• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 mars 2015

Une chanson accusée d’endoctriner les écoliers à Hong Kong

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150316.OBS4729/une-chanson-accusee-d-endoctriner-les-ecoliers-a-hong-kong.html

Une chanson accusée d’endoctriner les écoliers à Hong Kong

Publié le 16-03-2015 à 18h47

VIDEO. Les paroles pro-chinoises, répétées à l’envi, inquiètent les parents hongkongais, qui y voient du lavage de cerveau.

Vidéo chanson clip Chine Hong Kong (Capture d'écran) Vidéo chanson clip Chine Hong Kong (Capture d’écran)
La Chine, la Chine est ma mère
La Chine, la Chine est ma maison
La Chine, la Chine devient plus forte
La Chine, la Chine, je l’aime »

La chanson dure plus de trois minutes. Les mêmes paroles sont répétées en boucle, chantées par des voix stridentes, sur des images de dessin animé mettant en scène des enfants qui chantent ou des symboles du patrimoine chinois.

« La Chine est ma maison », diffusée deux fois aux enfants d’une école catholique, inquiète de nombreux parents à Hong Kong. Certains parents y voient en effet une tentative de lavage de cerveau de leurs enfants, rapporte le site d’information « Global Voices », dans un contexte particulièrement tendu entre Hong Kong et le reste du pays.

 

Quatre phrases répétées en boucle

La ville est en effet considérée comme une région administrative spéciale en Chine et bénéficie à ce titre d’une plus grande indépendance que la Chine continentale. Toutefois, comme en témoigne la gestion des manifestations du mouvement Occupy Central qui exigeait plus de démocratie, Pékin n’hésite pas à exercer des pressions politiques fortes pour éviter que Hong Kong ne s’écarte de la ligne politique nationale.

Arguant que les images de la chanson correspondent au thème d’un prêche sur la « piété » et la « culture », le directeur de l’école a admis, selon « Global Voices », avoir montré la vidéo à deux reprises en un mois. Mais, selon lui, il ne connaissait pas les paroles de la chanson et il n’aurait pas forcé les enfants à chanter. Avec seulement quatre phrases, répétées à l’envi, l’argument ne suffit pas à convaincre les parents d’élèves…

 

Image de prévisualisation YouTube

Cette polémique rappelle le combat de parents d’élèves contre les plans du gouvernement de Hong Kong, en 2012, qui visaient à rendre obligatoire « l’éducation patriotique » dans le cursus des écoles élémentaires. En d’autres termes, la promotion de la Chine, dès le plus jeune âge.

R.F.

 

 

 

 

 

Publié dans Hong Kong | Pas de Commentaire »

Drôle et touchant : la vidéo pour soutenir les chiens guides d’aveugles

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://www.purebreak.com/news/drole-et-touchant-la-video-pour-soutenir-les-chiens-guides-d-aveugles/84143#lt_source=external,manual

Drôle et touchant : la vidéo pour soutenir les chiens guides d’aveugles

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Aussi incroyable que cela puisse paraître, certains établissements interdits aux animaux domestiques refusent de faire exception pour les chiens guides d’aveugles. Une méconnaissance du caractère vital de ces animaux pour leurs maîtres malvoyants, qui sont totalement dépendants de leur compagnon à quatre pattes pour se déplacer dans n’importe quel lieu public. Ce clip, réalisé par la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles, tente de sensibiliser le public à la nécessité qu’on les aveugles d’avoir leur chien à leurs côtés où qu’ils soient.

Tant qu’on n’aura pas inventé le chien guide de poche…

Le clip montre tout d’abord quelles situations les chiens guides permettent aux aveugles d’affronter dans une relative sérénité. Éviter des obstacles imprévisibles sur le trottoir, d’être mouillé par un pot de fleur fraîchement arrosé, de tomber dans un égout dont la plaque est soulevée, d’être renversé par des cyclistes… Autant de situations du quotidien qui ne posent pas problème pour une personne valide mais qu’un non-voyant ne peut affronter seul.

Mais à l’arrivée au supermarché, le vigile refuse de laisser entrer l’aveugle avec son chien guide car le magasin est interdit aux animaux. Idiot et humiliant pour l’aveugle, qui aura besoin aussi de son chien guide dans la boutique. Espérons que ce clip aidera les entreprises qui interdisent sans distinction tous les animaux derrière leurs portes à changer de mentalité !

 

Publié dans France | Pas de Commentaire »

Quand la peau de cadavres chinois sert à la fabrication de produits cosmétiques

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

Quand la peau de cadavres chinois sert à la fabrication de produits cosmétiques

De Nicolas – Posté le 16 mars 2015 à 16h24 dans Insolite

Hitek a créé la hitekbox, la véritable box geek !

Quand la peau de cadavres chinois sert à la fabrication de produits cosmétiques dans Chine La nouvelle n’est pas récente puisqu’elle date de 2005. Mais vu que Hitek n’existait pas à cette époque, on s’est dit qu’on pouvait vous rapporter les faits. D’autant qu’ils sont pour le moins WTF. En effet, une étude menée par The Guardian a conclu qu’une société cosmétique chinoise utilisait la peau des condamnés à mort exécutés pour fabriquer des produits cosmétiques à destination de l’Europe. chine

 

Selon l’enquête du Guardian, les employés de la firme de cosmétiques récupéraient le collagène contenu dans la peau, mais également dans les os et les tendons. Une pratique réalisée sur les condamnés à mort, mais également sur les foetus avortés. Pire encore, les produits réalisés avec le collagène ainsi récupéré, étaient destinés au marché européen à travers divers produits anti-vieillissements. Suite à de telles découvertes, le ministère de la Santé britannique avait souligné l’importance de mettre en place de nouvelles réglementations. Des réglementations qui doivent passer par une action de la Commission européenne. Si l’étude date d’il y a près de dix ans, de telles procédures sont très longues à mettre en place et même si certaines décisions ont été prises sur les produits en provenance de Chine, ces pratiques pourraient être encore courantes. D’autant que le marché de l’industrie cosmétique et de la chirurgie plastique est beaucoup moins réglementée que celle du médicament.
Notez que le prélèvement de la peau des condamnés est une pratique assez courante en Chine puisqu’en 2001, un ancien médecin militaire chinois, Wang Guoqi, avouait avoir prélevé la peau d’un condamné exécuté alors que son coeur battait encore. Le médecin affirmait aussi « avoir participé aux prélèvements d’organes de plus de 100 prisonniers exécutés. Les chirurgiens disséquaient les corps dans des camions garés sur les lieux d’exécution. » Vous n’allez plus jamais voir votre crème anti-rides de la même manière.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

Que deviennent les prisonniers politiques tibétains une fois libérés ?

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://www.tibet-info.net/www/Que-deviennent-les-prisonniers.html#.VQbs-eFBRfB

Que deviennent les prisonniers politiques tibétains une fois libérés ?

lundi 16 mars 2015 par Monique Dorizon , Rédaction

Alors que beaucoup demeurent en prison pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions, les Tibétains qui sont libérés ne connaissent pas la liberté.
Perçus par les autorités comme une menace pour l’État, en raison des idées et des actions ayant conduit à leur condamnation, les anciens prisonniers politiques tibétains font face lors de leur libération à l’isolement, la peur et l’anxiété, en plus de problèmes de santé chroniques, de la douleur et du traumatisme [1].

Certains ne survivent pas, comme Goshul Lobsang, 43 ans, qui, jamais remis de blessures dues à la torture et à la malnutrition en prison, est décédé chez lui en mars 2014, peu après sa libération.

Beaucoup d’anciens prisonniers politiques sont souvent accueillis publiquement à leur libération lorsqu’ils retournent dans leurs communautés respectives. Par exemple, Tashi Rabten [2], rédacteur en chef du magazine littéraire interdit « Montagne de neige orientale » (tibétain : « Shar Dungri« ), avait été condamné le 2 juin 2011 par la Cour populaire intermédiaire de Ngaba [3].
Dans une impressionnante démonstration de solidarité, en mars 2014, au sortir de 4 années de prison, Tashi Rabten a été accueilli après sa libération par des centaines de Tibétains portant des khatags dans sa région d’origine.
Comme beaucoup d’autres anciens prisonniers politiques, Tashi Rabten est apparemment devenu un point de ralliement de la solidarité et de la dissidence tibétaine.

L’intention des autorités est de contrôler et d’isoler ces anciens prisonniers, et de créer une force de dissuasion visible pour les autres Tibétains qui pourraient chercher à exprimer des opinions contraires à celles de la direction de Pékin.

Source : International Campaign for Tibet  : Rapport Torture and Impunity, 26 février 2015 (extrait).

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

L’Oubli de la tragédie tibétaine

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://www.huffingtonpost.fr/michael-de-saintcheron/hommage-cause-tibetaine_b_6876250.html

L’Oubli de la tragédie tibétaine

Michaël de Saint-Cheron Headshot
Philosophe des religions

 

Publication: 16/03/2015 11h34 CET

INTERNATIONAL – Samedi matin au Trocadéro, place des droits de l’homme, une manifestation rassemblant plus d’un millier de personnes venues de toute l’Europe (essentiellement de l’ouest), autour du Premier ministre tibétain en exil à Dharamsala, se sont retrouvées pour marquer le 56e anniversaire du soulèvement national du peuple tibétain, qui eut lieu à Lhassa et dans les autres villes du Tibet, le 10 mars 1959, jour de l’invasion totale du pays par l’ »Armée de Libération Populaire », l’Armée rouge envoyée par Mao Zedong. La garde rapprochée du dalai lama l’avait obligé à fuir la nuit même pour l’Inde, où Nehru l’avait accueilli en lui offrant l’hospitalité dans la ville de Dharamsala, dans l’Himalaya.

Le sort tragique de tant de peuples à nos portes, comme celui des chrétiens d’Orient, des Azéries, des Kurdes, mais aussi celui des Irakiens, des Syriens ou des Libyens fuyant la guerre civile et Daesh ou l’AI (Armée Islamique), venant s’échouer sur les côtes avancées d’Italie, à Lampedusa, pour les plus chanceux d’entre eux, nous font un peu oublier la tragédie du peuple du Tibet. Et puis, le dalai lama, qui va fêter ses quatre-vingts ans cette année, se fait rare en France, en Europe.

La manifestation de samedi entendait remettre la cause tibétaine à la une parmi combien d’autres unes.

Depuis cinquante ans, on compte plus d’un millier de Tibétains civils ou bonzes, qui se sont immolés à Lhassa essentiellement mais aussi dans d’autres villes, sans parler des Tibétains emprisonnés, torturés souvent jusqu’à la mort, sans procès ou dans une parodie de jugement.

Le rassemblement entendait aussi rendre un hommage solennel à Tenzin Choedak, mort le 5 décembre dernier, qui naquit en octobre 1981. Arrêté en avril 2008 par le Bureau de sécurité publique accusé d’avoir mené des manifestations durant les troubles au Tibet en 2008. En septembre ou octobre 2008, il fut condamné par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa à 15 ans de prison et à une amende 10 000 renminbi. Il a été incarcéré dans la prison de Chushul, condamné aux travaux forcés.

À la suite de tortures et d’un état de santé plus qu’alarmant, il est transporté à l’hôpital du MenTseeKhang de Lhassa, où il meurt le 5 décembre 2014, 3 jours après sa libération « pour raison médicale ». « Libéré » à la limite de ses forces, la mâchoire fracturée, les os de ses pieds brisés, les reins gravement atteints, il a souffert jusqu’aux limites de la souffrance humaine.

La Chine de Xi Jinping a fait de Choedak un martyr de plus à la cause tibétaine. On sait aussi que depuis le 7 avril 2002 la police d’occupation a arrêté un dignitaire tibétain en la personne du lama Tenzin Delek Rimpoché, combattant pour l’indépendance du Tibet, né à Lithal, dans la région du Kham, province du sud-est du Tibet en 1950. En 1982, craignant l’arrestation, il s’enfuit en Inde, où il suit un enseignement intensif et rencontre le dalai lama. De retour en 1987 au Tibet, il fait construire un monastère dans le Kham dont il devient le supérieur et fait construire des écoles, cliniques, orphelinats, etc…

En 2002, il est arrêté et accusé de vouloir commettre des attentats. D’abord condamné à mort, l’appel de Tenzin Delekh fut rejeté et sa condamnation à mort avec un sursis de 2 ans confirmée. Tenzin Delek Rinpoché risquait d’être exécuté après le 25 janvier 2005, selon le TCHRD (Tibetan Centre for Human Rights and Democracy). Depuis, et faisant suite à une importante mobilisation internationale, il a vu sa peine commuée en prison à vie, comme l’annonça l’agence Chine nouvelle le 26 janvier 2005. Âgé de 57 ans, Tenzin Delek Rinpoché souffre de graves problèmes de santé.

Que peuvent mille, dix mille ou cent mille personnes hissant ou revêtu du drapeau tibétain face au gouvernement totalitaire chinois?

Depuis soixante ans, tant de grandes voix à la suite de Tenzin Gyatso, XIVe dalaï lama, ont alerté le monde depuis Danièle Mitterrand en France, Elie Wiesel, lui-même prix Nobel de la paix (1986), Harrison Ford et combien d’autres personnalités de par le monde, jusqu’au jury du prix Nobel de la paix à Oslo, qui élit le dalaï lama en 1989 à cette reconnaissance suprême, au grand dam de l’empire communiste chinois, protestant contre l’ingérence du comité Nobel dans les affaires intérieures chinoises! Chacun a donc alerté le monde sur le génocide du peuple tibétain et l’assimilation culturelle à grande échelle que les Chinois ont mis en place dans la région « autonome » du Tibet depuis 1959 -sans grand effet pourtant.

Au lendemain de l’indépendance du Bangladesh, Malraux s’était écrié à l’université martyre de Rasjahi, dont il était fait docteur honoris causa : « Vous avez montré au monde qu’on assassine jamais assez pour tuer l’âme d’un peuple qui ne se soumet pas. » Mais le Pakistan n’est pas la Chine.

Combien de décennies faudra-t-il encore attendre -et combien de martyrs qui s’immoleront par le feu ou d’autres qui seront torturés et condamnés à mort – pour espérer qu’un nouveau président chinois accorde au moins une autonomie culturelle au peuple tibétain?

M. de Saint-Cheron est philosophe des religions, dernière publication, Du juste au saint. Ricoeur, Levinas, Rosenzweig (DDB, 2013).

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Près de mille défenseurs des droits de l’Homme arrêtés l’an passé en Chine

Posté par cercletibetverite le 16 mars 2015

http://www.rts.ch/info/monde/6622623-pres-de-mille-defenseurs-des-droits-de-l-homme-arretes-l-an-passe-en-chine.html

Près de mille défenseurs des droits de l’Homme arrêtés l’an passé en Chine

) Des proches de prisonniers politiques chinois manifestent pour leur libération à Washington, en septembre 2014.
Des proches de prisonniers politiques chinois manifestent pour leur libération à Washington, en septembre 2014. [Mladen Antonov - AFP]
Près d’un millier de militants des droits de l’Homme ont été arrêtés l’an dernier en Chine, a indiqué lundi l’ONG Chinese Human Rights Defenders (CHRD).

L’organisation Chinese Human Rights Defenders (CHRD), basée à l’étranger, a dénombré 955 cas d’activistes ou « défenseurs des droits de l’Homme » ayant été privés de liberté en 2014.

C’est presque autant que lors des deux années précédentes cumulées, selon son rapport annuel. Elle accuse le président Xi Jinping d’avoir le « pire bilan en termes de violations des droits de l’Homme en Chine » depuis deux décennies.

« Proportions inédites depuis le milieu des années 1990″

« Depuis l’entrée en fonction du président Xi (il y a deux ans), les autorités se sont attaquées sans relâche et avec brutalité aux libertés fondamentales (…) », souligne CHRD.

« Les militants, avocats, journalistes et intellectuels libéraux sont interpellés et détenus, placés en résidence surveillée, empêchés de s’exprimer ou contraints de s’exiler à l’étranger, dans des proportions inédites depuis le milieu des années 1990 et la répression d’après le mouvement de Tiananmen » réprimé dans le sang en 1989.

ats/ptur

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...