• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 2 décembre 2014

Relocalisation de tous les nomades tibétains avant fin 2014

Posté par cercletibetverite le 2 décembre 2014

http://www.tibet-info.net/www/Relocalisation-de-tous-les-nomades.html#.VH37B9KG-E4

Relocalisation de tous les nomades tibétains avant fin 2014

mardi 2 décembre 2014 par Monique Dorizon , Rédaction

Depuis le début des années 1990, la politique de la Chine – connue sous le nom de « tuimu Huancao » – est responsable de la sédentarisation de plus d’un million de fermiers tibétains nomades. La plupart d’entre eux ont vécu de la terre depuis des générations mais sont maintenant contraints de s’installer dans des sortes de casernes dans les agglomérations urbaines. L’objectif de la Chine est d’obtenir que tous les nomades du Tibet soient déplacés à la fin de l’année 2014.

Comme justification de cette politique, la Chine affirme que les prairies doivent être protégées du surpâturage. Cependant, des experts indépendants ont montré que ces politiques sont sans fondement scientifique. Les techniques agricoles traditionnelles tibétaines ont protégé les prairies pendant des centaines d’années.
La faible éducation des nomades fait que beaucoup n’ont pas été en mesure de donner leur consentement en connaissance de cause et ont été persuadés de renoncer à leurs droits fonciers par des menaces et la corruption.
Une fois entrés en milieu urbain, les nomades ont rarement les compétences ou l’éducation qui leur permettent de gagner leur vie. Beaucoup ont à lutter, forcés de payer les trois quarts ou plus du coût de leur nouveau logement de qualité inférieure, les endettant et les rendant incapables de nourrir leur famille ou du bétail [1].

Le Tibet est riche en ressources naturelles, y compris l’or, le cuivre et l’eau [2] et retirer la terre aux nomades laisse libre l’exploitation par des entreprises chinoises. La modernisation chinoise se propageant à travers le Tibet, les sociétés minières et les opérations de construction de barrages ont remplacé l’agriculture dans de nombreux endroits.

Des Tibétains se sont opposés à l’exploitation chinoise des ressources et mis en évidence la potentielle destruction environnementale. En août, les membres de la communauté tibétaine se sont réunis pour protester contre un projet minier et réalisé de grandes affiches à l’entrée du site représentant le président chinois Xi Jinping et citant un discours dans lequel il avait parlé de l’importance de la protection de l’environnement pour les générations futures.
Après trois jours de protestation pacifique, la police paramilitaire armée a violemment dispersé les manifestants en tirant des gaz lacrymogènes dans la foule et frappant avec des matraques électriques.
Un nombre indéterminé de manifestants a été arrêté et le chef de la communauté locale et de la manifestation, Kaitsa Soldor, a disparu depuis l’incident. Sogpo Choedup, un autre manifestant de 27 ans, a tenté de se suicider en signe de protestation et a été emmené par les forces de sécurité et hospitalisé.
Dans un rapport [3] présenté au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies le 6 mars 2012, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation de retour d’une visite en Chine a fait plusieurs recommandations au gouvernement chinois, notamment l’appelant à :
« Suspendre la réinstallation non volontaire des éleveurs nomades de leurs terres traditionnelles et les programmes de réinstallation ou de relogement non volontaires d’autres habitants des zones rurales, afin de permettre des consultations significatives avec les communautés affectées, permettant aux parties d’examiner toutes les options disponibles, y compris les récentes stratégies de gestion durable des pâturages marginaux« .

Source : The Tibet Post International, 19 novembre 2014.

Articles complémentaires sur le programme de relogement des nomades :
-  »La reconstruction obligatoire des maisons au Tibet« , du 29/12/2006 ;
-  »Mars-avril 2008 : que s’est-il passé au Tibet ? – Analyse de Françoise Robin« , du 25/06/2008 ;
-  »Construction de maisons pour 500 000 bergers tibétains« , du 13/10/2008 ;
-  »En 2008, la Chine a déplacé 300 000 fermiers et bergers Tibétains« , du 31/12/2008 ;
-  »Disparition du style de vie nomade au Tibet« , du 20/07/2011 ;
-  »Le gouvernement chinois contraint des Tibétains à quitter leurs maisons« , du 22/08/2011 ;
-  »Halte à la sédentarisation forcée des nomades tibétains !« , du 29/11/2011 ;
-  »Résolution du Parlement européen concernant les Droits de l’Homme au Tibet, 14 juin 2012« , du 05/06/2012 ;
-  »La Chine prévoit de mettre fin à la vie nomade« , du 07/06/2012 ;
-  »Plus de 2 millions de Tibétains appauvris en raison de leur réinstallation forcée« , du 02/07/2013.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Pas une once de liberté pour les Tibétains au Tibet (haut diplomate américain).

Posté par cercletibetverite le 2 décembre 2014

http://www.tibetan.fr/?Pas-une-once-de-liberte-pour-les

Pas une once de liberté pour les Tibétains au Tibet (haut diplomate américain).

Tibet Post International

Lundi 1er décembre 2014, par Communauté Tibétaine // Actualités

Publié Mercredi 26 novembre 2014 / Par Yeshe Choesang,

Dharamshala : – Les Tibétains au Tibet ne sont pas libres au sein de la nation communiste, a dit un haut diplomate américain après une récente rencontre avec des réfugiés tibétains en Inde et au Népal.

La coordonnatrice spéciale américaine pour les questions tibétaines, Sarah Sewall, qui est aussi sous-secrétaire d’Etat pour la sécurité civile, la démocratie et les droits de l’homme, a parlé de son évaluation de la condition des droits de l’homme au Tibet au cours d’un échange lundi avec des journalistes au Washington Foreign Press Center, Washington D.C. Lors de son voyage dans les deux pays, elle a rencontré des réfugiés tibétains et obtenu d’aux des informations de première main sur la situation au Tibet.

« Dans mes fonctions de coordonnatrice spéciale pour le Tibet, bien sûr j’ai eu un agenda parallèle lors de mes visites à la fois au Népal et en Inde, et le focus sur les réfugiés était de la plus haute importance dans les deux pays » a dit Sewall aux journalistes.

« J’ai rencontré les deux communautés et des dirigeants d’ONG qui travaillaient avec les populations réfugiées afin de les aider à mieux voir leur potentiel en termes de capacité humaine » a t’elle dit. « En tant que partenaires dans un effort national pour développer, élever et maintenir leur culture et leur religion dans un environnement qui a divers degrés de soutien pour cette pratique. »

Sewall dit avoir rencontré « à la fois les réfugiés eux-mêmes et ceux qui travaillent avec les réfugiés pour apprendre davantage sur leurs aspirations, sur certains de nos programmes d’échange, et sur l’infrastructure qui soutient les réfugiés qui vivent au Népal et en Inde. »

Sewall a également rencontré le chef spirituel du Tibet Sa Sainteté le Dalai Lama dans sa dimension de leader religieux et culturel mondialement respecté, et elle a aussi beaucoup discuté avec le Dalai Lama.

« Je suis intéressée par son point de vue sur l’extrémisme religieux au sein des mouvements bouddhistes en général et par ce qui peut être fait pour promouvoir la tolérance ».

Elle a dit être curieuse d’en apprendre plus sur les remarques qu’il avait faites publiquement sur les discussions potentielles avec les Chinois, sur les différentes questions qui le préoccupent, disant avoir rencontré le chef spirituel tibétain en tant que « leader religieux et culturel mondialement respecté. » « J’ai passé la majeure partie du temps à parler avec les réfugiés et les organisations qui les accueillent et travaillent avec eux sur la situation en Chine, parce qu’ils ont sûrement les histoires les plus récentes. »

« J’ai rencontré plusieurs personnes qui avaient quitté la Chine récemment, et j’ai parlé à beaucoup de gens qui ont de la famille en Chine » a t’elle ajouté. Leur évaluation de la situation colle grandement avec l’évaluation du Département d’Etat, tel qu’écrit dans noter rapport sur les droits de l’homme, à savoir qu’il n’y a pas une once de liberté pour les Tibétains en Chine que nous pensions en accord avec les standards des droits de l’homme » a dit la haute diplomate américaine.

« Nous avons parlé d’approche non-violente pour résoudre les conflits, d’inclure les questions de la préservation de la culture, de la religion et de l’éducation tibétaines partout où les Tibétains résident actuellement. » « C’est un large spectre de discussions qui, bien entendu, comprend aussi les inquiétudes à propos de la communauté des réfugiés avec laquelle il travaille étroitement. »

Sewall a dit que le gouvernement américain avait dépensé beaucoup de ressources et d’énergie pour chercher à soutenir les Tibétains et en particulier les réfugiés, mais aussi les réfugiés bhoutanais dans les deux pays. Elle a aussi annoncé une nouvelle aide américaine de 3.2 millions de dollars pour le Népal afin de l’aider à moderniser le système de santé pour les réfugiés tibétains.

Encourageant un « dialogue direct » produisant des résultats qui seraient positifs pour la Chine et les Tibétains, l’administration Obama a toutefois dit qu’elle soutient l’ »approche de la voie médiane » proposée par Sa Sainteté le Dalai Lama pour résoudre de manière pacifique la question du Tibet et pour apporter davantage de stabilité et de co-existence, fondée sur l’égalité et la coopération mutuelle, entre les Tibétains et les Chinois.

A plusieurs occasions, le président américain Obama a réitéré son soutien fort à la préservation des traditions religieuses, culturelles et linguistiques uniques du Tibet, et à la protection des droits de l’homme pour les Tibétains au Tibet.

Mais Obama a réitéré que la position américaine est que le Tibet « fait partie » de la Chine et que les Etats-Unis ne soutiennent pas l’indépendance du Tibet. Sa Sainteté le Dalai Lama a déclaré qu’il ne cherchait pas l’indépendance du Tibet et qu’il espère que le dialogue entre ses représentants et le gouvernement chinois reprendra, et qu’un dialogue produisant des résultats serait positif pour la Chine et les Tibétains.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Hong Kong :LA VIEILLE GARDE RENONCE, LA JEUNESSE CONTINUE LE COMBAT

Posté par cercletibetverite le 2 décembre 2014

http://www.parismatch.com/Actu/International/La-vieille-garde-renonce-la-jeunesse-continue-le-combat-Hong-Kong-revolution-661550
LA RÉVOLUTION DES PARAPLUIES À HONG KONG

LA VIEILLE GARDE RENONCE, LA JEUNESSE CONTINUE LE COMBAT

La vieille garde renonce, la jeunesse continue le combat

Joshua Wong, le nouveau visage de la révolution à Hong Kong.© Bobby Yip / Reuters
Le 02 décembre 2014 | Mise à jour le 02 décembre 2014
A V-B AVEC AFP

Il y a plus de deux mois commençait une véritable occupation de plusieurs quartiers de Hong Kong. Aucun résultat concret n’a été obtenu. Alors que les trois initiateurs du mouvement souhaitent à présent mettre un terme à l’action, les leaders étudiants entament une grève de la faim.

Une nouvelle phase débute à Hong Kong.Benny Tai, Chan Kin-man et Chu Yiu-ming, les trois initiateurs de la campagne d’occupation à Hong Kong, fondateurs d’Occupy Central, un mouvement de désobéissance civile créé début 2013, ont annoncé mardi qu’ils allaient symboliquement se rendre à la police et demandé aux manifestants de se disperser. Dans un même temps, le ton se durcit du côté des étudiants. Leurs leaders Joshua Wong et deux étudiantes, devenus le fer de lance du mouvement pro-démocratie, ont entamé une grève de la faim pour faire avancer leur cause. Après plus de deux mois d’occupation de plusieurs quartiers de Hong Kong, le mouvement n’a obtenu aucun résultat concret. Commence ainsi cette nouvelle phase, divisée en deux clans: ceux qui veulent radicaliser l’action et ceux qui souhaitent passer à autre chose.

«Nous appelons tous les trois les étudiants à battre en retraite, à s’enraciner profondément dans la communauté et transformer la nature du mouvement», a lancé Benny Tai. La police est devenue «incontrôlable», il est temps que les manifestants quittent ces «lieux dangereux». Il a également expliqué que les trois fondateurs d’Occupy allaient se rendre à la police mercredi. «La reddition n’est pas un signe de lâcheté. Se rendre, ce n’est pas échouer, c’est la dénonciation silencieuse d’un gouvernement sans cœur», a-t-il lancé. Aucun mandat d’amener n’existe à leur encontre mais le gouvernement local comme les autorités chinoises n’ont cessé de répéter que le mouvement était illégal.

LES ÉTUDIANTS PRENNENT LES COMMANDES

Cette annonce survient au lendemain de heurts entre policiers et manifestants, parmi les plus graves depuis que les protestataires sont descendus par dizaines de milliers dans les rues le 28 septembre pour réclamer l’instauration d’un véritable suffrage universel. Depuis, le nombre de manifestants s’est considérablement réduit. Deux sites sont encore occupés et gravement perturbés économiquement à Hong Kong. Celui de Mongkok a été évacué avec violence par les autorités la semaine dernière.

Avant que le courant ne meure, avant que la « révolution des parapluies » ne s’éteigne, les étudiants ont décidé de prendre les commandes. Joshua Wong, 18 ans, et deux autres étudiantes ont entamé une grève de la faim lundi soir. Objectif ? Obtenir gain de cause et se faire entendre d’un gouvernement resté sourd pour le moment à leurs appels. De leur côté, les gens d’Occupy et les députés pro-démocratie «font pression sur les étudiants depuis le début pour qu’ils observent une retraite stratégique» tandis que «l’opinion publique devient hostile à la poursuite de l’occupation», note-t-il.

Certains refusent de s’en aller sans bruit. Des manifestants masqués ont fracassé la porte du Conseil législatif, des centaines de personnes ont tenté de forcer les cordons de la police et même d’encercler le siège du pouvoir lundi. L’analyste Ma Ngok juge qu’«il y a des pressions pour que le mouvement se radicalise». Il va au moins se poursuivre. Pékin a approuvé le principe «une voix, un vote» pour la prochaine élection du chef de l’exécutif en 2017, mais a réservé à un comité de grands électeurs majoritairement favorables au Parti communiste chinois le soin de présélectionner les candidats, conditions inacceptables pour le camp pro-démocratie.

Publié dans Hong Kong | Pas de Commentaire »

Chine: les artistes bientôt envoyés à la campagne

Posté par cercletibetverite le 2 décembre 2014

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/02/97001-20141202FILWWW00033-chine-les-artistes-bientot-envoyes-a-la-campagne.php

 

Chine: les artistes bientôt envoyés à la campagne

  • HOME ACTUALITE FLASH ACTU
    • Par Lefigaro.fr avec AFP
    • Mis à jour le 02/12/2014 à 07:15
    • Publié le 02/12/2014 à 07:14
La Chine va envoyer les artistes, cinéastes et gens de télévision à la campagne pour y « acquérir un point de vue correct sur l’art » au contact des « masses » rurales, a annoncé mardi l’agence officielle Chine nouvelle.L’initiative semble tout droit sortie de l’époque maoïste, quand le fondateur du régime, Mao Tsé-toung, avait envoyé des millions d’intellectuels chinois se faire « rééduquer » par les paysans. Elle intervient après que le président Xi Jinping a dénoncé à la mi-octobre la « vulgarité » de certaines productions artistiques, invitant les créateurs à promouvoir les « valeurs socialistes », le patriotisme et à « servir le peuple », suscitant déjà la comparaison avec Mao dans la presse officielle.L’Administration générale de l’État en charge de la Presse, de la Radio, du Cinéma et de la Télévision « va organiser l’envoi des personnels du cinéma et des productions de séries télévisuelles dans des communautés de base, des villages et des sites miniers pour y effectuer des enquêtes de terrain sur une base trimestrielle », a indiqué l’agence, citant un document officiel de cette administration de supervision des médias.Scénaristes, metteurs en scène, animateurs radio et présentateurs de télévision seront également envoyés vivre au moins 30 jours « parmi les minorités ethniques et dans les zones frontalières, ainsi que dans des zones ayant fourni une contribution majeure à la victoire nationale de la guerre révolutionnaire » qui conduisit à la prise du pouvoir communiste en 1949, selon l’agence.

En « vivant parmi les masses », les « travailleurs de l’art et de la littérature » vont ainsi pouvoir « être stimulés dans l’acquisition d’un point de vue correct sur l’art et créer plus de chefs d’oeuvre », selon le document cité par Chine nouvelle.

Pour Joseph Cheng, professeur de sciences politiques à la City University de Hong Kong, cette initiative, sans précédent depuis la révolution culturelle (1966-76), s’apparente à une « campagne de rectification » de style maoïste, destinée à réduire au silence les critiques contre le président Xi Jinping.

Ce dernier s’est fait le promoteur d’une politique générale beaucoup plus répressive, notamment en matière de censure, depuis son arrivée au pouvoir en 2012. Le régime impose une stricte censure sur toute production culturelle soupçonnée de questionner son autorité, telles celles de l’artiste de renommée internationale Ai Weiwei.

Parallèlement, le relâchement du contrôle sur le marché de l’art chinois, notamment celui des arts plastiques, a permis une envolée spectaculaire de la création artistique depuis une vingtaine d’années.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...