• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Chine
  • > Les dirigeants de l’APEC doivent inviter la Chine à libérer ceux qui soutiennent les manifestations de Hong Kong

Les dirigeants de l’APEC doivent inviter la Chine à libérer ceux qui soutiennent les manifestations de Hong Kong

Posté par cercletibetverite le 7 novembre 2014

http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Les-dirigeants-de-APEC-doivent-inviter-la-Chine-liberer-ceux-qui-soutiennent-les-manifestations-de-H-13150

Les dirigeants de l’APEC doivent inviter la Chine à libérer ceux qui soutiennent les manifestations de Hong Kong

Les dirigeants du monde qui se réunissent à Pékin lundi 10 novembre dans le cadre du sommet de la Coopération économique des pays d’Asie-Pacifique (APEC) doivent inviter leurs homologues chinois à libérer les nombreux militants détenus en Chine continentale pour avoir pacifiquement soutenu les manifestations pro-démocratie à Hong Kong.

Les dirigeants du monde qui se réunissent à Pékin lundi 10 novembre dans le cadre du sommet de la Coopération économique des pays d’Asie-Pacifique (APEC) doivent inviter leurs homologues chinois à libérer les nombreux militants détenus en Chine continentale pour avoir pacifiquement soutenu les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, a déclaré Amnesty International.

Au moins 76 personnes sont toujours derrière les barreaux en Chine continentale pour avoir soutenu les appels en faveur d’un véritable suffrage universel à Hong Kong, d’après les dernières informations qu’a pu vérifier Amnesty International.

« Les dirigeants de l’APEC ne doivent plus se taire au sujet de la répression qui cible les militants chinois exprimant leur soutien aux manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Les convenances politiques ne doivent pas prendre le pas sur une action de principe, a déclaré Roseann Rife, directrice des recherches sur l’Asie de l’Est à Amnesty International.

« Ils doivent saisir cette occasion de s’exprimer et d’exhorter le président Xi Jinping à garantir que toutes les personnes enfermées uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique soient libérées immédiatement et sans condition. »

Le mois dernier, la police chinoise a procédé à des arrestations en lien avec les manifestations pro-démocratie, notamment à Pékin, à Jiangsu, et à Guangzhou et Shenzhen, villes du sud de la Chine proches de Hong Kong.

Ces personnes ont été placées en détention pour avoir posté des photos sur Internet accompagnées de messages de soutien, s’être rasées la tête en signe de solidarité ou pour avoir prévu de se rendre à Hong Kong pour rejoindre le mouvement. Beaucoup d’autres ont été « invitées à prendre le thé », c’est-à-dire convoquées par les autorités pour être interrogées.

Les censeurs de l’État chinois ont tenté d’interdire les photos et d’empêcher toute mention positive sur Internet des manifestations en faveur de la démocratie, tout en obligeant les journaux et les chaînes télévisées à n’évoquer que les récits et les commentaires approuvés par l’État. Le site Internet de la BBC et la plateforme de partage de photos Instagram sont interdits depuis le mois dernier.

À l’approche du sommet de l’APEC, les autorités ont empêché plusieurs militants de Chine continentale de se rendre à Pékin. Des militants de la capitale ont également été contraints de quitter la ville, notamment les militants bien connus Hu Shigen et Xiang Li.

« La dernière vague d’arrestations s’inscrit dans le cadre d’une attaque concertée contre les libertés fondamentales, depuis l’entrée en fonction du président Xi Jinping. Elle tourne en dérision les récentes déclarations du président, qui a affirmé que l’état de droit et les droits humains seraient pleinement respectés en Chine d’ici 2020 », a déclaré Roseann Rife.

L’attaque contre la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association au cours de l’année passée s’est notamment traduite par la condamnation à des peines comprises entre deux et six ans et demi de prison de personnes liées au Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants des droits humains.

Plus de 60 militants ont été arrêtés de manière arbitraire ou placés en résidence surveillée à l’approche du 4 juin, qui marquait le 25e anniversaire de la répression des manifestations pro-démocratie de la place Tiananmen en 1989. La police a également forcé plusieurs personnes à gagner d’autres villes de Chine.

Parallèlement, les dirigeants étudiants à Hong Kong ont déclaré qu’ils prévoyaient de se rendre à Pékin durant le sommet de l’APEC, dans le but de rencontrer de hauts représentants chinois et de faire entendre leurs revendications en faveur d’une réforme électorale. Des centaines de manifestants pro-démocratie occupent toujours des quartiers du centre-ville de Hong Kong dans le cadre du mouvement de protestation qui a débuté le 26 septembre.

Notes aux rédacteurs
Liste des personnes détenues :
Voici la liste des militants et des citoyens chinois dont Amnesty International sait qu’ils ont été arrêtés en Chine continentale en lien avec les manifestations de Hong Kong : http://www.amnesty.org/en/news/chinese-activists-detained-supporting-hon….

Au total, 93 personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations à Hong Kong. Au 6 novembre 2014, 76 personnes étaient toujours derrière les barreaux.

07 novembre 2014

Laisser un commentaire

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...