devenir le parrain de l’un des 808 tuyaux de l’instrument.

 

 

Publié dans France | Pas de Commentaire »

NON à la surveillance de masse !

Posté par cercletibetverite le 12 avril 2015

https://www.powerfoule.org/campaigns/renseignement/loi-anti-terrorisme/non-%C3%A0-la-surveillance-de-masse?t=dXNlcmlkPTM5MDcsZW1haWxpZD03Ng%3D%3D

Redaction Tibet-info

Dans son roman « 1984 », l’écrivain Georges Orwell imaginait en 1949 une société de surveillance et privée de liberté à faire froid dans le dos. Aujourd’hui officiellement « contre les terroristes ». Demain contre les opposants ?

  NON à la surveillance de masse ! dans France photoshophollandeSITE

La France, pays des libertés est menacée !

Sous couvert de lutte contre le terrorisme, notre gouvernement s’apprête à faire voter une série de mesures d’espionnage de masse dont nous allons tous être les victimes.
Toutes les organisations de défense des droits de l’homme et des libertés sont unanimes sur le danger que représente une telle loi et l’ont publiquement dénoncé. Mais plus qu’aux arguments, nos élus sont sensibles à la réaction du public.

Amplifions leur cri d’alarme/message d’alerte afin de montrer aux députés que nous ne voulons pas être écoutés et espionnés dans notre quotidien.

Signez la pétition !

PETITION

à l’ensemble des députés :

Nous vous demandons de sauvegarder l’esprit de notre Constitution en modifiant la loi dite anti-terrorisme en conservant le contrôle judiciaire indispensable à la protection de nos libertés individuelles


- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -

Références :

« Projet de loi n°2669 relatif au renseignement » – Assemblée Nationale – 19 mars 2015

« Projet de loi relatif au renseignement » – Ligue des Droits de l’Homme – 24 mars 2015

Renseignement : Un projet de loi « dangereux pour l’État de droit » – Politis – 26 mars 2015

« Loi sur le renseignement : les hébergeurs menacent de quitter la France » – Les Echos – 10 avril 2015

« Loi sur le renseignement : pourriez-vous être espionné ? » – Libération – 11 avril 2015

Publié dans France | Pas de Commentaire »

Futures villes chinoises en France : scandale de l’argent public et catastrophe européenne ?

Posté par cercletibetverite le 30 mars 2015

http://www.tibet.fr/actualites/futures-villes-chinoises-en-france-scandale-de-largent-public-et-catastrophe-europeenne/

eurosity

 

28/03/15 | 19 h 18 min par Francis Journot   

Futures villes chinoises en France : scandale de l’argent public et catastrophe européenne ?

Futures villes chinoises en France : scandale de l’argent public et catastrophe européenne ? dans Chine 841bb3203c605f6708411328a524e677
Francis JOURNOT

Bientôt, plusieurs milliers d’entreprises chinoises et à terme plus de 20 000, pourraient s’installer en Indre et en Moselle. Des plateformes commerciales et logistiques de transport et stockage, leur permettraient d’acheminer dans l’Europe entière mais aussi d’exporter dans le monde entier, la production importée d’Asie ou assemblée en France et indûment estampillée « made in France ». Mais le coût final pour le contribuable français pourrait se chiffrer en dizaines de milliards d’euros et des millions d’emplois européens pourraient à terme, être menacés. Les contours d’un scandale financier et d’une catastrophe économique semblent se dessiner.

6 MILLIONS DE MÈTRES CARRES PRÉS DE CHÂTEAUROUX

En juin dernier, trois cent invités dont des élus locaux et des représentants des états français et chinois, assistaient au Château d’Ozans, à l’inauguration d’une plateforme logistique destinée à accueillir des entreprises chinoises souhaitant se développer sur le marché européen.

Le projet, baptisé EuroSity, est developpé par Sino France economic cooperation zone (SFECZ), qui représente en France, Beijing Capital Land (BCL), filiale immobilière du fonds souverain d’investissement chinois Beijing Capital Group (BCG). Mark Bottemine, directeur général de l’aéroport de Châteauroux-Centre, ex-candidat PS pour la mairie de Châteauroux et initiateur du projet, déclarait au journal Le Monde en mai 2010 « Nous sommes finalement revenus avec un projet politique du gouvernement central [de la République populaire de Chine] ».

A terme, l’activité s’étendrait sur une zone de plus de 600 hectares, située aux portes de Châteauroux et s’articulerait autour du tarmac de l’ancienne base militaire de l’OTAN, capable d’accueillir les plus gros avions porteurs en provenance de Chine.
Cette nouvelle cité économique gérée par un fonds d’état chinois, pourrait bénéficier de la classification zone franche de l’ancienne base militaire et offrir aux entreprises, bon nombre d’avantages fiscaux dont une exonération de l’impôt sur les sociétés et des charges sociales pendant cinq ans ainsi qu’une défiscalisation des investissements.

Il n’échappera à personne que le principal but poursuivi, consiste à réaliser sur des produits finis ou semi-finis, une dernière étape mineure sur le territoire français afin de pouvoir ensuite inonder le marché européen et le monde entier de produits manufacturés et high-tech, avec un label made in France qui augmenterait considérablement la valeur ajoutée d’une fabrication pourtant souvent préalablement exécutée dans des conditions de travail proches de l’esclavage.

L’ancien maire de Châteauroux et sénateur UMP de l’Indre Jean-François Mayet, avait, au cours de son mandat municipal, effectué plusieurs déplacements en Chine afin de convaincre des entrepreneurs chinois de venir s’installer dans l’agglomération et s’exprimait en 2010 sur France Info : « Certainement que la Chine est arrivée à un moment où elle a besoin de présenter une image plus vertueuse, et le choix qu’ils font, c’est d’européaniser leur production, de peut-être marquer dessus made in Europe ou made in France ».

Depuis, Gil Averous, son ancien chef de cabinet et nouveau maire, a repris le flambeau et rencontré 900 entrepreneurs chinois en juillet dernier. Il annonçait, à son retour, l’implantation d’une première entreprise en automne mais déclarait ignorer le nombre d’emplois que celle-ci compte créer.

Le concept fait bonne figure en prévoyant également la transformation du château en hôtel quatre étoiles, la construction d’un pôle d’enseignement supérieur international en lien avec l’université française et des départements R&D.

Le Conseil Général de l’Indre a investi 15 millions dans des aménagements routiers. L’Agglomération de Châteauroux présidée par Gil Averous, financerait l’achat de terrains et la création de voieries avec un investissement de 91 millions sur 15 ans. La première pierre d’un immeuble de 4 500 m2 a été posée et les premières entreprises devraient s’installer dans un an. Le président de la SFECZ, se refuse à communiquer le nombre d’emplois que la zone pourrait créer mais promet d’investir environ 200 millions d’euros sur 5 à 8 ans dont 20 millions d’euros en 2014.

Cependant, si l’on considère que le coût de construction du pôle universitaire devant accueillir 6 000 à 8 000 étudiants avoisinerait probablement 40 ou 50 millions d’euros et qu’il faudrait ensuite allouer autour de 30 ou 40 millions d’euros de frais annuels de fonctionnement, le budget entier n’y suffirait guère. Et si l’on ajoute l’hôtel 4 étoiles, tous les travaux de la zone, l’édification d’immeubles de bureaux, d’entrepôts et de toutes les infrastructures indispensables, les coûts de fonctionnement de départements R&D, d’un aéroport particulier avec sa piste de 3.5 km, comptant parmi les plus importantes de France et comportant (peut-être ?) une douane dédiée, le budget annuel annoncé de 25 à 40 millions peu laisser dubitatif.

A moins que derrière un habillage médiatique vendant un « hub » de coopération sino-française, ne subsiste finalement du projet global, que la construction de quelques immeubles de bureaux et d’immenses entrepôts. Mais quelle que soit l’option retenue, le principal bénéficiaire de cette opération de capital investissement, serait SFECZ, dont la vente des terrains et des bureaux pourrait rapporter, selon les Échos, 2 milliards d’euros.

20 000 ENTREPRISES IMPORTATRICES CHINOISES PRÉS DE THIONVILLE

Le projet TerraLorraine ou ITEC, défendu par Patrick Weiten (UMP), Président du Conseil Général de Moselle, est développé par COMEX HOLDING, société basée en Chine, fondée par des spécialistes de la finance internationale. Un investissement de 150 millions pour la création d’une plateforme commerciale qui occuperaient 240 000 m2, devrait lors de la première phase, permettre l’accueil de 2 000 à 2 500 entreprises chinoises sur la zone d’Illange. Cependant, les dirigeants de la filiale européenne COMEX EUROS DEVELOPMENTS, basée au Luxembourg, n’ont jamais révélé l’origine des fonds ni le montage financier.

A terme, la surface construite totale de la zone atteindrait 6.5 millions de mètres carrés et devrait accueillir 20 000 entreprises chinoises. Le Conseil Général de Moselle met en avant la création de 3 000 emplois dés l’ouverture du site et à terme 30 000, pour un investissement total qui selon son président, atteindrait 6 milliards d’euros.

La nouvelle ville économique qui pourrait s’étendre sur une longueur de plusieurs kilomètres, s’offrirait une halle d’exposition et s’enorgueillirait d’un hôtel de luxe 5 étoiles de 300 chambres, d’un parking de 280 000 m2, de tours de bureaux et de centaines de résidences. Les entrepôts destinés à recevoir chaque jour les centaines ou milliers de containers arrivés par route ou voie fluviale, devraient s’étaler sur plusieurs millions de mètres carrés.

Le chiffre évoqué de 500 containers journaliers importés dés l’installation des 2 000 premières entreprises, équivaudrait probablement annuellement à environ 2.5 ou 3 millions de tonnes de produits importés et si l’on ose une projection, les 20 000 entreprises attendues pourraient bien importer chaque année, autour de 25 ou 30 millions de tonnes de marchandises vendues aux professionnels et peut être directement aux particuliers.

Pour comparaison, bien que les produits concernés ne soient guère alimentaires, la superficie totale des locaux du marché de Rungis, plus grand marché de produits frais au monde, n’occupe que 230 hectares et les arrivages physiques n’excédent guère 1.5 million de tonnes de marchandises par an pour un chiffre d’affaires de 8.5 milliards d’euros mais desservant 20 millions de consommateurs.

La plateforme mosellane du commerce chinois, permettrait, selon la liste officielle, l’importation et la distribution en France et en Europe, de vêtements et textiles, accessoires de mode, articles de sport et de loisir, cadeaux et fantaisies, mobiliers et équipement de la maison, matériels de construction et de bricolage, composants électriques et électroniques, produits de télécommunication et Informatique, machine et biens d’équipements industriels, matériels de sécurité et télésurveillance, équipements d’énergie nouvelle et d’économie d’énergie et matériaux de construction. Pour exemple, le chiffre de 5 000 containers /jour équivaudrait à une importation annuelle de dizaines de milliards de vêtements et de milliards de Smartphones, ordinateurs portables ou matériels électroménagers qui pourraient être réexpédiés avec le label « made in France » vers les autre pays d’Europe mais aussi vers les autres continents.

QUELLES PERSPECTIVES D’EMPLOI POUR LES MOSELLANS ?

L’activité générée par l’installation de 2 000 puis 20 000 sociétés importatrices de 500 à 5000 containers par jour pourrait effectivement créer de nombreux emplois. Mais qui peut croire que celles-ci choisiront de travailler avec des transporteurs acquittant leurs cotisations sur le sol français.

Il est également à craindre, que les entreprises, installées à proximité d’une zone géographique abondante en main d’œuvre des pays à bas coûts d’Europe, choisissent d’économiser 30 à 40 % sur leurs coûts salariaux (L’Allemagne, distante de 30 kilomètres d’Illange, emploie plus d’un demi-million de salariés détachés et notre pays en rétribue prés de 350 000).

De même, il est peu certain, que bien qu’ayant, dans le cadre de leur installation, des facilités d’obtention de visas pour recruter des personnels chinois, les dirigeants nouvellement installés, accordent leur préférence à des travailleurs mosellans aux exigences salariales plus élevées que leurs compatriotes.

Faible pouvoir d’achat d’employés sous-payés, modèle autarcique, il est peu sûr que nous assistions au formidable essor économique régional et à la création des emplois que le Conseil General promet aux chômeurs mosellans. Il eût été plus efficient de consacrer une part des investissements et de l’énergie déployée par les élus, à la réalisation de vrais projets industriels créateurs d’emplois.

ESPIONNAGE, DUMPING ET CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI

Les effets sur l’emploi dans de nombreux pays d’Europe, pourraient s’avérer désastreux et l’industrie européenne pourrait connaitre une nouvelle hécatombe. Parmi les 20 000 ou 22 000 sociétés qui devraient s’installer, certaines ne comptent que quelques milliers d’employés en Chine mais d’autres en comptent plusieurs dizaines de milliers. Ainsi, le nombre cumulé du personnel de ces entreprises pourrait représenter en Asie, plusieurs millions d’emplois.

Alors nul ne doute que les exigences de croissance de ces entreprises nécessiteraient une politique commerciale agressive fondée sur le dumping et à laquelle les entreprises industrielles européennes ne pourraient guère résister. HUAWEI, géant des technologies de l’information et de la communication qui devrait s’installer bientôt à Châteauroux, emploie 150 000 personnes et réalise 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel mais l’Union Européenne l’accuse de dumping de ses produits sur le marché européen et reproche au gouvernement chinois de lui avoir versé des aides illégales.

Par ailleurs, ce groupe né en 1988 au sein de l’armée populaire de libération chinoise a dépensé l’an dernier 3 millions d’euros en lobbying à Bruxelles pour notamment, tenter de faire oublier les accusations d’espionnage qui pèsent sur lui. Le 29 septembre 2014, lors d’un entretien avec Manuel Valls, les promesses d’investissement et de création d’emplois de son fondateur Ren Zhengfei, ont semble t-il, convaincu le Premier ministre, de soutenir l’implantation du géant des télécom.

Mais le gouvernement peut-il ignorer les recommandations du rapport du sénateur Jean Marie Bockel, et décider de faciliter l’implantation d’un groupe suspecté d’espionnage et déjà jugé indésirable par l’UE, les États-Unis et l’Australie.

Des élus locaux, nationaux et membres du gouvernement ont-ils vocation, sans une consultation préalable de l’ensemble des partenaires européens, à décider de l’avenir de l’industrie manufacturière européenne au moment où certains pays comptent 40 % ou 50 % de jeunes chômeurs. Bon nombre de pays membres de l’UE bâtissent une grande part de leur développement avec une industrie manufacturière pouvant représenter jusqu’à 35 % de l’emploi pour certains d’entre-eux. Les pays de l’UE seraient parfaitement fondés à s’opposer à des projets qui modifieraient leurs orientations économiques, feraient bondir leur chômage et lamineraient ce qu’il reste de l’industrie européenne.

QUI PAIERA POUR CES PROJETS PHARAONIQUES ?

On peut se demander comment les mises de base des fonds d’investissement, de 20 millions pour le projet de Châteauroux ou 150 millions d’euros pour celui d’Illange, pourraient permettre d’ériger ces véritables villes. Il convient de comptabiliser toutes les dépenses dont celles générées par la construction des infrastructures publiques indispensables.

Alors comment seront réellement financés ces deux projets pharaoniques ? Quel sera le montant des subventions distribuées aux entreprises ? En cas d’aides jugées non conformes, l’État français sera ensuite tenu de payer des amendes à la commission Européenne mais parviendra t-il à obtenir des entreprises chinoises, la restitution des aides, ordonnée par Bruxelles ?

Combien d’usines françaises fermeront ? La perte de 100 000 ou 200 000 emplois ouvriers, estimation basse, pourrait représenter, si l’on tient compte des emplois indirects et induits, une perte de 300 000 à 800 000 emplois dont le coût annuel en dépenses pour l’emploi (DPE) et dépenses connexes, pourrait atteindre 7.5 à 20 milliards. Par ailleurs, il nous faudra aussi appréhender les effets en cascade. L’aggravation du déficit de la balance commerciale et des comptes publics dont celui des régimes de protection sociale due à la baisse du nombre de cotisants. Et si l’on ajoute les effets d’une accentuation de la désertification dans de nombreux territoires, les préjudices seraient multiples. Aussi, le coût total pour le contribuable français, pourrait à terme, atteindre plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Les gaspillages ou scandales de l’argent public sont certes légion, néanmoins, bon nombre de contribuables pourraient juger intolérable que l’État français cofinance des projets émanant du gouvernement central de la République Populaire de Chine, dictature qui continue à exécuter chaque année plusieurs milliers de ses opposants politiques, ou de fonds d’investissement basés dans des paradis fiscaux dont le souci n’est certainement pas la création d’emploi et dont l’opacité des capitaux devrait interpeller.

L’INCOHÉRENCE D’ARNAUD MONTEBOURG ?

Ces projets mortifères pour la fabrication française, sont connus depuis plus de 4 ans, pourtant les ténors des gouvernements n’ont jamais protesté. L’ancien ministre du Redressement Productif connait le porteur du projet d’illange, Régis Passerieux, depuis la fin des années 80. Cet énarque, avocat, et ancien maire PS qui à milité aux cotés de l’actuel ministre du travail François Rebsamen, aurait déclaré en 2013, a la suite d’une entrevue avec Arnaud Montebourg « Bien sur que je lui en ai parlé. Il m’a écouté attentivement et n’a semblé ne rien avoir contre. » Pourtant, qui peut nier que ces concepts sont susceptibles de galvauder définitivement l’image de la fabrication française et de provoquer la fermeture de nombreuses usines sur le territoire français. Alors cela interroge encore : Est-il acceptable que des ministres, pourtant rémunérés pour protéger l’économie et l’emploi, aient fermé les yeux.

Maintenant, notre association, bien que non subventionnée, doit s’ériger pour palier leur manquement et constituer une opposition à ces deux projets éminemment dangereux pour notre pays.

Souhaitons que notre article alerte le premier Président de la Cour des Comptes Didier Migaud et que celui-ci tire la sonnette d’alarme avant un désastre industriel. Le gouvernement pourrait également se raviser avant un scandale qui éclabousserait la classe politique. Il est en effet probable que la justice devra un jour déterminer la responsabilité de chacun des acteurs publics qui auront facilité l’aboutissement de projets engageant sans visibilité et sans limite, l’argent de tous les contribuables français. Pourquoi ne pas créer une commission d’enquête parlementaire. Aujourd’hui, les pouvoirs publics ne semblent pas encore avoir pris toute la mesure de scandales certes, en devenir mais déjà manifestes de l’argent public.

Des députés des 28 pays membres de l’UE pourraient également se révéler soucieux de la sauvegarde de leurs industries manufacturières et décider de faire valoir auprès de la Commission Européenne, une légitime opposition à ces implantations, justifiée, entre autres, par des aides disproportionnées, des accusations d’espionnage et une distorsion accrue de la concurrence, basée notamment sur le dumping.

Francis Journot

Francis Journot est membre des associations citoyennes www.vetements-made-in-france.com, www.international-convention-for-minimum-wage.org , www.rendez-nous-notre-industrie.com

http://www.vetements-made-in-france.com/medias/images/china-flag1-300x…

http://www.legrandsoir.info/futures-villes-chinoises-en-france-scandale-de-l-argent-public-et-catastrophe-europeenne.html

 

Rappel :

http://tempsreel.nouvelobs.com/immobilier/immobilier-d-entreprise/20140613.OBS0401/chateauroux-debut-des-travaux-d-eurosity-le-projet-de-reconversion-de-l-ex-base-de-l-otan.html

Châteauroux : début des travaux d’EuroSity, le projet de reconversion de l’ex-base de l’Otan

 A Châteauroux, l’ancienne base militaire est au cœur d’une vaste zone d’aménagement franco-chinoise, baptisée EuroSity.
A Châteauroux, l'ancienne base militaire est au cœur d'une vaste zone d'aménagement franco-chinoise, baptisée EuroSity.  GUILLAUME SOUVANT / AFP A Châteauroux, l’ancienne base militaire est au cœur d’une vaste zone d’aménagement franco-chinoise, baptisée EuroSity. GUILLAUME SOUVANT / AFP

Les « esprits chagrins qui taxaient le projet de chimère » n’ont pas manqué, rappelle Gil Avérous, maire UMP de Châteauroux et président de son agglomération. Et pourtant : la première pierre a du projet de reconversion de l’ex-base de l’OTAN été posée hier. L’ancienne base militaire est au cœur d’une vaste zone d’aménagement franco-chinoise, baptisée EuroSity, et qui sera consacrée à l’éducation et la formation, à la logistique et à l’industrie. A proximité du tarmac hérité de la base aérienne, qui peut accueillir les plus gros avions porteurs existants, les autorités locales ont imaginé depuis 5 ans de créer un pôle de développement pour attirer les investisseurs chinois. Au côté de zones dédiées à la logistique et à l’industrie, un pôle d’enseignement supérieur international pourra accueillir à terme 6.000 à 8.000 étudiants.

Pour valoriser les 460 hectares d’EuroSity à Ozans (commune d’Etrechet), l’agglomération de Châteauroux a déjà investi 11 millions d’euros et prévoit d’apporter 90 millions au total. Le Conseil général de l’Indre a mis la main à la poche pour 15 millions d’euros. Les autorités locales escomptent récupérer leur mise, sur 15 ans, à hauteur de 80 à 85 millions d’euros grâce à la vente de terrains à l’opérateur SFECZ, filiale sur place du groupe de promotion immobilière Beijing Capital Land (du fonds d’investissement de la municipalité de la capitale chinoise, Beijing Capital Group).

Les partenaires du projet ont choisi le 11 juin, jour du 50ème anniversaire de la reconnaissance par la France de la République populaire de Chine pour poser la première pierre d’EuroSity. Le premier bâtiment de 4.500 mètres carrés de bureaux doit commencer à sortir de terre en juillet pour être mis en service en janvier 2016. Quant aux premiers étudiants, ils pourront être accueillis à Châteauroux dès la fin de cette année. Eurosity veut en effet se développer autour de trois secteurs dédiés à la formation et l’éducation, à la logistique grâce à l’aéroport de Châteauroux, à sa position centrale et à sa proximité de Paris, et à l’industrie notamment pour l’électronique, les équipements de télécommunications et les énergies nouvelles.

EuroSity « ambitionne d’être l’un des principaux catalyseurs de la coopération entre les entreprises chinoises, françaises et européennes », a indiqué Gil Avérous qui en attend une « relance économique » dans une région sinistrée. Les employés de la future plateforme sino-européenne devraient être recrutés localement à 80 %, a-t-il souligné. « Notre longue marche est loin d’être terminée », a cependant averti le maire de Châteauroux.

La Sino-France economic cooperation zones (SFECZ) a déboursé d’ores et déjà 3,3 millions d’euros pour acquérir deux parcelles de la zone. L’opérateur prévoit d’investir 20 millions d’euros pour 2014, et environ 200 millions « sur 5 à 8 ans », a indiqué à la presse son président, M. Wang Shouyu.

Dans la corbeille, les Chinois ont apporté un accord avec le groupe de télécommunications Huawei, qui assurera dans un premier temps la fourniture de services à la plateforme avant d’y installer un centre de formation pour l’Europe, une plateforme logistique et un centre de recherche et développement. Le groupe chinois Sanei (ascenseurs) a de son côté choisi Châteauroux pour y implanter son « show-room » européen, et projette d’y installer à terme un centre de formation/recherche et développement et une plateforme logistique pour pièces détachées.

Le groupe de formation Aformac a également décidé de se joindre à l’aventure pour mettre en oeuvre des échanges d’étudiants et de professionnels, et mettre en place des cursus communs chinois, français et européens. EuroSity doit permettre aux entreprises chinoises de rapprocher leurs lieux de production et leurs services après-vente du marché européen, et de développer des partenariats, selon SFECZ. Elle doit aussi faciliter les partenariats commerciaux et en recherche et développement et renforcer leurs capacités d’exportation vers la Chine, espère l’opérateur chinois.

Publié dans Chine, France | Pas de Commentaire »

Comment la Chine tisse sa toile en France

Posté par cercletibetverite le 23 mars 2015

http://www.latribune.fr/economie/international/comment-la-chine-tisse-sa-toile-en-france-463132.html

Comment la Chine tisse sa toile en France

Investissement Les Chinois ont racheté au moins 75 vignobles dans le bordelais depuis cinq ans.

Les Chinois ont racheté au moins 75 vignobles dans le bordelais depuis cinq ans. (Crédits : Reuters)
latribune.fr  |  23/03/2015, 16:44  -  1001  mots
Le futur partenariat entre Total et la Chine en Russie illustre la participation de plus en plus fréquente de Pékin dans le fonctionnement des entreprises françaises. Tour d’horizon des principaux investissements chinois en France.
La France est-elle devenue dépendante de la Chine ? On en est encore loin. Selon un récent rapport sur l’attractivité française, la Chine est le 8e investisseur étranger sur le territoire. La France n’attire « que » 3,7% des projets émanant du pays. Mais ce dont on peut être sûr, c’est que les partenariats en France et à l’étranger entre les deux pays sont de plus en plus nombreux. Et dans des secteurs de plus en plus variés.Dernière annonce en date : l’annonce par Total de la probable signature courant 2015 d’un accord sur un projet gazier en Russie. La France cherche à lever 10 à 15 milliards de dollars de Pékin pour le cofinancer. Le projet ne se déroulera pas sur un site français mais il souligne à nouveau la proximité entre les deux économies. Une proximité marquée notamment par des prises de participation de plus en plus fréquentes de la Chine dans les entreprises françaises. Revue de détail.

  • Dailymotion bientôt franco-chinois ?

Le Wall Street Journal affirmait lundi 16 mars que le groupe chinois PCCW était entré en négociations exclusives avec Orange en vue de racheter 49% du site internet français le plus consulté au monde. Le gouvernement français semble donc voir d’un meilleur oeil les discussions avec la Chine plutôt qu’avec les Etats-Unis. A l’époque ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg avait refusé un rapprochement de Dailymotion avec Yahoo!. A noter : le patron de PCCW Richard Li n’est autre que le fils de Li Ka-Shing… qui a racheté le groupe français Marionnaud pour 950 millions d’euros en 2005.

  • Fosun rachète le Club Med

Le conglomérat chinois Fosun et un groupe d’investisseurs français et brésiliens ont remporté en janvier dernier une offre publique d’achat amicale sur le Club Méditerranée. Fosun était actionnaire du groupe de vacances depuis 2010. Après dix-huit mois de bataille boursière, les Chinois ont proposé 24,6 euros par action (939 millions d’euros) et sont devenus propriétaires de la célèbre enseigne de loisirs. Un rachat qui a visiblement donné des idées aux Chinois dans le secteur du tourisme. Le 6 mars dernier, Fosun annonçait avoir racheté 5% (127,1 millions d’euros) du plus ancien groupe de tourisme au monde, Thomas Cook. Espérant doubler sa mise rapidement.

  • Deux Chinois et un canadien s’offrent 49,9% de l’Aéroport Toulouse-Blagnac

Deux investisseurs chinois ainsi que le fonds canadien SNC Lavalin ont racheté près de la totalité des parts de l’État dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac en décembre dernier. Cette opération a signé l’échec de la campagne de crowdfunding lancée pour lutter contre la privatisation de l’aéroport en novembre. En un mois, la plateforme de financement participatif Wiseed avait pourtant récolté un montant record de 14,3 millions d’euros destinés au rachat des parts de l’État. Le gouvernement français s’est toutefois empressé de rassurer les Français : les pistes et les murs de l’aéroport resteront bien français.

  • Dongfeng entre au capital de PSA Peugeot Citroën

L’entrée du constructeur chinois Dongfeng au capital de PSA en janvier 2014 a signé la première alliance entre un grand groupe automobile français et un investisseur chinois. Dongfeng a investi 800 millions d’euros dans le groupe automobile, le même montant que l’Etat français, lui aussi entré au capital à ce moment-là. Dongfeng détient alors 14% de PSA.

  • GDF Suez

En 2011, la China Investment Corporation (CIC) a racheté 30% des parts de la branche exploration-production de GDF Suez pour 3,2 milliards de dollars (2,47 milliards d’euros).

  • Les Chinois s’intéressent au lait infantile

Début février, une nouvelle usine de production de lait infantile a vu le jour à Isigny (Calvados). L’investissement total a été de 62 millions d’euros, majoritairement réalisé par la coopérative Isigny Sainte-Mère. L’actionnaire chinois Biostime – une entreprise de nutrition et de soins pour enfants en Chine - a investi le tiers de cette somme. À Carhaix (Finistère), c’est le producteur laitier chinois Synutra qui s’est engagé à son tour dans la construction d’une usine de poudre de lait. Il a investi 90 millions d’euros.

  • Taihai échoue sur son implantation dans Manoir Industries

Les branches « Petrochem & Nuclear » et « Specialties » de Manoir Industries ont été acquises en juin 2013 par l’équipementier nucléaire Yantai Taihai. A l’époque, le montant n’a pas été communiqué. Les difficultés sont cependant arrivées très vite pour le fondeur chinois. En février, la Forge de Custines se déclarait en cessation de paiements après avoir accumulé 6 millions d’euros de pertes. Une période d’observation de six mois a été ouverte.

  • Au moins 75 vignobles du bordelais rachetés

Fin novembre 2012, un industriel chinois s’est offert le château de Bellefont-Belcier dans le vignoble bordelais. C’est la première fois qu’un ressortissant de ce pays s’offrait un grand cru classé de Saint-Emilion. Les Chinois sont devenus férus de vignobles français. Selon Challenges, au moins 75 propriétés ont été rachetées en cinq ans.

  • Kai Yuan Holdings rachète l’hôtel Marriot

Le fonds d’investissement de Hong Kong a déboursé 344,5 millions d’euros en juin dernier pour s’offrir l’hôtel de luxe sité sur les Champs-Elysées à Paris. Le but : transformer ce palace parisien de 18.000 mètres carrés en référence pour les touristes chinois fortunés.

  • Chaussures de luxe et prêt à porter

Le fond chinois Fung Capital a acquis 90% de la marque de chaussure de luxe Robert Clergerie pour environ environ 10 millions d’euros en 2011. L’année suivante, c’est la griffe Sonia Rykiel qui passait sous l’escarcelle de Fung Capital. La holding a racheté 80% des parts de la marque, encore indépendante, à la famille fondatrice.

  • Bientôt une ville franco-chinoise

Un énorme projet devrait voir le jour fin 2016 à Illange, petit village de 2.000 habitants en Moselle. La construction d’un méga centre d’affaires franco-chinois qui devrait accueillir 2.500 petites et moyennes entreprises chinoises. Lancé en 2012, le projet semblait s’enliser, notamment sous des contraintes juridiques. Mais il vient d’être relancé.

 

Publié dans Chine, France | Pas de Commentaire »

Drôle et touchant : la vidéo pour soutenir les chiens guides d’aveugles

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://www.purebreak.com/news/drole-et-touchant-la-video-pour-soutenir-les-chiens-guides-d-aveugles/84143#lt_source=external,manual

Drôle et touchant : la vidéo pour soutenir les chiens guides d’aveugles

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Aussi incroyable que cela puisse paraître, certains établissements interdits aux animaux domestiques refusent de faire exception pour les chiens guides d’aveugles. Une méconnaissance du caractère vital de ces animaux pour leurs maîtres malvoyants, qui sont totalement dépendants de leur compagnon à quatre pattes pour se déplacer dans n’importe quel lieu public. Ce clip, réalisé par la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles, tente de sensibiliser le public à la nécessité qu’on les aveugles d’avoir leur chien à leurs côtés où qu’ils soient.

Tant qu’on n’aura pas inventé le chien guide de poche…

Le clip montre tout d’abord quelles situations les chiens guides permettent aux aveugles d’affronter dans une relative sérénité. Éviter des obstacles imprévisibles sur le trottoir, d’être mouillé par un pot de fleur fraîchement arrosé, de tomber dans un égout dont la plaque est soulevée, d’être renversé par des cyclistes… Autant de situations du quotidien qui ne posent pas problème pour une personne valide mais qu’un non-voyant ne peut affronter seul.

Mais à l’arrivée au supermarché, le vigile refuse de laisser entrer l’aveugle avec son chien guide car le magasin est interdit aux animaux. Idiot et humiliant pour l’aveugle, qui aura besoin aussi de son chien guide dans la boutique. Espérons que ce clip aidera les entreprises qui interdisent sans distinction tous les animaux derrière leurs portes à changer de mentalité !

 

Publié dans France | Pas de Commentaire »

Gironde: Le Relais de Margaux passe sous pavillon chinois

Posté par cercletibetverite le 10 mars 2015

http://www.20minutes.fr/bordeaux/1559287-20150310-gironde-relais-margaux-passe-sous-pavillon-chinois

Bordeaux

Placé en redressement judiciaire depuis le mois de mai, le prestigieux établissement du Médoc a été racheté par le groupe Huayu…

Gironde: Le Relais de Margaux passe sous pavillon chinois

L'hôtel Le Relais de Margaux, dans le Médoc (Gironde)
L’hôtel Le Relais de Margaux, dans le Médoc (Gironde) – Relais de Margaux

Mickaël Bosredon

    • Publié le 10.03.2015 à 17:45
    • Mis à jour le 10.03.2015 à 17:57

La direction du prestigieux hôtel-golf Le relais de Margaux (quatre étoiles) vient d’annoncer dans un communiqué que le tribunal de commerce de Bordeaux a statué en faveur du groupe chinois Huayu pour le rachat de l’établissement. Il avait fait une proposition de 5,3 millions d’euros pour reprendre l’hôtel, placé en redressement judiciaire en mai 2014.

«C’est une très bonne nouvelle, a-t-on commenté dans l’entourage de la direction, conntactée par 20Minutes ce mardi. Les 35 emplois sont préservés, et l’ambition du groupe Huayu qui gère déjà des hôtels de luxe et des centres commerciaux en Chine est de remettre Le Relais de Margaux à la place qui est la sienne. D’importants travaux de modernisation vont ainsi avoir lieu, avec une attention toute particulière sur la restauration.» Le nouveau propriétaire prévoit d’investir «dans la rénovation des chambres, des restaurants, des salles de séminaires et du parcours de golf entourant le domaine» précise le communiqué. On devrait en savoir plus dans les prochaines semaines.

«Attirer la clientèle française, européenne et chinoise»

Le représentant du Groupe Huayu et Président de cette nouvelle société française, Peter L. Herweck, va superviser ce plan de rénovation. La directrice actuelle, Nathalie Millet, reste en place.

«Le Relais de Margaux est un excellent hôtel avec de nombreux équipements et un parcours de golf 18 trous, situé au bord de l’estuaire de la Gironde et entouré de prestigieux vignobles de renommée internationale. Ce joyau a besoin que l’on en prenne soin et c’est exactement ce que nous avons l’intention de faire» a déclaré Peter L.Herweck via le communiqué.

Le groupe Huayu «souhaite attirer aussi bien la clientèle d’affaires que la clientèle de loisirs Française, Européenne et Chinoise.»

Publié dans France | Pas de Commentaire »

Le 14 Mars, Paris devient la Capitale du Tibet-Libre.

Posté par cercletibetverite le 3 mars 2015

http://blogs.mediapart.fr/edition/tibet/article/020315/le-14-mars-paris-devient-la-capitale-du-tibet-libre

Le 14 Mars, Paris devient la Capitale du Tibet-Libre.

02 mars 2015 |  Par pierre guerrini

Le 14 Mars, Paris devient la Capitale du Tibet-Libre.     dans France 10680133_10152983483334724_529272615178916265_o

 

Le 14 Mars 2015, Paris se fait Lhassa, Paris se fait Capitale Européenne et Mondiale du Tibet-Libre …

C’est annoncé partout, Paris se réincarne enfin à nouveau en ce qu’elle fut si souvent, le Corps de la liberté en marche, la Parole de la liberté clamée et proclamée, l’Esprit subtil de la Liberté qui se répandait de par le monde entier, faisant se jeter bas les tyrans, abattant les murs qu’en de lointaines contrées ces mêmes tyrans élevaient pour contraindre leurs peuples.

Paris, à l’orée du Printemps et au sortir de l’hiver se pare des couleurs du Tibet, gageons là que ce soit les signes annonciateurs, AVANT-COUREURS  et encourageants d’une proche libération du peuple TIBETAIN SUR SON TERRITOIRE.

Paris se pare des attributs des espoirs du Peuple Tibétain, Paris se fait joyaux Adamantin, joyaux aux quatre Nobles vérités, chausse les bottes de sept lieux qui lui font franchir tous les espaces, se jouent des immensités et des distances, saute les obstacles des murailles artificielles construites par l’homme au service de régimes dictatoriaux.

Paris chausse ses bottes de sept lieux en peau de Yak, pour porter le souffle de la liberté sur le Toit-du-Monde, et le répandre sur toutes les provinces du Tibet-meurtri-et-occupé.

Paris se fait tambour sacré, gong vibrillonnant, bol chantant aux sept métaux, Paris se fait chantre de la liberté aux dix mille saveurs, Paris se pare  des huit  symboles auspicieux du Bouddhisme Tibétain, des huit signes auspicieux favorables, Conque blanche dextrogyre, Noeud infini, Couple de Poisons, Lotus, Parasol, Urne, Roue, Chasse-mouche chez les Népalais, Bannière.

Bottes de sept lieux  qui vont porter la clameur liberatrice de l’Europe et du monde libre aux confins de l’Himalaya et y souffler, fort et sifflant, le vent de la liberté, le souffle-glaive libérateur, le 14 Mars, Lhassa est à Paris, et à son retour clamera le Tibet Libre, Libre et Indépendant.  Et Lhassa sera libérée.

Le 14 Mars, les 8 huit signes auspicieux à l’honneur, en adoptent un 9 eme. Le font leur, ce Neuviéme, symbole de Paris, les 8 huit signes auspicieux adoptent la Tour Eiffel.

 

Les 8  symboles Les 8 symboles

 

Tsering Wangchuk, porte-parole du gouvernement en exil, l’a confirmé, le très brillant Chef du gouvernement tibétain en exil, diplomé d’Harvard,   Lobsang Sangay, Premier Ministre tibétain en exil,  le docteur Sangay fera le voyage et sera à Paris, pour l’évènement.

Et, selon Gyatso Thupten qui  représente la communauté tibétaine en France, Lobsang Sangay y participera activement ce 14 Mars, près de la Tour Eiffel, avec des délégations et des européens venus de 15 pays, et appelés à participer massivement à cette manifestation de grande ampleur et qui génère tant d’espoirs.

Le chercheur diplômé de Harvard s’exprimera lors du rassemblement, et en appelera à la communauté internationale afin que soit renoué le dialogue entre les Tibétians et les Chinois, et ce au niveau gouvernemental, alors que selon le premier ministre tibétain, au Tibet, c’est   » répression totale et discrimination totale  » de rigueur.

Les rapports des associations et organisations internationales sont, à ce sujet, on ne peut plus  » explicites et accablants « .  Pékin résiste, Pékin s’irrite, Pékin fait la sourde oreille, Pékin ostracise et brutalise et redouble de brutalité pour peu qu’il soit question de pourparlers, d’autonomie relative et de mise en place de libertés politiques, économiques et culturelles.

La Marche Européenne, la Marche « L’Europe soutient le Tibet »  débutera  Place du Trocadéro, à 10h30.

«  Nous avons décidé de nous rassembler à Paris, la ville où les mots liberté, fraternité et égalité ont une réelle signification et une résonance très forte à un moment crucial pour le Tibet », commente Thupten Gyatso, le Président de la communauté tibétaine en France.

« Nous savons que les européens sont sensibles à la cause tibétaine et leur objectif est de faire passer ce message jusqu’aux principaux responsables politiques européens.Nous souhaitons également transmettre un message d’espoir au peuple tibétain.  « Nous reconnaissons leur courage dans ce combat toujours pacifique pour la liberté et nous voulons leur dire que nous les soutenons. »

 

 Sa Sainteté  Tibet   Coll. Pers. Sa Sainteté Tibet Coll. Pers.

De nombreux dirigeants politiques, tibétains et européens, témoigneront de leur soutien indéfectible au Peuple Tibétain.

Des milliers de tibétains venant de toute l’Europe, mais aussi tous ceux qui sont sensibles au combat mené pour les droits hu-mains au Tibet, convergeront vers Paris, où ils se regrouperont et se rassembleront.  La Marche « L’Europe soutient le Tibet » se déroulera et honorera le jour des 80 ans de Sa Sainteté Le Dalai-Lama.

« L’ONG International Campaign for Tibet est extrêmement préoccupée par la privation de libertés que subit le peuple tibétain », ajoute Vincent Metten, Directeur européen de l’association.

Et de poursuivre :

« Pour cette marche, plusieurs dessinateurs européens ont contribué en imaginant des caricatures qui représentent le droit du peuple tibétain à la liberté d’expression, de conscience et de religion. Toutes ces libertés et ces valeurs doivent être défendues par les pays européens, mais aussi par le gouvernement chinois. »

La Marche « L’Europe soutient le Tibet » rassemblera européens et tibétains, à Paris,  pour affirmer leur solidarité et mobiliser les principaux dirigeants politiques européens afin qu’ils trouvent de toute urgence  avec les autorités chinoises, une solution pour le futur du Tibet. Les organisateurs appellent le gouvernement chinois a rapidement reprendre le dialogue sino-tibétain au plus haut niveau et sans condition.

 

Seront présentes lors de La Marche, les personnalités :

 

Lobsang SangayLobsang Sangay

Lobsang Sangay, Premier Ministre tibétain en exil, Robert Badinter, Ancien Ministre de la Justice et ancien Président du Conseil Constitutionnel Karim Lahidji, Président de la Ligue des Droits de l’Homme, Harry Wu, Directeur du Bureau d’Etudes de Laogai, Matteo Mecacci, Président de l’ONG International Campaign for Tibet.

La Marche débutera, donc, le Samedi 14 mars 2015, à 10h30,  Place du Trocadéro et les participants se dirigeront  vers le Champ de Mars jusqu’au mur de la Paix; où, à à partir de 14h, discours et performances artistiques et culturelles se dérouleront.

La Marche marque l’anniversaire du soulèvement national du Tibet contre la Chine en mars 1959. Mais aussi, la vague de protestions sans précédent qui a eu lieu à partir du 10 mars 2008. Elle rendra hommage aux 136 tibétains qui se sont immolés au Tibet depuis 2009 à cause de l’oppression existante.
La Marche « L’Europe soutient le Tibet » est organisée par les communautés tibétaines en Europe, ainsi que par l’ONG International Campaign for Tibet. Des participants d’autres pays non-membres de l’Union européen y seront également présents.

 

 dans Tibet

Europe Stands With Tibet

 

Pékin, qui méne, au Tibet, une politique d’Apartheid, n’en finit pas de dire, alors que le régime organise un changement de population et une colonisation  de peuplement du Tibet, de dire et de répéter que la région a prospéré sous sa domination, mais le gouvernement en exil, basé en Inde, accuse la Chine de répression sévère. Laquelle a suscité une vague sans précédent d’immolations.

 

2015-03-02_16h32_48

Le Rallye de Paris, annoncé lors les enseignements de Sa Sainteté le Dalaï Lama

Bâle, le 11 Février 2015 -

Wangpo Tethong et Thubten Wangchen, les deux membres du Parlement tibétain en exil, en ont appelé aux plusieurs milliers de Tibétains et d’ Européens réunis à Bâle, en Suisse, à l’occasion des enseignements de Sa Sainteté le Dalaï Lama les 7-8 Février 2015,  les enjoignant de venir à Paris le 14 Mars 2015.

Les deux membres du Parlement tibétain en exil ont demandé aux 7000 Tibétains d’inviter leurs amis européens à se joindre à eux pour le rallye du Tibet à Paris. Le logo de la manifestation avec le slogan « l’Europe est avec le Tibet  » a été projeté sur écran.

 

2015-03-02_19h14_17

 

Rejoignez le Rallye ! …

Chers frères et soeurs tibétains en Europe,

Comme vous le savez, nos frères et soeurs tibétains au Tibet subissent d’immenses répressions politiques, sociales et économiques, de la part du gouvernement chinois et la situation s’aggrave de jour en jour.

En ces temps difficiles, les communautés tibétaines en Europe, ont décidé, à l’unanimité, de tenir let Rassemblement,  le Tibet à Paris, le 14 Mars 2015, impliquant tous les Tibétains et tous nos partisans en Europe,  pour commémorer le 56e soulèvement national tibétain. Le Rallye « L’Europe soutient  le Tibet » débutera à 10h30,  au Trocadéro, Paris.

Compte tenu de l’importance de l’événement, je vous exhorte toutes et tous à rejoindre le Rassemblement pour montrer votre attachement à la grande Nation tibétaine et à ses habitants, et pour vous inscrire à notre unité et témoigner de la solidarité avec les autres Tibétains de l’intérieur.

Pour permettre à un très grand nombre de participants le 14 Mars, je vous exhorte et vous rappele à tous de solliciter un congé de vos employeurs à partir de maintenant et de réserver des billets de voyage à l’avance.

Je demande aussi à tous de participer au rassemblement dans des robes traditionnelles tibétaines complets et aussi d’inviter et de venir accompagnés  d’autant d’amis européens du Tibet  pour le rallye.

Thubten Gyatso (M.).
Chef adjoint et coordonnateur pour l’Europe.

ཡུ་རོབ་རྒྱལ་ཁབ་འདྲ་མིན་གྱི་ནང་དུ་གནས་བཞུགས་བོད་རིགས་སྤུན་ཟླ་ཡོངས་ཀྱི་སྙན་ལམ་དུ།
ཆེད་ ཞུ ་.

ཚང་མའི་དགོངས་མངའ་བཞིན་བོད་ནང་ལ་རྒྱ་གཞུང་གིས་དྲག་པོའི་དཔུང་ཤུགས་ཁོ་ ནའི་བེད་སྤྱོད་དབང་བསྒྱུར་འོག་ཏུ་ཚུད་པའི་གཞིས་ལུས་རྒྱ་ཆེའི་མི་མང་གི་ཆོས་ སྲིད་རིག་འབྱོར་སོགས་ཀྱི་གནས་སྟངས་ཧ་ཅང་སྐྱོ་བའི་ཐོག་ད་ལྟའི་ཆར་ཕྱོགས་ཡོངས་ ནས་ཛ་དྲག་ཆེ་རུར་འགྲོ་བཞིན་པའི་སྐབས་འདིར། ཡུ་རོབ་བོད་རིགས་ཚོགས་པ་རྣམས་ཀྱིས་འགྲིན་དབྱངས་གཅིག་གྱུར་གྱི་སྒོ་ནས་བོད་ དོན་གྲོས་ཆོད་བཞག་པ་གཞིར་བཟུང་གིས། འཆར་ ལོ 2015 ཟླ་ བ 3 ཚེས 14 རེས་གཟའ་སྤེན་པའི་ཉིན་ཞོགས་པ་ཆུ་ཚོད 10 དང་ སྐར་ མ 30 ཙམ་ནས་ཡུ་རོབ་བོད་དོན་ལས་འགུལ་ཆེན་མོ་ཞེས་པ་དེ། ཧྥ་ རན་ སིའི་ རྒྱལ་ས་ པ་ རེ་ སིའི་ ས་ ཆ་ Trocadéro ནས་འགོ་འཛུགས་བྱས་ཏེ་ཡུ་རོབ་བོད་དོན་ལས་འགུལ་ཆེན་མོ་འདི་ཉིད་སྤེལ་རྒྱུ་གཏན་ འཁེལ་བྱུང་བར་བརྟེན། ཡུ་རོབ་གླིང་ཆེན་དུ་གནས་བཞུགས་རྒྱ་ཆེའི་བོད་རིགས་མི་མང་ཚང་མས་གལ་ཆེན་དོན་ ཆེན་དུ་བརྩིས་ཏེ་རང་གི་རྒྱལ་ཁབ་དང་མི་རིགས་ཀྱི་རྩ་དོན་ཆེད་དུ་ལོ་རྒྱུས་རང་ བཞིན་ལྡན་པའི་ཡུ་རོབ་བོད་དོན་ལས་འགུལ་ཆེན་མོ་ནང་དུ་ཆ་ཤས་ངེས་པར་དུ་ལེན་ཐུབ་ པར་གནང་རོགས་ཅེས་སྙིང་ཐག་པ་ནས་འབོད་བསྐུལ་ཞུ་བཞིན་ཡོད།

དེས་ན་ད་ལྟ་ནས་བཟུང་སྟེ་བོད་མི་ཚང་མས་སོ་སོའི་ལས་ཀ་ནས་གང་མགྱོགས་དགོངས་ པ་ཞུ་ཕྱོགས་དང་། དུས་ཚོད་སྟབས་བསྒྲིགས་ཏེ་འགྲིམ་འགྲུལ་ལག་འཁྱེར་ཉོ་རྒྱུའི་གྲ་སྒྲིག་སོགས་ཚག་ ཚུད་ཡོང་ཆེད་ད་ལྟ་ནས་གསལ་བསྒྲགས་གཏོང་བཞིན་ཡོད་མོད། ལས་འགུལ་ནང་མཉམ་ཞུགས་གནང་མཁན་བོད་མི་ཚང་མས་བོད་ཆས་གཙང་མ་གྱོན་ཏེ་ཡུ་རོབ་ བོད་དོན་ལས་འགུལ་ཆེན་མོ་ནང་བོད་མི་རང་ཉིད་ཕེབས་ཐུབ་པར་བྱ་རྒྱུ་མ་ཟད་སོ་ སོའི་ངོས་ཤེས་པའི་བོད་ཀྱི་གྲོགས་པོ་ཡུལ་མི་གང་མང་མང་ཞིག་མཉམ་དུ་ཁྲིད་ཡོང་ ཐབས་གནང་རོགས་ཞུ་རྒྱུ་བཅས།

ཡུ་རོབ་བོད་དོན་ལས་འགུལ་ཆེན་མོའི་འགན་འཛིན་ལྷན་ཚོགས་ཀྱི་སྤྱི་ཁྱབ་འབྲེལ་མཐུད་པ་ཚ་ཁོ་ཐུབ་བསྟན་རྒྱ་མཚོས་ཧྥ་རན་སིའི་རྒྱལ་ས་པ་རེ་སི་ནས།

 

 

the_lotus_footprints_of_lord_krsna_hu23

Publié dans France, Tibet | Pas de Commentaire »

Les hôtels Kyriad et Campanile rachetés par un groupe chinois

Posté par cercletibetverite le 1 mars 2015

http://www.leparisien.fr/economie/les-hotels-kyriad-et-campanile-rachetes-par-un-groupe-chinois-01-03-2015-4567231.php

Les hôtels Kyriad et Campanile rachetés par un groupe chinois

Le groupe chinois Jin Jiang International a racheté le groupe français Louvre Hotel Group (Campanile, Kyriad…) au fonds d’investissement américain Starwood Capital pour un montant d’1,3 milliard d’euros. 

01 Mars 2015, 17h17 | MAJ : 01 Mars 2015, 17h48

 

Le groupe chinois Jin Jiang International a rachet&eacute; le fran&ccedil;ais Louvre Hotel Group (Campanile, Kyriad) au fonds d'investissement Starwood Capital, pour un montant de 1,3 milliard d'euros.
Le groupe chinois Jin Jiang International a racheté le français Louvre Hotel Group (Campanile, Kyriad) au fonds d’investissement Starwood Capital, pour un montant de 1,3 milliard d’euros. LP

 

Le Louvre Hotel Group passe des Etats-Unis à la Chine. Le groupe chinois Jin Jiang International a racheté le groupe d’hôtels français, qui regroupe les marques Campanile, Kyriad ou Première classe, au fonds d’investissement Starwood Capital pour un montant d’1,3 milliards d’euros, ont annoncé dimanche les deux parties concernées.
Cet accord «permettra de renforcer le développement du tourisme hôtelier entre la France et la Chine et l’expansion internationale des marques des deux groupes», précisent-ils dans un communiqué commun. Les groupes expliquent que «Groupe du Louvre a été cédé à la filiale luxembourgeoise à 100 % de Shanghai Jin Jiang International Hotels Development Co., Ltd., pour un montant de 1,3 milliard d’euros».

1 100 hôtels dans le monde pour Louvre Hotel Group

Depuis 2011, les deux groupes avaient déjà mis en place un partenariat visant à «accroître leur visibilité dans leurs marchés respectifs». D’autres fonds étaient en lice pour ce rachat dont l’américain Blackstone, le français PAI et le luxembourgeois CVC. Le groupe hôtelier français Accor avait aussi confirmé «participer aux enchères».

Louvre Hotel Group dit compter plus de 1 100 établissements dans le monde, dont 820 en France, où il est l’un des principaux acteurs du secteur, aux côtés du groupe Accor. De son côté, Jin Jiang, leader du tourisme et du voyage en Chine, est présent sur trois activités principales : l’investissement et la gestion hôtelière, les services touristiques, le transport et la logistique. Situé à la 14e place du classement hôtelier mondial en termes de chambres, Jin Jiang possède et exploite plus de 1 700 hôtels dans 11 pays, la Chine étant son marché principal.

L’amitié Franco-chinoise s’agrandit

Dans la même lignée et dans le but d’attirer une clientèle chinoise, le fonds d’investissement hongkongais Kai Yuan Holdings avait annoncé en juin 2014 le rachat de l’hôtel de la chaîne de luxe américaine Marriott sur les Champs-Elysées à Paris, pour 344,5 millions d’euros, au groupe immobilier français MCE PropCo.

Plus récemment, le géant Accor a annoncé en décembre nouer avec son homologue chinois Huazhu un partenariat commercial et capitalistique lui permettant de monter en puissance en Chine. Des partenariats qui confirment la nouvelle amitié entre les entreprises françaises et chinoises. En décembre, l’aéroport de Toulouse-Blagnac est ainsi passé à 49,99 % sous contrôle chinois. En janvier, le mythique «Club Med» passait également sous pavillon chinois pour près d’un milliard d’euros.

 

Publié dans Chine, France | Pas de Commentaire »

Frelon asiatique : fabriquez votre piège… et sauvez les abeilles !

Posté par cercletibetverite le 25 février 2015

http://www.wedemain.fr/Frelons-asiatiques-batissez-votre-piege-et-sauvez-les-abeilles-_a850.html

Frelon asiatique : fabriquez votre piège… et sauvez les abeilles !

Rédigé le 23 Février 2015 | Lu 28293 fois

 

[TUTORIEL] Vous avez du 15 février au 1er mai pour agir contre ce prédateur vorace qui conquiert la France depuis 2004. Le défi ? Bâtir assez de pièges pour capturer ses reines pondeuses, sans nuire aux autres insectes. We Demain vous explique comment vous y prendre.

Un frelon asiatique Source: Wikipedia Commons

Un frelon asiatique Source: Wikipedia Commons
C’est en 2004, dans un chargement de poteries chinoises, qu’aurait été importée en France la première reine de frelon asiatique (Vespa velutina). Depuis, l’insecte a prospéré à vitesse grand V sur notre territoire, dont le climat est comparable à celui de sa terre d’origine, située entre le Nord de l’Inde et la Chine. En seulement 10 ans, il a colonisé 70 % de la France.Le problème ? Ce frelon fait festin des abeilles, déjà menacées d’extinction. Pour se nourrir, Vespa Velutina se place en vol stationnaire devant la ruche et attaque les abeilles en les décapitant avec ses mandibules, avant de les emporter dans son nid pour nourrir ses larves. Une dizaine de ces insectes suffit à anéantir une ruche. Ce frelon s’en prend également aux autres insectes pollinisateurs, ce qui constitue une véritable catastrophe pour les écosystèmes. D’autant qu’avec son dard capable de traverser une épaisseur de 6 mm, cette espèce est agressive envers l’homme : ses piqûres sont très douloureuses et, suffisamment nombreuses, elles peuvent être mortelles.

Comment reconnaître ce frelon ? Long d’environ 3 cm, Vespa velutina est un peu plus petit que le frelon commun (Vespa crabo). Il s’en distingue aussi par sa coloration brun-noir, ses pattes jaunes et ses ailes fumées.

UN NID, C’EST 150 NOUVELLES REINES FONDATRICES

Première recommandation : si vous découvrez un nid, ne vous en approchez pas à moins de cinq mètres et signalez-le à votre mairie ou aux pompiers. Le nid sphérique fait généralement la taille d’un ballon de football, mais il peut atteindre jusqu’à 1 mètre de diamètre. Il se différencie de celui du frelon commun par son entrée latérale, et non verticale à la base. On peut en trouver partout : dans des cavités souterraines, sous les toits, dans des greniers, dans des buissons à hauteur d’homme, sur des façades de maisons, ou encore dans des arbres jusqu’à plus de 20 m de hauteur.

 

Carte de la présence du frelon asiatique en France en 2014. Source: Muséum National d'Histoire Naturelle

Carte de la présence du frelon asiatique en France en 2014. Source: Muséum National d’Histoire Naturelle
La « femelle fondatrice » du frelon asiatique naît à l’automne. Aux premiers gels, elle quitte le nid pour trouver une cachette où hiberner. Le reste de la colonie est alors abandonné… et succombe. Aux premiers redoux, vers la mi-février, la reine s’éveille et s’envole en quête de sucres énergisants afin de reprendre des forces pour bâtir un nouveau nid et y pondre. Durant 45 jours (entre le 15 février et le 1er mai), elle est la seule à s’y occuper de ses larves. C’est à ce moment qu’il faut la piéger. Car si rien n’est fait, 150 nouvelles reines s’envoleront de chaque nid à l’automne. Et le cycle recommencera.

MOBILISATION CITOYENNE

Pour l’enrayer, une mobilisation citoyenne est en cours, bien que les médias nationaux aient encore peu abordé le sujet. Des réunions, ateliers et appels aux volontaires ont eu lieu ces dernières semaines dans de nombreuses communes. L’objectif : installer des pièges entre le 15 février et le 1er mai dans des endroits ensoleillés, et si possible, à proximité des points d’eau. Le tout – et c’est la difficulté principale – en rendant ces pièges sélectifs afin de ne pas nuire aux autres insectes.À vous de jouer ! Voici un modèle de piège particulièrement astucieux, fourni par l’Association action anti frelon asiatique (AAAFA). Il possède une « piste d’atterrissage », qui est plus adaptée au vol rectiligne des frelons qu’un simple goulot de bouteille. Mais surtout, il laisse la vie sauve à tous ses autres visiteurs. Suffisamment large pour les frelons asiatiques, son ouverture de 9 mm bloque les frelons européens afin de ne pas leur nuire. De même, sa « piste de décollage » permet aux petits insectes de s’en extraire facilement et une éponge en mousse les empêche de se noyer. Large de 5,5 mm, la sortie est quant à elle trop petite pour les frelons, mais suffisante pour permettre aux abeilles de s’envoler.

 

Piège à frelon asiatique sélectif, modèle 2015, par l'AAAFA

Piège à frelon asiatique sélectif, modèle 2015, par l’AAAFA
Pour le réaliser, rien de plus simple : il vous suffit de rassembler 2 bouteilles d’eau (identiques de préférence), 2 abaisse-langue (demandez-en à votre médecin, mais si vous n’en trouvez pas, des bâtonnets de glace peuvent faire l’affaire), 1 paire de ciseaux, de la colle, de la ficelle, une éponge, un peu de bière brune et du miel.- Découpez les tiers supérieurs des deux bouteilles et collez les ensemble par la base pour former une sorte de toupie.

- Percez-y une ouverture de 9 mm de haut et de la largeur de votre premier abaisse-langue, que vous introduirez à l’intérieur.

- Fermez le bouchon du haut, afin d’éviter que la pluie ne pénètre dans votre piège, mais laissez celui du bas ouvert pour créer une nasse qui empêchera le frelon asiatique de remonter.

- Découpez une ouverture de 5,5 mm de haut dans la partie basse d’une de vos chutes de bouteille. Introduisez votre second abaisse-langue comme précédemment.

- Installez l’éponge, découpée à la forme voulue, et arrosez la d’un mélange de miel et de bière brune, qui repoussera les abeilles mais attirera les frelons asiatiques. Si des abeilles venaient malgré tout à s’égarer dans votre piège, vous pouvez rajouter du vin blanc pour accroitre la dissuasion.

- Refermez votre piège, sans colle, afin de pouvoir facilement le nettoyer. Vous n’avez plus qu’à l’accrocher en plein soleil avec votre ficelle. N’oubliez pas de renouveler l’appât tous les 15 jours.

- Lorsqu’une première reine frelon sera prise au piège, laissez-la à l’intérieur afin que ses phéromones attirent d’autres reines. Si elle ne meure pas, vous pouvez passer votre piège 10 secondes au micro-onde, ou le congeler une heure afin de l’endormir, puis la découper avec des ciseaux.

Alors, récupérons nos bouteilles, affutons nos ciseaux, et luttons ensemble contre ce fléau !

Jean-Jacques Valette
Journaliste We Demain

Publié dans France | Pas de Commentaire »

1234
 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...