• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 mars 2015

Ne restez pas aveugle à ce qui se passe dans le monde et au Tibet. Agissez pour les droits de l’Homme

Posté par cercletibetverite le 21 mars 2015

http://catherine-barry.fr/ne-restez-pas-aveugle-a-ce-qui-se-passe-dans-le-monde-agissez-pour-les-droits-de-lhomme/

Ne restez pas aveugle à ce qui se passe dans le monde et au Tibet. Agissez pour les droits de l’Homme

mar 21, 2015 |

14March_005_BAS5027

PHOTO OLIVIER ADAM

Les droits de l’Homme sont aussi à défendre au Tibet

Lorsqu’en 1989, le Dalaï Lama reçu le prix Nobel de la Paix, le monde, surpris, découvrit cette grande et discrète figure du combat non violent et qu’il ne faisait pas bon vivre au pays du Yéti. Charismatique et incarnant toutes ces qualités qui nous font aujourd’hui cruellement défaut : la compassion, l’altruisme, l’équité, la générosité, la tolérance, le sens des responsabilité et de la solidarité…, le leader temporel et spirituel des tibétains devient dès lors, très vite, pour beaucoup, un exemple à suivre pour pratiquer une voie de sérénité laïque ouverte à tous, qui redonnait du sens à l’existence de ceux qui s’y essayaient.

14March_010_BAS5085

PHOTO OLIVIER ADAM

Mais, chemin faisant, toutes ces années, la mode du bouddhisme tibétain fit trop souvent oublier, dans nos pays, le combat des tibétains. Ce combat pour vivre libre de pratiquer leurs traditions, de parler leur langue, de ne pas subir le joug du gouvernement et des colons chinois, de conserver leur culture, de créer une zone de paix régie par une démocratie non violente, fut magnifiquement porté, samedi 14 mars, à Paris, par des milliers de tibétains venus de toute l’Europe. Et, par leur premier ministre, Lobsang Sangay, élu démocratiquement en exil en 2011, pour « succéder » politiquement au Dalaï Lama.  Ce qu’il s’emploie à faire dignement, courageusement, et avec un savoir-faire exceptionnel malgré les difficultés rencontrées. Pour que vous puissiez en prendre la mesure, rappelez-vous que depuis 2009, près de 140 personnes, religieuses et laïques, se sont immolées pour attirer l’attention de la communauté internationale sur le drame qui se joue au Tibet occupé. Etiez-vous au courant ? Si, non, vous sentez-vous concernés en lisant ces quelques lignes ? Si c’est le cas, rapprochez-vous des associations et des politiques concernées par ce drame.

14March_133_BAS5944 Lobsang Sangay

PHOTO OLIVIER ADAM

Pour conclure, il y aurait beaucoup à dire sur la vision politique du Dalaï Lama qui travaille depuis plus de 40 ans pour que le gouvernement tibétain en exil instaure un régime démocratique. Il y aurait beaucoup à dire également sur la volonté de cet homme qui œuvre inlassablement pour que des valeurs séculières rassemblent les gouvernements et les hommes de tous les pays. Il y aurait beaucoup à dire, aussi, sur cet empire du milieu, la Chine, qui a pris le pouvoir économique dans le monde, aux dépends des droits de l’Homme d’une partie des citoyens de son pays, cela dans une large indifférence internationale. Alors, vous qui lisez ce blog, ne fermez plus les yeux. Renseignez-vous et agissez pour faire évoluer les choses. Car, lorsque les droits d’un seul Homme sont bafoués, ou que ce soit dans le monde, ils peuvent l’être partout.

Un lien (cliquez ou recopiez l’adresse) à propos du 14 mars 2015 qui fut une journée historique pour le Tibet et pour nous français qui avons accueillis cette manifestation.

Une journée à laquelle j’ai participé, modestement et avec gratitude pour le président de la communauté tibétaine en France, Thoupten Gyatso, qui m’avait proposé de l’accompagner.

http://youtu.be/anc1Cj9L1jU

14March_044_BAS9637 THOUPTEN GYATSO

PHOTO OLIVIER ADAM

Ne restez pas aveugle à ce qui se passe dans le monde

Agissez

Belle Route

14March_026_BAS5241

PHOTO OLIVIER ADAM

 

 

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

La Chine officialise l’existence de son armée de hackers

Posté par cercletibetverite le 21 mars 2015

http://www.tibet.fr/actualites/la-chine-officialise-lexistence-de-son-armee-de-hackers/
21/03/15 | 17 h 27 min par France Tibet   

La Chine officialise l’existence de son armée de hackers

La Chine reconnaît enfin l’existence de ses hackers

Non, nous n’avons pas de… Ah si 36
image dediée

Securité

La Chine est suspectée depuis longtemps de disposer d’une vaste armée professionnalisée dans le domaine de la cyberguerre. Le pays a cependant toujours nié l’existence de hackers dans ses rangs, condamnant même les puissances qui y recouraient. Pourtant, dans un rapport officiel récent,  l’APL (Armée Populaire de Libération) reconnait clairement l’existence de trois sections spécialisées.

La reconnaissance officielle de forces d’attaque et de défense dans le domaine réseau

L’Armée Populaire de Libération (anciennement Armée rouge) est le nom de l’armée chinoise. Elle publie parfois, par l’intermédiaire de son institut de recherche, un rapport baptisé « La Science de la Stratégie Militaire ». Un document qui n’est pas fait pour les autres puissances mondiales, mais qu’il n’est pas complexe de se procurer. La précédente édition, sortie en 1999, est même disponible sous la forme d’un document PDF sur le site officiel américain de la Défense (Pentagone).

Aussi, quand une nouvelle édition survient, beaucoup se penchent sur ses détails. Et d’autant plus que la nouvelle version contient une information cruciale : l’APL aborde pour la toute première fois ses sections spécialisées dans tout ce qui se rapport aux cybermenaces. Mieux, puisque la Chine reconnait officiellement disposer de forces d’attaques et de défense, aussi bien dans son armée que dans le monde civil, en l’occurrence des agences équivalentes à la CIA et au FBI.

L’armée, des agences civiles et des « entités externes »

Ce qui n’a rien d’une surprise dans la pratique. Edward Snowden a souvent répété que tous les pays disposaient d’une force de renseignement et d’espionnage. Il aurait paru extraordinaire que l’APL, la plus grande armée au monde (la Chine étant elle-même le premier complexe militaro-industriel), ne soit pas dotée d’au moins une équipe spécialisée dans les communications, les réseaux, les cybermenaces et autres.

Mais il existe une grande différence entre deviner et savoir, et la Chine ne dispose pas d’une section spécialisée, mais de trois. On trouve d’abord la force d’attaque et de défense interne à l’armée, qui peut donc conduire des opérations orientées vers une stratégie ou l’autre. Suivent les versions chinoises de la CIA et du FBI, respectivement les ministères de la Sécurité de l’État et de la Sécurité publique, dont les représentants peuvent être amenés à diriger des opérations militaires.

Le troisième groupe est le plus intéressant, car le plus nébuleux : les entités externes. Il s’agit dans les grandes lignes de toutes les personnes ou groupes de personnes qui ne sont pas directement affiliées à des émanations du gouvernement ou de l’armée. En d’autres termes, d’éventuels « cyber-mercenaires » prêts à être embauchés en cas de nécessité.

« Les Chinois ont laissé tomber la feuille de vigne de la dénégation plausible »

Interrogé par The Daily Beast, Joe McReynolds, chercheur à la société CIRA (Center for Intelligence Research and Analysis) insiste sur l’importance du document et de la reconnaissance officielle d’une telle armée au sein de la Chine. Il pointe par exemple les répercussions de cette reconnaissance avec d’autres puissances, notamment les États-Unis. En outre, « cela signifie que les Chinois ont laissé tomber la feuille de vigne de la dénégation plausible » et qu’ils ne pourront plus nier une opération sur la seule base qu’ils ne disposent pas d’un groupe de personnes compétentes. Même son de cloche chez un autre chercheur, James Lewis (Center for Strategic Studies), pour qui l’information est comparable au test par la Chine, en 2007, d’un missile antisatellite, après des années à nier la construction d’un arsenal spatial.

Comme le rappelle The Hacker News de son côté, la reconnaissance de ces forces par la Chine braque à nouveau les projecteurs sur des groupes de pirates connus depuis des années, tels que l’Unit 61398. Il s’en était pris à certaines instances américaines ainsi que des entreprises dont les bases de données recelaient de précieuses informations sur les infrastructures énergétiques du pays notamment.

Publiée le 20/03/2015 à 16:30

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

De nouvelles lignes de chemins de fer au Tibet ?

Posté par cercletibetverite le 21 mars 2015

21/03/15 | 13 h 59 min  

De nouvelles lignes de chemins de fer au Tibet ?

planvoiecheminfertibet

La Tibetan Review met un point d’interrogation à la phrase titre, pourtant est-ce encore une question ? La Chine a montré que les projets pharaoniques et dispendieux ne lui faisait pas peur mais, surtout, le chemin de fer est l’outil du colon, d’ailleurs l’article confirme que les décisions sont prises.
Le chemin de fer ne transporte pas que des touristes et des pèlerins, il transporte aussi des soldats, des armes et des minerais. Le train permet le contrôle du territoire, et à voir le tracé le long de la frontière, l’Inde devrait-elle s’inquiéter ? N’oublions pas que l’Arunachal Pradesh, le Sikkim et le Laddhak sont des territoires indiens que la Chine réclame, ni que les soldats chinois sont d’ores et déjà connus pour leurs provocations frontalières.

la rédaction France Tibet,

Bonne lecture :

De nouvelles lignes de chemin de fer au Tibet ?

vendredi 20 mars 2015 par Monique Dorizon ,
Rédaction de Tibet-info.net

La Chine semble avoir l’intention de relier par le train la Préfecture de Ngari, située à l’ouest du Tibet, à la fois au Xinjiang (Turkestan oriental) voisin et à la Préfecture de Shigatse et de commencer à construire le chemin de fer Sichuan-Tibet en 2016.

Une proposition en a été faite par Losang Sherdun, membre de la CCPPC [1] de Ngari [2], début mars, pendant les « deux sessions » nationales en cours.
Dans sa proposition Losang Sherdun a appelé à la poursuite de l’extension de la ligne de chemin de fer du Xinjiang du Sud et de celle de Lhassa-Shigatsé jusqu’à Ngari.

La ligne de chemin de fer Lhassa-Shigatsé a été ouverte en août 2014 [3] et les travaux sont déjà en cours pour la prolonger jusqu’à la Préfecture de Nyingtri [4] dans le sud de la « Région Autonome du Tibet« .

De même, l’agence officielle de presse chinoise China Daily a déclaré que la délégation du Sichuan à la session annuelle du Congrès national du peuple, le Parlement de la Chine, a appelé à l’intégration de la construction du chemin de fer Sichuan-Tibet dans le futur plan quinquennal qui débutera en 2016.

La ligne prévue longue de 1 800 kilomètres reliera Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, à Lhassa, capitale du Tibet, et la construction coûtera 200 milliards de yuans (30,3 milliards d’euros environ), selon l’article.
L’article mentionne que l’année dernière (2014), le gouvernement chinois a approuvé la construction des tronçons reliant Lhassa à Nyingtri dans l’est de la « Région Autonome du Tibet« , et Chengdu à Ya’an à l’ouest du Sichuan.

Source : Tibetan Review, 15 mars 2015.. Voir la carte des lignes existantes et prévues.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Comment la propagande chinoise s’insinue dans des documentaires

Posté par cercletibetverite le 21 mars 2015

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/comment-la-propagande-chinoise-s-insinue-dans-des-documentaires-870455.html

Comment la propagande chinoise s’insinue dans des documentaires

21/03/2015 à 16h17
Avec la série

Pour redorer son image, la Chine produit une série documentaire sur Discovery Channel. Ce film véhicule les messages clefs inspirés par les autorités de Pékin.

Un architecte américain s’agrippe à l’échafaudage de bambou pour contempler à ses pieds les gratte-ciel de Shanghai : c’est un plan spectaculaire du nouveau documentaire télé de Discovery Channel… coproduit par le gouvernement chinois.

« Je filme et je mène des interviews dans des endroits rarement accessibles aux étrangers, j’enquête sur les aspirations d’une classe moyenne en rapide croissance », lance Danny Forster, face caméra, aux téléspectateurs.

Ce que cet habitué des émissions télévisées à grand spectacle ne dit pas, c’est que ce tournage est subventionné par les autorités chinoises.

Les coproductions avec Hollywood ont été un échec

Alors qu’il maintient une censure drastique en Chine même, Pékin cherche désespérément une martingale pour accroître son influence culturelle dans le monde et redorer son image.

Les coproductions cinématographiques avec des studios hollywoodiens, aux scénarios contrôlés par Pékin, sont souvent boudées du public. Échaudé par ces résultats mitigés, le régime a adopté une stratégie plus subtile.

Son idée : investir massivement dans des « documentaires » sur la Chine, présentés par des personnalités étrangères, diffusés par des chaînes de télévision internationales et reconnues… mais réalisés sous les auspices du Parti communiste pour en répercuter les messages clefs.

Le département de la propagande est à la manoeuvre

C’est le State Council Information Office (SCIO), département de la  propagande du gouvernement chinois, qui est à la manoeuvre. Il présentait avec fierté, mercredi 18 mars 2015, à Pékin la première de « How China Works », série documentaire en trois épisodes qui sera diffusée par la chaîne américaine Discovery.

« Pour assurer une bonne narration, nous ne pouvons plus nous reposer sur nos seuls médias », a reconnu durant cette fastueuse cérémonie, Cui Yuying, directeur adjoint du SCIO. « Nous sommes impatients de voir un média aussi puissant et influent que Discovery Channel proposer ce récit spectaculaire sur la Chine ! », s’est-il réjoui.

Un contrat de 3 ans entre Discovery Channel et la Chine

Le programme, conçu « avec le soutien et les conseils » du SCIO, s’inscrit dans le cadre d’un contrat de trois ans entre la Chine et Discovery. Celui-ci s’est engagé à diffuser chaque semaine une heure de programmes « à thème chinois » approuvés par Pékin, pour ses 90 millions de téléspectateurs dans 37 pays.

Les responsables de Discovery ont refusé de préciser les conditions financières de l’accord, surnommé en interne « China Hour » (« L’Heure chinoise »).

Les premières coopérations entre Discovery et le gouvernement chinois remontent à 2004. Depuis, la chaîne a produit 65 heures d’émissions dédiées à la Chine.

Le « rêve chinois », slogan repris à l’envi

Ce mercredi 18 mars, à Pékin, des dirigeants de Discovery prenaient la pose aux côtés des officiels chinois en s’extasiant ouvertement de leur collaboration avec le SCIO. « La Chine de demain sera centrée sur l’innovation. Ce programme raconte la nouvelle Chine qui émerge, le rêve chinois ! », s’est enflammé Vikram Chna, vice-président de production pour Discovery Networks Asie-Pacifique.

« Rêve chinois » ? C’est précisément le mot-clé de l’idéologie communiste sous le président Xi Jinping. Selon Enrique Martinez, président de la chaîne pour l’Asie-Pacifique, les documentaires dont l’objet d’un brain storming avec le SCIO, mais Discovery en garderait le contrôle éditorial.

Tout en reconnaissant, « l’obligation de passer par certains filtres éditoriaux au sein du groupe et au crible des régulateurs pour la diffusion dans différents pays ».

Discovery Channel s’aveugle t-il sur les intentions de Pékin ?

Mais la chaîne ne devient-elle pas ainsi un outil de promotion du régime chinois ? « Regardez les émissions ! Elles sont incroyables, instructives avec des analyses en profondeur » a répliqué M. Martinez.

Pour certains experts de politique chinoise, il s’agit pourtant bien d’une tactique d’influence de Pékin. « Ils agissent de façon plus sophistiquée. Gageons que le téléspectateur moyen ne sera pas conscient  des enjeux politiques » observait Merriden Varral, du Lowy Institue for International Policy à Sydney.

« La mission du SCIO est de présenter le point de vue gouvernemental » renchérissait Jeremy Goldkorn, du cabinet Danwei, spécialiste de l’Internet chinois. « Le plus amusant, c’est que Discovery parle de documentaire », ajoutait-il. « S’ils s’imaginent que cela n’a rien à voir avec de la politique, ils s’illusionnent en beauté » conclut-il.

Par F.B avec AFP

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...