• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 25 novembre 2014

Le combat pacifique du peuple tibétain

Posté par cercletibetverite le 25 novembre 2014

 dans Tibet
Getty«Le rêve de mon père était de revoir le Tibet avant de mourir. Il est décédé en 2004, sans avoir revu nos montagnes», a raconté le premier ministre du gouvernement tibétain en exil, Lobsang Sangay, lundi, lors de son passage à Montréal.

Occupé et réprimé par la Chine depuis un demi-siècle, le Tibet refuse de se soumettre. Et sa résistance pacifique triomphera: ainsi l’a clamé lundi le chef du gouvernement tibétain en exil, Lobsang Sangay, lors de son passage à Montréal.

«Le jour où les Tibétains vivront en paix, une des plus belles pages du XXIe siècle aura été écrite», croit M. Sangay, qui découvrait avec un plaisir évident la métropole québécoise, hier, à l’invitation du Comité Canada-Tibet, un groupe qui milite pour que le sort de ce peuple niché au sommet du monde demeure dans les consciences des élus canadiens.

Diplômé de l’université Harvard, M. Sangay n’a jamais pu voir la terre de ses ancêtres. Il a grandi, comme des dizaines de milliers de ses concitoyens, dans un camp de réfugiés en Inde.

«Les peuples doivent se lever et défendre les valeurs qui les définissent, affirme celui qui parcourt le monde pour promouvoir les intérêts du peuple tibétain auprès de la communauté internationale. «Notre résistance est pacifique. Si le monde ne nous soutient pas, quel message envoie-t-il aux autres groupes en lutte dans le monde?»

«Le bouddhisme a 2500 ans, le colonialisme est vieux d’à peine quelques siècles. Dans 2000 ans, le bouddhisme existera encore. Le colonialisme, lui, aura disparu.» – Lobsang Sangay, premier ministre du gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, en Inde

L’envahisseur chinois a conquis le plateau tibétain – riche en minéraux et, surtout, en eau – en 1951, alors que Mao Tse-Toung dirigeait la Chine communiste.

Beijing mène depuis une répression souvent violente contre toute tentative d’affirmation de la part des Tibétains, que ceux-ci réclament l’utilisation de leur langue dans les salles de classe ou leur autonomie politique. Quelque 150 000 Tibétains vivent aujourd’hui en exil. «Le Tibet est encore sous occupation», affirme M. Sangay.

Le gouvernement qu’il dirige accepterait de demeurer sous tutelle chinoise, à condition d’obtenir une plus grande autonomie et des institutions qui lui soient propres. C’est la «voie médiane» chère à M. Sangay, qui privilégie l’atteinte d’un compromis profitable à toutes les parties plutôt qu’une solution où il y aurait les vainqueurs d’un côté et, de l’autre, les vaincus.

«Nous croyons en la justesse de notre cause. Et nous croyons que, bientôt, nous allons la faire triompher.»

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Une centaine de Tibétains vit sous un pont à Conflans-Sainte-Honorine. Ils ont désespéremment besoin de votre soutien !

Posté par cercletibetverite le 25 novembre 2014

https://www.facebook.com/pages/Graines-dAvenir/317282643661

Appel à tous nos amis de Graines d’Avenir

Une centaine de Tibétains vit sous un pont à Conflans-Sainte-Honorine. 
Ils ont désespéremment besoin de votre soutien !

C’est par un article dans la presse que nous avons appris à notre grand étonnement, comme beaucoup d’autres personnes et associations qui soutiennent la cause tibétaine, la situation alarmante d’une centaine de réfugiés tibétains.

Ils sont en attente de régularisation de leur situation de réfugié politique. Cette attente dure environ 6 mois. Durant ce temps ils n’ont aucune aide ni médicale, ni financière, ni d’hébergement.

Le bateau JE SERS de l’association LA PIERRE BLANCHE a vu arriver les premiers Tibétains il y environ deux ans. Depuis, leur nombre ne cesse d’augmenter pour arriver aujourd’hui à une centaine : des hommes jeunes mais aussi des femmes … et un bébé né il y a quelques jours ! Cette association, qui fait un travail admirable et discret, les nourrit matin midi et soir mais ne peut malheureusement pas tous les loger.
Une vingtaine dort dans la salle à manger une fois celle-ci débarrassée des tables et depuis quelques jours 12 femmes sont dans un hébergement éphémère dans une péniche à l’abandon en voie de destruction.
Les soixante autres Tibétains dorment sous le pont au milieu des rats….cette vidéo explique la situation mais n’est qu’un pâle reflet de ce qu’ils endurent !
http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/5419b8659473996255f0e479/f7ec5ed053a64f299239059a430fa7f2?wmode=transparent&chromeless=0&autoplay=1

Nous les avons rencontrés et sommes bouleversés … La péniche est leur point de ralliement. Ils y trouvent de la chaleur humaine. Mais l’association La pierre Blanche commence à être débordée !

Quelques personnes se sont mobilisées et leur fournissent des vêtements chauds, des duvets, des couvertures, des chaussettes, des sous-vêtements, des cahiers, des stylos, des savons, etc …. donnent des cours de francais et les accompagnent dans leur démarches longues er fastidieuses.

L’hiver arrivant, ils ont en urgence besoin d’un toit.

Un soutien financier est incontournable pour parer à l’urgence de la situation.

Nous tous qui soutenons les tibétains et leur culture en exil en Inde et au Népal, ne pouvons rester sourds à tant de désarroi !

Toute aide que vous pourrez apporter sera importante

Pour faire un don par PayPal, par virement ou par chèque, vous trouverez toutes les informations sur le site de Graines d’Avenir
http://www.grainesdavenir.com/index.php?option=com_content&view=article&id=61&Itemid=15

Parallèlememt à votre don par PayPal ou par virement, merci de nous adresser un mail pour nous informer de vos coordonnées et nous préciser que c’est un don pour les Tibétains de Conflans à info@grainesdavenir.com

Merci de ne pas envoyer de colis à l’association Graines d’Avenir car nous ne sommes pas structurés pour les recevoir et les gérer. Un don financier, si petit soit-il, sera de la plus grande aide.

Pour toutes informations complémentaires, merci de nous contacter uniquement par mail.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Le chef du gouvernement en exil défend la «ligne médiane»

Posté par cercletibetverite le 25 novembre 2014

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/424824/tibet-le-chef-du-gouvernement-en-exil-defend-la-ligne-mediane
TIBET

Le chef du gouvernement en exil défend la «ligne médiane»

Lobsang Sangay, le chef du gouvernement tibétain en exil

Photo: Jacques Nadeau Le DevoirLobsang Sangay, le chef du gouvernement tibétain en exil

Le Tibet sous occupation chinoise souffre de répression politique, de discrimination sociale, d’assimilation culturelle et de dévastation environnementale, affirme le Dr Lobsang Sangay, chef du gouvernement tibétain en exil (CTA, Central Tibetan Administration) basé à Dharamsala, en Inde.

« Le simple fait de crier des slogans peut vous valoir d’être arrêté, torturé et parfois de disparaître », a-t-il précisé, ajoutant que le centre de Lhassa, la capitale tibétaine, est truffé de caméras de surveillance.

M. Sangay, qui effectue une tournée au Canada, était de passage à Montréal lundi. Il est venu défendre auprès du public et des politiciens canadiens la « voie médiane »pour le Tibet, qui consiste en une « véritable » autonomie. À la suite de négociations menées il y a quelques années, les autorités de Pékin ont rejeté ce plan même s’il est conforme à la Constitution chinoise, selon M. Sangay. Ce dernier a ajouté que les Tibétains renoncent à l’indépendance par « réalisme », après toutes les souffrances qu’ils ont vécues et devant l’intransigeance chinoise.

Discrimination

« Il n’est pas rare de voir à Lhassa des offres d’emploi où il est dit ouvertement que le salaire versé sera supérieur si le candidat choisi est chinois plutôt que tibétain », a-t-il poursuivi.

Comme on en a parfois des échos, de nombreux Tibétains protestent contre le traitement qui leur est réservé malgré le risque d’être arrêtés. On a assisté ces dernières années à une vague d’immolations, surtout de la part de moines et de moniales, une forme de protestation que le Dr Sangay et son gouvernement en exil condamnent. « Ces immolations sont la preuve que les Tibétains sont désespérés, frustrés et en même temps déterminés », dit-il en entrevue au Devoir, expliquant que ceux et celles qui protestent ainsi choisissent la mort immédiate de préférence à l’arrestation et à des mois ou à des années de torture. Selon M. Sangay, il y a plus de 700 prisonniers politiques tibétains dont l’identité ne fait aucun doute, mais le total pourrait en réalité se compter en milliers.

« La réalité sur le terrain et la rhétorique n’ont pas changé depuis l’accession à la présidence de Xi Jinping. C’est la ligne dure qui continue, selon le Dr Lobsang Sangay.Son arrivée au pouvoir a coïncidé avec les immolations. Le père de Xi était au courant de la question tibétaine. C’était un personnage intéressant. Il avait rencontré le dalaï-lama et le panchen-lama, avec lesquels il avait de bonnes relations. Il était libéral. L’avenir nous dira si Xi Jinping est comme son père. Jusqu’ici, ce ne semble pas être le cas. »

Le Dr Lobsang Sangay a souligné que la Chine compte entre 300 et 400 millions de bouddhistes, la religion de la quasi-totalité des Tibétains, et que plusieurs d’entre eux se rendent en pèlerinage au Tibet, tout comme les écrivains et les jeunes en quête de mystère ou d’exotisme. Le chef du CTA y voit un signe encourageant.

M. Sangay a par ailleurs rappelé l’importance du plateau tibétain pour ses voisins et pour la planète. Regorgeant de minéraux, le Tibet est aussi un château d’eau au fort potentiel hydroélectrique et la source de la plupart des grands fleuves d’Asie, dont le Yangtze, l’Indus et le Brahmapoutre. Ce qui ne l’empêche pas d’être menacé à terme par la sécheresse si les glaciers géants de l’Himalaya continuent à fondre à un rythme accéléré.

M. Sangay a appelé la centaine de sympathisants venus l’écouter lundi après-midi à appuyer les organisations pro-tibétaines locales comme le Comité Canada-Tibet, dont il était l’invité, à réagir aux articles et reportages portant sur le Tibet et à faire pression auprès de leurs représentants élus.

Comme plusieurs autres États, le gouvernement canadien appuie la « ligne médiane »défendue par le gouvernement en exil et le dalaï-lama, tout en répétant que le Tibet doit continuer à faire partie de la Chine.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

Quand Pékin transforme les îles de mer de Chine en porte-avions

Posté par cercletibetverite le 25 novembre 2014

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20141124-chine-pekin-transforme-iles-mer-chine-porte-avions-defense-securite/
CHINE
Publié le 25-11-2014 Modifié le 25-11-2014 à 00:48

Quand Pékin transforme les îles de mer de Chine en porte-avions

mediaL’Ile Thitu faisant partie de l’archipel disputé des Spratleys.AFP PHOTO / POOL

Pékin n’en démord pas. Le chantier d’une île artificielle en mer de Chine méridionale ira jusqu’au bout, a affirmé lundi 24 novembre un haut responsable de l’Armée populaire de libération. Mais l’île en question se trouve dans l’archipel très disputé des Spratleys, revendiqué notamment par le Vietnam, les Philippines et la Malaisie. De surcroît, le futur îlot doit accueillir une base aérienne.

L’inspiration vient peut-être du jeu de go japonais. Pour marquer son territoire, l’armée chinoise fait pousser des îles artificielles en mer de Chine un peu comme on pousse des pions. Après la piste d’atterrissage construite sur Yongxing Dao, la plus grande île de l’archipel des Paracels (Nansha en mandarin), dont les photos sont apparues sur le site du quotidien du peuple en octobre dernier, voici donc la future base aérienne de Yongshu dans l’archipel des Spratleys.

Base aérienne et port militaire

Cet îlot artificiel de 3 km de long et de 300 mètres de large est capable d’accueillir, en plus d’un aérodrome, un port pour des navires déplaçant jusqu’à 5 000 tonnes, selon le Pentagone. Car évidemment, les satellites américains ont le regard en permanence braqué sur ces eaux hautement disputées des mers de Chine du Sud. C’est à partir de ces images que l’hebdomadaire spécialisé IHS Jane’s Defence a pu découvrir le tarmac et les infrastructures militaires en construction sur ce qui n’était au départ qu’un simple récif. Les travaux de remblai ont commencé il y a trois mois. C’est le plus important des quatre projets d’îles artificielles lancés par Pékin depuis 2013, poursuit l’hebdomadaire.

Récif revendiqué par Hanoi et Taipei

Washington craint que cette nouvelle base de l’Armée populaire de libération en mer de Chine méridionale ne fasse des vagues, le récif étant revendiqué également par Hanoi et Taipei. Côté chinois, ce chantier est « complètement légitime et justifié », a martelé le général Luo Yuan cité par le quotidien Global Times. « La Chine doit tenir bon face aux pressions internationales, a ajouté ce haut gradé de l’APL. Les Etats-Unis font bien preuve de partialité étant donné que les Philippines, la Malaisie et le Vietnam ont déjà construit des infrastructures militaires » dans cet archipel.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...