• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 14 mars 2015

Tibet : quand le Parti communiste veut avoir son mot à dire sur la réincarnation du dalaï-lama

Posté par cercletibetverite le 14 mars 2015

http://www.lepoint.fr/monde/tibet-quand-le-parti-communiste-veut-avoir-son-mot-a-dire-sur-la-reincarnation-du-dalai-lama-14-03-2015-1912792_24.php

Tibet : quand le Parti communiste veut avoir son mot à dire sur la réincarnation du dalaï-lama

Le Point – Publié le 14/03/2015 à 15:33

Le dalaï-lama imagine sa réincarnation en femme ou même en abeille… Un pied de nez aux autorités chinoises qui veulent imposer leur validation.

"Si un 15e dalaï-lama venait et faisait honte à la fonction, l'institution serait ridiculisée", estime le dalaï-lama.

« Si un 15e dalaï-lama venait et faisait honte à la fonction, l’institution serait ridiculisée », estime le dalaï-lama. © AFP PHOTO / SCANPIX DENMARK / CLAUS BECH

« La réincarnation du dalaï-lama doit être approuvée par le gouvernement central, et non par d’autres parties, y compris le dalaï-lama lui-même. Sans l’approbation du gouvernement central, sa réincarnation est illégale. » Non, ce n’est pas un gag. C’est ce que vient de déclarer très sérieusement Zhu Weiqun, le chef du Comité pour les affaires ethniques et religieuses du Comité national du PC chinois lors de la Conférence consultative politique du peuple chinois, l’organe consultatif politique suprême du pays.

En clair, pour Pékin, le dalaï-lama n’a pas son mot à dire sur sa réincarnation. Ce n’est pas lui qui décide, c’est le gouvernement chinois qui doit valider sa réincarnation. Pour appuyer son discours, Zhu Weiqun a même diffusé un document remontant à une « ordonnance en 29 articles pour une gouvernance plus efficace du Tibet« , promulguée en 1793, dans lequel l’empereur de Chine valide la réincarnation.

Derrière cette étonnante déclaration, il y a un bras de fer. Pékin tente de contrecarrer les récentes déclarations du dalaï-lama, qui a affirmé qu’il ne souhaitait pas avoir de successeur et que la tradition de réincarnation du bouddhisme tibétain cesserait après sa mort. De quoi rendre Pékin ivre de rage alors que les dirigeants chinois prétendent depuis des années vouloir désigner le successeur de celui qui a reçu le prix Nobel en 1999.

« L’institution serait ridiculisée »

Pour décrédibiliser les vues de Pékin sur le choix de son successeur, le dalaï-lama, âgé de 79 ans, multiplie les déclarations pour expliquer qu’une réincarnation organisée par la Chine n’aurait aucun sens. Récemment, il a ainsi expliqué que « l’institution du dalaï-lama existe maintenant depuis près de cinq siècles. Cette tradition peut s’arrêter avec le 14e dalaï-lama. Si un 15e dalaï-lama venait et faisait honte à la fonction, l’institution serait ridiculisée. » Et le chef religieux d’enfoncer le clou en déclarant qu’il ne voyait pas pourquoi il ne se réincarnerait pas en femme… ou même en abeille.

Pour couper court au diktat de Pékin, qui a déjà désigné plusieurs successeurs dans le passé, le dalaï-lama a de toute façon organisé sa succession et scindé son pouvoir en deux. Il reste bien le chef spirituel des bouddhistes. Mais il a cédé en 2011 son pouvoir politique à un Premier ministre, élu au suffrage universel par la communauté en exil. Le premier titulaire du poste est le juriste Lobsang Sangay, actuellement en visite en France (il a été reçu par plusieurs députés) pour plaider la cause du Tibet et participer à un rassemblement à Paris commémorant le soulèvement avorté de 1959 à Lhassa contre l’occupation chinoise.

Publié dans Dalai Lama | Pas de Commentaire »

« Vous avez la liberté et les Tibétains ne l’ont pas » (le Premier ministre tibétain en exil)

Posté par cercletibetverite le 14 mars 2015

http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/vous-avez-la-liberte-et-les-tibetains-ne-l-ont-pas-lobsang-sangay-premier-ministre-tibetain-en-exil-656045

« Vous avez la liberté et les Tibétains ne l’ont pas » (le Premier ministre tibétain en exil)

par Rédaction de France Info samedi 14 mars 2015 05:0

De nombreux dirigeants politiques seront présents ce samedi pour la marche « L’Europe soutient le Tibet », Place du Trocadéro à Paris, afin de montrer leur soutien au peuple tibétain. Parmi eux, Lobsang Sangay, Premier Ministre tibétain en exil, « veut rappeler l’importance de la liberté. »

Lobsang Sangay, Premier ministre tibétain en exil, vit à Dharamsala en Inde. Il porte la voix des Tibétains dans le monde.  »Je suis ici pour participer à ce rassemblement européen pour le Tibet et ce que nous espérons c’est que nous aurons des amis partout en Europe pour aboutir à la déclaration de paix. Je viens ici, en France, terre de liberté, d’égalité, de fraternité, pour rappeler au peuple français et à  l’Union européenne l’importance de la liberté. Vous avez la liberté et les Tibétains ne l’ont pas.«   »Les considérations économiques sont importantes, et je peux comprendre que l’on est des relations commerciales avec la Chine, mais il y a d’autres valeurs sur lesquelles l’Union européenne a été fondée. »

Plus de soutien

Même s’il reconnaît que le soutien au Tibet est déjà important, Lobsang Sangay en aimerait davantage et « notamment pour la question des droits de l’Homme, de la situation environnementale au Tibet. Nous souhaitons une autonomie du Tibet au sein de la Chine, et ce serait bien d’avoir un peu plus de soutien de la part du gouvernement français. Mais, nous n’allons pas nous plaindre pour autant. »

Occupé par la Chine, le Tibet subit une forte répression et oppression politique et voit son pays changer. « Les colons chinois qui se sont intégrés au Tibet changent la démographie tibétaine car ils sont plus nombreux que les Tibétains. Les Tibétains sont constamment menacés de perdre leur propre identité culturelle et leur dignité, » explique Lobsang Sangay.

Malgré tout, Lobsang Sangay se dit prêt au dialogue. « Nous sommes toujours disposés à envoyer des ambassadeurs du Dalaï Lama pour ouvrir un dialogue avec les Chinois, malheureusement de l’autre côté on ne voit pas de réciprocité pour ce qui est du dialogue. C’est l’impasse. Pourtant nous voulons régler pacifiquement le problème. »

L’après Dalaï Lama

Le 14e Dalaï Lama fêtera ses 80 ans en juillet. Il a laissé entendre qu’il ne serait pas réincarné après sa mort contrairement à la tradition. « Sa sainteté a dit qu’il pourrait bien être le dernier de la lignée, mais il a ajouté que c’est au peuple tibétain de décider. Lorsque l’on est moine bouddhiste on fait voeu de renonciation au monde matériel, donc il ne va pas dire qu’il veut que l’on prenne sa suite. »

« Le peuple tibétain va certainement décider que le 15e Dalaï Lama doit être parmi nous. Cela a toujours été le peuple tibétain qui a invité le Dalaï Lama à revenir. Donc il reviendra. »

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Le chef politique tibétain en exil compare la Chine à Pyongyang

Posté par cercletibetverite le 14 mars 2015

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

«Aujourd’hui, le Tibet ressemble à une zone de guerre»

Posté par cercletibetverite le 14 mars 2015

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150314-aujourd%E2%80%99hui-tibet-ressemble-zone-guerre-dalai-lama-lobsang-sangay/
Chine Tibet Dalaï Lama Inde Religion
Publié le 14-03-2015 Modifié le 14-03-2015 à 00:59

«Aujourd’hui, le Tibet ressemble à une zone de guerre»

media Lobsang Sangay, le Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, lors d’une interview à Dharamsala, dans le nord de l’Inde, en novembre 2011. REUTERS/Mukesh Gupta/Files

Une marche européenne pour le Tibet est organisée ce samedi 14 mars à Paris. Les supporters de la cause tibétaine se sont donné rendez-vous à 10h30 sur le parvis du Trocadéro près de la Tour Eiffel pour « défendre les libertés au Tibet ». Entretien avec le Premier ministre tibétain en exil, Lobsang Sangay, qui participe à la marche.

RFI : Vous participez à la marche européenne pour le Tibet ce samedi. Quel message êtes-vous venu porter en France ?

Lobsang Sangay : Je suis venu ici pour participer à cette manifestation européenne pour le Tibet et pour défendre la liberté du peuple tibétain. C’est à Paris que le mot liberté a pris tout son sens avec la Révolution française. Il y aura d’ailleurs une déclaration de Paris suite à la marche. On rappelle à cette occasion que le Tibet est occupé depuis 56 ans. On célèbre les 80 ans de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Enfin, nous sommes à Paris pour appeler les Français et les peuples de l’Union européenne à se lever pour les droits de l’homme, la démocratie et la liberté.

Cette manifestation doit rassembler toutes les personnes « sensibles » à la question tibétaine, dit le communiqué de presse. Vous semblez pourtant très seuls. Etes-vous soutenus par les dirigeants européens et notamment français ?

J’ai rencontré des parlementaires au Sénat et à l’Assemblée nationale. J’ai aussi des rendez-vous avec des maires et des groupes de soutiens, ici, à Paris. Nos amis en France sont aussi connus pour porter les couleurs du Tibet dans des centaines de villes en France. Ce sont des soutiens très actifs. C’était la même chose d’ailleurs quand je me suis rendu à Bruxelles. J’ai rencontré des parlementaires y compris au sein de la commission européenne, simplement certains tenaient à être discrets, donc je ne peux pas mentionner leurs noms. Je dirais de manière générale que beaucoup de dirigeants européens se sentent concernés par la cause tibétaine, mais peu osent l’affirmer en public.

Voilà une réponse politiquement très correcte, mais en réalité à chaque fois que le Dalaï Lama se déplace en Europe, il est accueilli avec beaucoup de frilosité.

C’est vrai, mais il faut dire aussi que nous n’approchons pas directement les leaders compte tenu du caractère sensible de notre cause et de la pression des autorités chinoises sur ces mêmes leaders. Le pouvoir et l’influence chinoise demeurent très forts. C’est pour cela que parfois la terre des libertés n’est pas forcément synonyme d’un engagement pour les libertés.

C’est l’anniversaire du Dalaï Lama, 80 ans cette année. Comment va-t-il ?

Je le vois régulièrement effectivement. J’étais encore avec lui il y a trois jours. Il est en très bonne santé, c’est un homme robuste. C’est aussi un Prix Nobel de la paix, un messager de la paix. Quelqu’un qui privilégie l’harmonie entre les religions. Il a une vision rassembleuse, très tolérante du bouddhisme. Nous avons de la chance d’avoir un leader aussi populaire en raison de ses idées.

Le Dalaï Lama est en pleine forme. Se pose néanmoins la question de sa succession. Vous êtes arrivé dans les studios de RFI non pas en lévitant, mais en ascenseur comme tout le monde, et vous vous définissez vous-même comme un acteur politique. Quel rôle entendez-vous jouer dans cette succession ?

C’est le Dalaï Lama qui lui-même a voulu séparer ce qui appartient au domaine spirituel de ce qui appartient au domaine de l’Etat. Donc il est notre leader spirituel et moi je suis son successeur politique. Mais nous aurons de toute façon un successeur spirituel au Dalaï Lama.

Le Dalaï Lama a pourtant affirmé qu’il ne souhaitait pas forcement avoir de successeur. Pékin via l’éditorial du quotidien Global Times parle d’une « double trahison » à la fois sur le plan religieux et politique. Que répondez-vous à ces accusations ?

D’abord qu’elles ne sont pas nouvelles. Régulièrement le Parti communiste chinois (PCC) accuse le Dalaï Lama de trahir sa religion, ce qui est cocasse de la part d’un parti qui considère que la religion est un poison. Ce que dit Sa Sainteté n’est pas nouveau non plus. Comme le Dalaï Lama l’a répété au cours de plusieurs interviews, il se peut qu’il soit le dernier Dalaï Lama. C’est un message qu’il répète depuis les années 60. C’est d’abord un moine, et un moine fait le vœu de renoncer à ce monde, donc il ne souhaite pas s’y réincarner.

Cela dit, il ajoute toujours une phrase. Il explique que c’est au peuple tibétain de décider. Et on constate qu’à chaque fois qu’un Dalaï Lama disparaît, le peuple souhaite qu’il revienne. Je peux donc aujourd’hui affirmer de façon catégorique, au nom de peuple tibétain, qu’un 15e Dalaï Lama reviendra. C’est une certitude, mais sa réincarnation se fera de la manière suivante. La réincarnation doit permettre de poursuivre la mission du Dalaï Lama précédent. Autrement dit, si le Dalaï Lama meurt en exil, le suivant sera réincarné en exil pour prolonger l’action du prédécesseur.

Le gouvernement chinois dit avoir l’autorité pour sélectionner le prochain Dalaï Lama, mais ce n’est pas lui qui peut décider. C’est d’abord une question spirituelle. Le parti communiste qualifie le Dalaï Lama de diable, alors pourquoi vouloir la réincarnation d’un diable ? Ça n’a pas de sens. Le peuple tibétain aura donc un nouveau Dalaï Lama qui naitra là où son prédécesseur a quitté ce monde.

Pour bien comprendre, le prochain Dalaï Lama devra naître à Dharamsala, en Inde, et non en territoire chinois ?

Si nous trouvons une solution à la question tibétaine, si le Dalaï Lama peut rentrer au Tibet, alors son successeur naitra sur les plateaux tibétains. Si en revanche l’actuel Dalaï Lama devait mourir à Dharamsala en exil, alors son successeur reviendrait en exil. Sa Sainteté le Dalaï Lama a toujours voulu visiter notamment le mont Wutai, une montagne sacrée pour les bouddhistes située dans la province du Shanxi. Donc, quand il a pu visiter la Chine en 1954, il a souhaité se rendre sur le mont Wutai. Cela lui a été refusé. Pour l’instant, il n’y a aucune espèce d’invitation formelle ou informelle qui serait envoyée par la Chine. Le Dalaï Lama souhaite se rendre au Tibet, mais il ne peut pas.

Vous avez récemment comparé, dans une interview à l’Agence France-Presse (AFP), la Chine à la Corée du Nord. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Au Tibet aujourd’hui, toute la population reçoit une carte d’identité avec une puce de dernière génération avec toutes les données biométriques imaginables. Où que vous alliez, vous devez présenter vos papiers, donc tout le monde est suivit. A cela s’ajoutent les caméras de surveillance qui sont partout, elles aussi. Ce maillage très serré rappelle celui de la Corée du Nord, de l’Allemagne de l’Est, des pays où vous êtes constamment observés électroniquement et physiquement. Les Tibétains eux-mêmes le disent, il y a une chanson au Tibet qui dit : ‘Nos cartes d’identité c’est comme notre ombre, on ne peut pas bouger sans elle’. Même les touristes chinois l’affirment : aujourd’hui le Tibet ressemble à une zone de guerre. Quand vous voyez des snipers sur les toits, des baraques de l’armée près des principaux monastères et des temples et des policiers en civils qui vous suivent partout… la peur est ressentie par les touristes chinois, vous pouvez donc imaginer ce que ressent la population tibétaine.

Quelle est votre vision de l’avenir pour le Tibet, sachant les pressions exercées par Pékin et le peu de soutien que vous recevez à l’étranger ?

Ce qui frappe dans un premier temps, c’est la répression accrue, les souffrances. L’exploitation des ressources, qui font penser à la situation traversée par de nombreux pays en Afrique. Quand la Chine a envahi le Tibet, elle nous a promis de l’argent, elle nous a promis le développement. Les Chinois ont construit des routes, mais plus tard nous avons vu que ces routes étaient empruntées par des tanks de l’armée pour exploiter nos ressources naturelles au profit de la Chine. Nous ne sommes pas les premiers bénéficiaires de cette situation, la Chine est la première bénéficiaire et cela au nom du développement comme il a été dit autrefois aux pays d’Afrique. J’ai pas mal d’amis africains, et à chaque fois ils me demandent : qu’est-ce que tu penses de la Chine ? Et que penses-tu des investissements chinois en Afrique ? Moi je leur dis toujours de rester prudents. Donc à court terme, on voit bien que la répression se poursuit, mais à long terme, je suis sûr à 100 % que la justice triomphera, que la liberté triomphera au Tibet.

Arrêtons-nous un instant sur la résistance tibétaine. Etes-vous soutenu par l’Inde ?

C’est ce que répètent les autorités chinoises qui veulent ranimer un esprit de guerre froide. Ce qui est vrai, c’est qu’une majorité des Tibétains vivent en Inde, l’administration tibétaine en exil est basée en Inde, donc dans ce sens New Delhi et le peuple indien ont beaucoup soutenu les Tibétains. Il est vrai aussi que dans les années 50, certains Tibétains ont pu être entraînés et parachutés par la CIA. C’est une époque qui coïncide avec la guerre de Corée et cette coopération s’est terminée au début des années 70. Aujourd’hui la résistance tibétaine intérieure comme à l’extérieure est supportée par les Tibétains eux-mêmes.

Vous venez vous-même d’une famille de résistants qui ont participé à ces actions armées.

Mon père était l’un des leaders de la guérilla dans les années 50 et les années 60. Et mon oncle a aussi été entraîné puis parachuté sur le Tibet par la CIA et il n’est jamais revenu. Donc c’était l’esprit de la résistance de l’époque, ils voulaient se battre contre l’envahisseur chinois. Mon père était en charge du ravitaillement en nourriture et en munition, il a été blessé puis évacué en Inde où il est resté jusqu’à sa mort en 2004.

Vous évoquez ces actes de résistance, et aujourd’hui vous prônez une action uniquement politique.

Au moment de l’invasion du Tibet, c’était extrêmement brutal et les gens devaient se défendre. Ils ont fait du mieux qu’ils ont pu, même s’ils étaient largement surpassés en nombre par l’Armée populaire de libération (APL). Il s’en est suivi la défaite et l’occupation. Et objectivement aujourd’hui, compte tenu de la réalité du monde géopolitique et de la population tibétaine qui avoisine les 6 millions de personnes, nous avons choisi l’option de la non-violence et tentons de trouver une solution gagnant-gagnant avec le gouvernement chinois.

Vous venez du mouvement de la jeunesse tibétaine. Que disent les jeunes Tibétains justement ? Certains rejettent le discours de non-violence du Dalaï Lama.

La jeune génération est parfois frustrée par la «  voie du milieu » suggérée par le Dalaï Lama qui est de parvenir à une authentique autonomie régionale au sein de la Chine pour les Tibétains. En même temps, une grande majorité des Tibétains aspirent à la non-violence. Il y a toujours des jeunes qui auront un autre discours sur les réseaux sociaux, mais encore une fois la majorité des Tibétains, y compris les organisations de la jeunesse tibétaine, défendent cette approche.

Nous aimerions d’ailleurs pouvoir servir de modèle à de nombreux groupes marginalisés dans le monde. Dans cette ère marquée par le retour des extrémismes, je pense notamment à « Je suis Charlie » à Paris, la violence domine les actualités. Et je pense que c’est un mauvais message qu’on envoie aux populations marginalisées, si nous parlions d’avantage du mouvement tibétain, la non-violence pourrait devenir un modèle à suivre.

Vous n’avez jamais mis les pieds au Tibet, le Dalaï Lama est lui-même persona non grata au Tibet depuis 60 ans, et pourtant quiconque se rend dans ces régions tibétaines  peut constater que la ferveur pour le leader spirituel en exil n’a pas disparu. Comment l’expliquer ?

Je n’ai jamais été au Tibet, parce que les autorités chinoises me l’interdisent. C’est la même chose pour Sa Sainteté le Dalaï Lama, ce qui crée de la frustration d’ailleurs. Tous les Tibétains veulent le voir, même pour une ou deux secondes. Le rencontrer est la chose la plus importante pour des millions de Tibétains. Le gouvernement chinois continue de s’y opposer, ce qui explique la fidélité de la population. La foi est une question d’art et d’esprit. Le pouvoir chinois peut employer la force ou l’argent qu’il veut, cela ne changera rien. Il peut diffuser la propagande qu’il veut, le Dalaï Lama restera la figure vénérée du peuple tibétain. La foi est beaucoup plus forte que la politique.

Vous avez un physique d’acteur, vous avez mené vos études à l’université de Harvard, et au final vous avez épousé une cause perdue ou en tout cas une cause très difficile. Pourquoi ce choix ?

Actuellement, personne encore ne m’a proposé de jouer dans un film (rire). Je suis effectivement diplômé du titre de docteur de la faculté de droit de Harvard, mais je suis avant tout un Tibétain. Vous pouvez avoir un nom, des diplômes, vous pouvez être célèbre, avoir de l’argent, tout cela ne donne pas un sens à votre vie. On a l’habitude de dire que même les chiens, les chats vivent leur vie. Vous naissez et vous mourez, c’est-ce qu’on dit quand on est bouddhiste. Donc ce qui compte, c’est ce que vous faites entre ces deux états. Je pourrais donc effectivement avoir une meilleure carrière peut-être, mais rien ne vaut un engagement volontaire pour une cause juste, et la défense des droits humains de 6 millions de Tibétains. Le peu de contribution que je peux offrir à la lutte de mon peuple me permettra de quitter ce monde de manière la plus sereine possible.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...