• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • mai 2015
    L Ma Me J V S D
    « avr    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Les mille et une manières de bâillonner la presse

Posté par cercletibetverite le 3 mai 2015

http://www.rfi.fr/culture/20150503-medias-liberte-baillonner-presse-russie-venezuela-chine-france-renseignement/
Publié le 03-05-2015 Modifié le 03-05-2015 à 07:27

Les mille et une manières de bâillonner la presse

Par RFI
mediaManifestation à Hong Kong en faveur de la journaliste Gao Yu, condamnée à sept années de prison.REUTERS/Tyrone Siu

Le 3 mai, c’est la Journée mondiale de la liberté de la presse. Une liberté de la presse parfois bafouée, muselée. Dans certains pays, c’est la sécurité des journalistes et des médias dans leur ensemble qui posent problèmes, dans d’autres pays la pression exercée par le pouvoir en place contre les médias peut se révéler une arme tout aussi efficace que les menaces directes.

Il existe mille et une manières d’étouffer l’information, la plus radicale étant d’éliminer le messager, soi en l’assassinant, soit en le mettant en prison pour longtemps. L’une des plus célèbres journalistes de Chine, Gao Yu, âgée de 71 ans, vient d’être condamnée à sept ans de prison pour divulgation de secret d’Etat. Au Vietnam, les pressions vont jusqu’au harcèlement des familles des journalistes. En Ethiopie, ce sont les blogueurs indépendants qui sont les victimes de l’acharnement judiciaire.

Mais la censure peut s’exercer aussi sous couvert de la religion : des législations destinées à protéger le sentiment des croyants ont été mises en place dans près de la moitié des Etats du globe. Dieu ou le roi : il est difficile voire impossible pour les médias de critiquer le souverain en Thaïlande par exemple. En Russie, rapporte notre correspondante, Muriel Pomponne, la loi contre les offenses aux sentiments des croyants incite les médais à la plus grande prudence : ainsi aucun journal n’a publié les dessins de Charlie Hebdo, seul le site d’une radio s’y est risqué. Les contrevenants risquent jusqu’ à 3 ans de prison.

Museler la presse, c’est encore renforcer la cyber-censure. Ainsi au Pakistan, la loi sur la prévention des crimes électroniques oblige les opérateurs internet à fournir leurs données sur le modèle des mesures adoptées aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. En France enfin, des avocats, des médecins et des journalistes ont également exprimé leur inquiétude sur le projet de loi sur le renseignement. Actuellement examinée par le Parlement, la loi rendrait possible une surveillance massive des citoyens.

En Russie

« Une presse indépendante contribue à la consolidation de l’Etat ». Cette phrase a été prononcée par Vladimir Poutine il y a moins d’une semaine. Dans les faits, en Russie, la presse libre a de plus en plus de difficulté à vivre, explique notre correspondante à Moscou,Muriel Pomponne. Il n’existe pas de censure préalable, mais de nombreuses lois agissent comme des épées de Damocles sur les médias. Ces lois contribuent également à détourner les annonceurs des médias indépendants et à les fragiliser économiquement.

Les médias sont sous la surveillance de Roskomnadzor, l’organisme chargé de veiller au respect des lois. Et les lois restrictives sont de plus en plus nombreuses.

Ainsi le clip de campagne de Hillary Clinton est désormais réservé aux « 18 ans et plus » : c’est la chaîne de télévision indépendante Dojd qui a elle-même appliqué cette restriction, sans y avoir été contrainte. Dojd a pris cette précaution en raison d’une image montrant deux hommes main dans la main. Or une loi interdit toute propagande de l’homosexualité auprès des mineurs. Sans cette mesure préventive, la chaîne risquait une suspension de trois mois.

La loi contre l’extrémisme est un fourre-tout qui permet de suspendre les médias qui évoquent des manifestations non autorisées, ou ceux qui citent des mouvements nationalistes ukrainiens. Elle a été enrichie d’une loi contre les appels au terrorisme, d’une autre contre le séparatisme, d’une contre la propagande nazie.

L’humour est sans doute la prochaine victime de l’auto censure, à cause dune loi qui interdit désormais les parodies qui ne respectent pas la personnalité de la personne parodiée.

Au Venezuela

2014 a été une année noire pour les médias vénézuéliens où les pressions et les menaces sur les journalistes sont fortes.

La presse écrite, sous pression depuis des années, elle pâtit également de la grave crise économique qui touche le Venezuela. Le manque de devise dans un pays où il est de plus en plus difficile d’obtenir des dollars à un prix raisonnable a provoqué des problèmes d’approvisionnement, notamment en papier, ce qui a obligé de nombreux journaux à réduire le nombre de page, ou à ne conserver qu’une version électronique comme Tal Cual, dirigé par l’ancien guerillero Teodoro Petkoff, lauréat du prix Ortega y Gasset pour son travail en faveur du dialogue démocratique. On peut également citer le départ contraint de la caricaturiste Rayma Suprani du quotidien El Universal.

L’audiovisuel est également touché. Mais pour ce type de médias, les techniques sont plus insidieuses puisque ce sont en général des sympathisants du parti au pouvoir qui rachètent des médias d’opposition comme se fut le cas en mai 2013 avec la seule chaîne de télévision d’opposition, Globovision.

Laisser un commentaire

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...