• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 24 octobre 2014

Bouddhisme Le dalaï-lama se confie dans un entretien exclusif

Posté par cercletibetverite le 24 octobre 2014

http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/le-dalai-lama-se-confie-dans-un-entretien-exclusif-24-10-2014-4331_118.php

Bouddhisme

Le dalaï-lama se confie dans un entretien exclusif

propos recueillis par François Gautier à New Delhi (Inde) – publié le 24/10/2014

Le dalaï-lama ne donne pratiquement plus d’interviews. Exceptionnellement, car nous le connaissons depuis fort longtemps, il a confié au Monde des Religions ses inquiétudes quant au terrorisme de l’Etat islamique, ses craintes sur la Chine et l’avenir du Tibet, sa fatigue du protocole et ses espoirs d’un XXIe siècle de dialogue interreligieux.

© Pascal Pavani / AFP

© Pascal Pavani / AFP

 

Votre Sainteté, vous organisez une remarquable conférence interreligieuse. Mais aujourd’hui, les hommes ne continuent-ils pas de s’entretuer au nom des religions ? Même des bouddhistes massacrent des musulmans du Myanmar !

C’est vrai. J’en suis extrêmement triste et j’ai fait remontrance aux bouddhistes du Myanmar… Je dis d’ailleurs toujours aux gens qu’au lieu de considérer qu’il n’y a qu’une seule vérité et une seule religion, il faudrait accepter qu’il existe plusieurs vérités et de nombreuses religions (silence)… En même temps, je ne veux pas que les gens se convertissent d’une religion à une autre : je suis bouddhiste et pour moi le dharma (chemin spirituel) du Bouddha reste une vérité éternelle et universelle ; vous êtes chrétien et vous devez le rester. Cela pourrait sembler une contradiction, mais les deux vérités se complètent.

Vous êtes prix Nobel de la Paix et votre sincérité est rarement mise en cause – hormis par les Chinois. Croyez-vous qu’il en soit de même pour les autres leaders spirituels ?

On constate aujourd’hui, il est vrai, qu’un fondamentalisme particulier s’est glissé dans certaines religions. Cependant, toutes ces traditions spirituelles existent depuis des milliers d’années et on ne peut pas les changer. Ça, c’est la réalité. Ainsi, pour cette communauté religieuse ou cette autre, leur Dieu est la seule vérité qui compte. Mais les temps changent et si vous observez l’Église catholique, le pape François est un homme tout à fait remarquable, qui lui-même a initié de nombreux dialogues interreligieux. L’Occident prend donc conscience qu’il existe d’autres traditions spirituelles dans le monde, autrefois considérées « païennes », ce qui est totalement nouveau… (silence)

On pourrait appeler cette nouvelle conscience interreligieuse une « éthique laïque », qui je crois peut apporter une certaine tranquillité d’esprit et même une paix et un bonheur intérieurs, car ces tensions interreligieuses ont provoqué de nombreuses guerres et sévissent encore aujourd’hui. (Le dalaï-lama fait une autre pause)

Prenez par exemple un singe mâle, physiquement très fort et puissant, qui règne sur le groupe et effraie les plus faibles. Ce singe est aussi un animal social et, même s’il a un sens limité de l’altruisme, sa survie dépend du reste de la communauté. De fait, biologiquement, les animaux ont eux aussi un instinct collectif qu’on pourrait presque appeler un certain amour de l’autre. Voilà ce que j’appelle « éthique ».

Chez les humains, ce sens collectif est intelligent ; au lieu de s’étendre seulement au groupe, il peut toucher l’humanité entière, et même inclure les animaux ou la nature. Cette éthique est donc universelle. Je le répète d’ailleurs très souvent : l’amour est une religion universelle – et pas seulement une philosophie. Cet amour et ce respect des autres religions devraient être promus dès le jardin d’enfant grâce à des méthodes logiques et scientifiques. Ainsi, la peur et la haine disparaîtraient-elles graduellement de l’humanité.

Que pensez vous de la décapitation des otages par les djihadistes de l’État islamique (EI) ?

Terrible (silence). C’est le plus grand danger auquel l’humanité fait face aujourd’hui.

 

[...]

 

Bouddhisme Le dalaï-lama se confie dans un entretien exclusif dans BOUDDHISME 4330_mdr68> Retrouvez l’interview exclusive du dalaï-lama en intégralité dans le numéro 68 du Monde des religions, disponible en kiosque ou sur notre boutique en ligne.

Publié dans BOUDDHISME, Dalai Lama | Pas de Commentaire »

Birmanie: un journaliste tué en prison

Posté par cercletibetverite le 24 octobre 2014

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20141024-birmanie-rangoon-journaliste-mort-prison-armee-karen/
BirmanieDroits de l’hommemédias
Publié le 24-10-2014 Modifié le 24-10-2014 à 15:11

Birmanie: un journaliste tué en prison

Par RFI
mediaLe journaliste birman aurait essayé de fuir alors qu’il était détenu depuis fin septembre après s’être rendu dans une zone sous contrôle des rebelles.Reuters/Soe Zeya Tun

L’armée birmane a annoncé, ce vendredi, qu’un journaliste avait été tué dans une zone de conflit. Il serait mort en essayant de s’échapper d’une prison où il était détenu. Ce professionnel de la presse avait disparu depuis plus de trois semaines dans le sud-est du pays, une région où les affrontements entre l’armée gouvernementale et un groupe ethnique rebelle ont repris le mois dernier. Les tensions sont de plus en plus vives dans les régions frontalières de la Birmanie et le processus de paix demeure fragile.

Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

Aung Kyaw Naing a été tué en détention. Il avait été arrêté fin septembre après avoir visité une zone sous contrôle rebelle dans le sud-est de la Birmanie où il couvrait le conflit entre l’armée gouvernementale et un groupe rebelle Karen pour plusieurs titres de presse de Rangoon. Le journaliste indépendant de 49 ans aurait essayé de fuir en volant une arme et aurait été abattu. Son corps serait déjà enterré.

Voilà en tout cas la version donnée par l’armée ce vendredi matin dans un communiqué envoyé au conseil de presse. Une version impossible à vérifier et qui ne mentionne pas la date du décès du reporter.

En Birmanie, le gouvernement et les groupes ethniques essaient de négocier un accord de cessez-le-feu national pour mettre fin à des décennies de conflits. Mais plus les pourparlers avancent, plus les affrontements s’intensifient sur le terrain, comme dans les Etats Karen et Môn, où le journaliste a été tué.

C’est une région où le gouvernement prévoit de construire plusieurs barrages hydroélectriques. L’armée et les rebelles combattent pour le contrôle d’importantes ressources naturelles. Ils veulent sécuriser l’accès à ces ressources avant de signer tout accord.

Publié dans BIRMANIE | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...