• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 29 octobre 2014

Chow Yun-Fat à son tour censuré en Chine

Posté par cercletibetverite le 29 octobre 2014

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/10/29/03004-20141029ARTFIG00348-chow-yun-fat-a-son-tour-censure-en-chine.php

Chow Yun-Fat à son tour censuré en Chine

Par Cyril Coantiec

    • Publié le 29/10/2014 à 18:38
De gauche à droite: l'acteur Chow Yun-Fat, l'écrivain Tsering Woeser et l'artiste Ai Weiwei.

 

Depuis sa prise de position en faveur des manifestants de Hongkong, l’acteur a été écarté de certains tournages. Son nom vient s’ajouter à la liste des artistes chinois, reconnus internationalement mais bannis dans leur pays.

Chow Yun-Fat à son tour censuré en Chine dans Chine

Quand politique et culture ne font pas bon ménage. Pour ses prises de position en faveur du mouvement pacifique des citoyens hongkongais, l’acteur Chow-Yun Fat est blacklisté par le gouvernement chinois. Il a avoué, dans une récente interview, qu’il «tournait moins de films qu’avant», à cause de son engagement. Il avait notamment critiqué l’usage des gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre. Le comédien a néanmoins affirmé avec le sourire qu’il avait «assez d’argent à donner et à partager».

Il n’est pas le seul artiste à subir les foudres du gouvernement chinois. Récemment, le saxophoniste Kenny G, qui avait posé en photo avec des manifestants de la révolution des parapluies, à Hongkong, a été censuré. Le chanteur hongkongais Anthony Wong a vu deux de ses concerts repoussés par les organisateurs à cause de son engagement en faveur du mouvement indépendantiste.

Dans ce côté, le réalisateur du film Touch of Sin, Jia Zhang-Ke, a également été banni des cinémas chinois en 2013. La raison? «Une violence extrême jugée trop incendiaire à l’écran». Le long métrage n’a pas été officiellement présenté en Chine et n’y a jamais été projeté. L’œuvre a pourtant reçu de multiples récompenses dans des festivals étrangers, notamment le prix du scénario au festival de Cannes en 2013 et le prix du meilleur film étranger du Syndicat français de la Critique en 2014.

L’artiste chinois Ai Weiwei, qui a été détenu en prison pendant 81 jours, est dans l’interdiction de quitter le territoire chinois. Dans l’exposition qui lui est actuellement consacrée dans l’ancienne prison d’Alcatraz, au large de San Franscico, plusieurs pièces font référence à la lutte des indépendantistes tibétains. Les droits de l’homme et la liberté d’expression en sont d’ailleurs les thématiques récurrentes. Des prises de position qui déplaisent fortement au gouvernement chinois, mais qui n’empêchent pas le monde entier de reconnaître le talent de cet artiste. Ai Weiwei est membre de l’académie des Arts de Berlin, depuis 2011, et a été désigné, cette même année, par le magazine britannique Art Review comme la figure la plus puissante de l’art contemporain.

Une des œuvres de l'artiste Ai Weiwei, exposée à Alcatraz.

 

L’artiste chinois Zhang Hongtu a également fait parler de lui avec son Bird’s Nest. L’œuvre représente le stade national de Pékin. Sur sa toile, le peintre a inscrit les mots «Tibet» et «Human Right» («droit de l’homme»). Des expressions qualifiées d’«inacceptables» par la douane chinoise, qui ont saisi et confisqué l’œuvre en juillet 2008. Bird’s Nest était censé refléter les valeurs d’union de tous les peuples à travers les Jeux olympiques de Pékin, en 2008.

La littérature est également touchée par la censure. En septembre 2003, Tsering Woeser, écrivain et poétesse tibétaine, a vu son livre Notes sur le Tibet interdit par le gouvernement chinois, pour ses prises de position en faveur de l’indépendance du Tibet. Pour son combat, elle a reçu de nombreux prix dont celui de l’association des écrivains de Norvège pour la liberté d’expression en 2007 et le Courage in Journalism Award de la fondation internationale des femmes dans les médias en 2010.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

Chine: religion interdite pour les mineurs du Xinjiang

Posté par cercletibetverite le 29 octobre 2014

http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201410/29/01-4813850-chine-religion-interdite-pour-les-mineurs-du-xinjiang.php

Publié le 29 octobre 2014 à 11h55 | Mis à jour à 11h55

Chine: religion interdite pour les mineurs du Xinjiang

Une élève d'une école du xian d'Akqi, district... (PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER)

Agrandir

Une élève d’une école du xian d’Akqi, district du Xinjiang, regarde l’objectif alors que ses camarades font la sieste, en juin 2012.

PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER

Agence France-Presse
PÉKIN

Les écoles au Xinjiang, une région chinoise de tradition musulmane en proie à une agitation meurtrière depuis des mois, vont s’employer à décourager la pratique religieuse dans les foyers, a annoncé mercredi la presse officielle.

Les chefs d’établissement de plus de 2000 jardins d’enfants, écoles primaires et secondaires de Kashgar, aux confins ouest de la Chine, ont été réunis par les autorités qui leur ont fait signer un engagement à «défendre l’école contre l’infiltration de la religion», selon le quotidien anglophone Global Times, proche du Parti communiste chinois (PCC).

Les membres du PCC, les enseignants et les mineurs de moins de 18 ans, «ne doivent pas pratiquer la religion, que ce soit à l’école ou chez eux», ajoute le journal sans évoquer explicitement l’islam et citant une responsable du Bureau de l’éducation de Kashgar, deuxième ville du Xinjiang après la capitale Urumqi.

Le Xinjiang abrite plus d’une dizaine de millions de musulmans, la grande majorité appartenant à l’ethnie turcophone des Ouïghours, dont une frange radicalisée, d’inspiration islamiste et indépendantiste, s’oppose violemment à la tutelle chinoise.

Attentats et ripostes des forces de sécurité chinoises ont fait plusieurs centaines de morts depuis l’an dernier.

Les mineurs sont interdits d’accès dans les mosquées de la région.

Pékin attribue l’origine des violences «terroristes» et «séparatistes» à la propagande religieuse diffusée depuis l’étranger par la mouvance djihadiste. Les organisations de défense des droits de l’homme et le Congrès mondial ouïghour, organisation d’exilés, accusent les autorités communistes de fouler du pied les droits et la culture des minorités dans la région, tout en pratiquant une répression à grande échelle.

Le Bureau de l’éducation de Kashgar entend combattre l’extrémisme en réglementant aussi la tenue vestimentaire des écoliers, selon le responsable cité par le journal. Il s’inquiète également des écoliers qui ne montrent aucun signe religieux distinctif à l’école, mais étudieraient la religion chez eux sous la direction de leurs parents.

La constitution chinoise garantit en principe la liberté de religion. Mais un récent rapport officiel de Washington sur les libertés religieuses en Chine a souligné que «les autorités souvent ne font pas la distinction entre une pratique religieuse pacifique et des activités criminelles ou terroristes».

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

Dhondup Wangchen reçoit le Prix Václav Havel 2014 pour la Dissidence créative

Posté par cercletibetverite le 29 octobre 2014

http://www.tibet-info.net/www/Dhondup-Wangchen-recoit-le-Prix.html#.VFCOqVdG07U

Dhondup Wangchen reçoit le Prix Václav Havel 2014 pour la Dissidence créative

mardi 28 octobre 2014 par Monique Dorizon , Rédaction

Mercredi 22 octobre 2014, le Forum d’Oslo sur la liberté, rassemblement réunissant quelques-unes des grandes personnalités mondiales pour honorer les survivants de l’oppression politique et de la persécution, a attribué [1] à Dhondup Wangchen le Prix international Václav Havel 2014 pour la Dissidence créative.
Lhamo Tso, épouse de Dhondup Wangchen, a reçu le prix au nom de celui-ci.
Elle a exhorté la Chine à permettre à son mari de sortir du Tibet et retrouver les membres de sa famille en Amérique, qui leur a accordé l’asile politique.

Recevant le prix, Lhamo Tso a dit que le prix reçu démontre que les sacrifices consentis par Dhondup Wangchen et ses amis se trouvent honorés et non oubliés.
« Nous ne l’avons pas vu les sept dernières années et il y a beaucoup d’autres familles de prisonniers politiques qui sont dans le même cas, et je prie toujours pour leur réunion« , a-t-elle ajouté.

Dhondup Wangchen (né en 1974 à Bayen, province du Qinghai) a été condamné à six ans de prison le 28 décembre 2009 pour le tournage en secret de son film documentaire « Leaving Fear Behind » (« Surmonter la peur” – “Jigdrel” en tibétain) [2] qui jette la lumière sur les conditions de vie des Tibétains en Chine dans la perspective des Jeux olympiques de 2008 à Pékin. Il a été libéré le 5 juin 2014, mais reste bloqué en Chine.

Le film présentait une série d’entretiens avec des Tibétains s’exprimant sur la façon dont la Chine a détruit la culture tibétaine, atteint à la liberté religieuse et sur leur respect éternel pour le chef en exil Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Les lauréats du Prix Václav Havel reçoivent une représentation d’un artiste de la « déesse de la démocratie«  [3], et se partagent un prix de 350 000 couronnes norvégiennes (42 000 euros environ).

Le Prix international Václav Havel pour la Dissidence créative, institué en 2012, célèbre ceux qui, avec courage et ingéniosité, démasquent le mensonge de la dictature en vivant dans la vérité. Václav Havel était président de la Fondation pour les Droits humains de 2009 jusqu’à sa mort en décembre 2011.

Dhondup Wangchen a fait l’objet d’une action de Tibet Lib [4] en septembre 2008.
En 2012, il avait obtenu le Prix international de la liberté de la presse [5].

Source : Phayul, 25 octobre 2014.

Publié dans Tibet | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...