• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Birmanie: un journaliste tué en prison

Posté par cercletibetverite le 24 octobre 2014

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20141024-birmanie-rangoon-journaliste-mort-prison-armee-karen/
BirmanieDroits de l’hommemédias
Publié le 24-10-2014 Modifié le 24-10-2014 à 15:11

Birmanie: un journaliste tué en prison

Par RFI
mediaLe journaliste birman aurait essayé de fuir alors qu’il était détenu depuis fin septembre après s’être rendu dans une zone sous contrôle des rebelles.Reuters/Soe Zeya Tun

L’armée birmane a annoncé, ce vendredi, qu’un journaliste avait été tué dans une zone de conflit. Il serait mort en essayant de s’échapper d’une prison où il était détenu. Ce professionnel de la presse avait disparu depuis plus de trois semaines dans le sud-est du pays, une région où les affrontements entre l’armée gouvernementale et un groupe ethnique rebelle ont repris le mois dernier. Les tensions sont de plus en plus vives dans les régions frontalières de la Birmanie et le processus de paix demeure fragile.

Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

Aung Kyaw Naing a été tué en détention. Il avait été arrêté fin septembre après avoir visité une zone sous contrôle rebelle dans le sud-est de la Birmanie où il couvrait le conflit entre l’armée gouvernementale et un groupe rebelle Karen pour plusieurs titres de presse de Rangoon. Le journaliste indépendant de 49 ans aurait essayé de fuir en volant une arme et aurait été abattu. Son corps serait déjà enterré.

Voilà en tout cas la version donnée par l’armée ce vendredi matin dans un communiqué envoyé au conseil de presse. Une version impossible à vérifier et qui ne mentionne pas la date du décès du reporter.

En Birmanie, le gouvernement et les groupes ethniques essaient de négocier un accord de cessez-le-feu national pour mettre fin à des décennies de conflits. Mais plus les pourparlers avancent, plus les affrontements s’intensifient sur le terrain, comme dans les Etats Karen et Môn, où le journaliste a été tué.

C’est une région où le gouvernement prévoit de construire plusieurs barrages hydroélectriques. L’armée et les rebelles combattent pour le contrôle d’importantes ressources naturelles. Ils veulent sécuriser l’accès à ces ressources avant de signer tout accord.

Publié dans BIRMANIE | Pas de Commentaire »

Birmanie: cinq journalistes condamnés à deux ans de prison

Posté par cercletibetverite le 17 octobre 2014

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20141016-birmanie-cinq-journalistes-condamnes-deux-ans-prison-liberte-presse-medias-securite-nationale/

BirmaniemédiasJusticeDroits de l’homme
Publié le 16-10-2014 Modifié le 16-10-2014 à 20:15

Birmanie: cinq journalistes condamnés à deux ans de prison

Par RFI
mediaDes journalistes birmans manifestent pour défendre la liberté de la presse, en janvier 2014.AFP PHOTO / YE AUNG THU

Le tournant répressif se confirme en Birmanie. Cinq professionnels des médias ont été condamnés à deux ans de prison pour insurrection par un tribunal à Rangoon, la plus grande ville du pays. Ils avaient repris à la Une de leur journal une information erronée qui avait irrité le gouvernement réformateur.

Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

Ils écopent de la peine maximale. Un reporter, deux rédacteurs en chef et les deux propriétaires de l’hebdomadaire birman Bi Mon Te Nay ont été condamnés à deux ans de prison ferme. Ils avaient repris dans leur publication une rumeur colportée par un groupe de militants pro-démocratiques. Cette rumeur faisait état de la démission du gouvernement actuel et de la constitution d’une équipe intérimaire dirigée par la députée Aung San Suu Kyi.

Le gouvernement birman a réformé le secteur de la presse et a donné plus de libertés aux journalistes. Mais depuis juillet, il arrête de plus en plus de professionnels des médias, souvent pour des motifs assez vagues tels que la mise en danger de la sécurité nationale. Un cameraman a passé cette année trois mois en prison pour avoir pénétré sans autorisation dans un bureau de l’administration. En réalité, il avait interrogé un fonctionnaire qui n’avait pas apprécié ses questions.

Une nouvelle loi sur la presse doit entrer en vigueur prochainement en Birmanie. Elle ne prévoit plus de peines de prison – mais des amendes – lorsque des journalistes diffusent des informations erronées.

Publié dans BIRMANIE | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...