• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 18 octobre 2014

En Chine, des pressions politiques obligent des bibliothèques associatives à fermer leurs portes

Posté par cercletibetverite le 18 octobre 2014

http://fr.globalvoicesonline.org/2014/10/17/176141/

En Chine, des pressions politiques obligent des bibliothèques associatives à fermer leurs portes

Traduction publiée le 17 Octobre 2014 12:56 GMT

Citizen-run libraries forced to shut down. Chinese social media image via China Digital Times.

Des bibliothèques associatives obligées de fermer. Photo des médias sociaux chinois de China Digital Times.

En Chine, les zones rurales n’ont pas les mêmes moyens d’éducation que les centres urbains plus riches. Ce fossé entre les deux est un problème connu de tous et de nombreuses associations se sont formées pour améliorer les conditions de vie dans la Chine rurale et s’assurer que les élèves de ces régions ne sont pas délaissés.

Les autorités chinoises, cependant, n’accueillent pas à bras ouverts les initiatives conduites pas les citoyens, et récemment un programme de bibliothèques indépendantes, la Bibliothèque Chinoise Rurale (CRL) a dû fermer ses portes sous la pression politique.

CRL a annoncé la fermeture de son programme de bibliothèques le 18 septembre 2014, sur la plateforme de blogs populaire Sina Weibo et a publié une lettre ouverte pour expliquer les pressions auxquelles elle devait faire face. La lettre est devenue virale en Chine et a par la suite été censurée par les autorités. Le site d’information indépendant China Digital Times a publié une  copie de cette lettre sur Google plus.

La lettre indique que le Ministère de la Culture, le Ministère de l’Education et les Services de Sécurité de la Police ont commencé à faire pression sur le programme de bibliothèque de CRL dès le mois de juin de cette année. Il est arrivé que les autorité s’en prennent aux livres qui parlent de religion. Un classique de sociologie, par exemple, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme de Max Weber, a été confisqué. La plateforme de recrutement des bénévoles en ligne et la boutique de souvenirs a également dû fermer. En septembre, 19 bibliothèques dans le pays avaient dû fermer. CRL affirme qu’ “aucune de ses bibliothèques n’a été fermée de son fait pour mauvaise gestion”.

Créé en 2007, CRL s’est donné pour mission d’ “aider les adolescents des zones rurales à devenir des citoyens sains et modernes” en leur donnant accès gratuitement aux livres. Au cours des sept dernières années, elle a créé des partenariats avec des écoles locales et des bibliothèques d’état, et mis en place 22 bibliothèques dans 11 provinces chinoises. Les programme est financé par des donations et fait appel aux bénévoles.

Le fondateur de CRL, Li Yingqiang, a obtenu un master en économie à l’Université de Pékin et a souhaité stimuler l’alphabétisation et l’éducation grâce aux bibliothèques publiques, après avoir constaté la mauvaise qualité de l’éducation dans la Chine rurale.

On suppose que les dons en provenance de l’étranger et les croyances chrétiennes de Li Yingqiang ont déplu aux autorités. Mais Li Yingqiang s’est expliqué en indiquant que l’association avait reçu un total de 15.000 € sous formes de petits dons en provenance d’une fondation allemande, et que cette fondation avait été créée par un chinois de l’étranger et que les dons provenaient de citoyens et d’associations chinois. En 2013, Li a quitté ses fonction de directeur général de CRL et a démissionné du poste de directeur fin 2014.

CRL étant une association non-politique et non-confessionnelle, la répression exercée au niveau national sur ses bibliothèques a été l’objet de nombreux commentaires en ligne. Un ancien bénévole de CRL donne une explication sur la fermeture de la bibliothèque de Zhihu sur un forum en ligne:

Le problème de CRL c’est qu’elle s’est développée trop rapidement. Alors que la plupart de ses programmes, dont les bibliothèques publiques, les vieux amis [programme de tutorat], le programme d’éducation pour les jeunes filles en zones rurales, n’en sont encore qu’aux balbutiements, le lancement audacieux et prématuré de l’Université Liren [camp d'été qui a dû être annulé] a fait chuter l’association.

L’éducation est un enjeu majeur pour la lutte idéologique contre les valeurs universelles de l’occident telles que les “droits de l’homme”. C’est pourquoi toute initiative ayant trait à l’éducation, qui sort du contrôle direct du parti Communiste Chinois, est interdite.

Un utilisateur de Weibo, ancien partisan de CRL, “A la poursuite du rêve vide” (@空空追梦), pense que la fermeture est le fait de problèmes de management plutôt que de pressions politiques.

Quel gâchis. Le programme de bibliothèques, qui était à l’origine le symbole même de la liberté, est devenu un programme de répression. Au lieu de réfléchir sur ce qui ne va pas, la direction ne cesse de mettre en avant les principes de la “citoyenneté” et des ONG et d’accuser la politique des autorités. C’est décourgeant de voir des gens qui ne prennent pas leurs responsabilités. Le moment est critique et étant ami de Liren, je dois mettre un bémol, sonner le glas et allumer le feu.

Un internaute bien connu de Weibo, “le mythe du travail social” (@社工迷思), pense que le problème trouve ses origines dans les relations entre les services gouvernementaux et le ONG:

La fermeture des bibliothèques Liren nous incite à réfléchir à l’explosion du “fort développement des organisations sociales”. L’intervention de l’administration est l’obstacle le plus important que doivent surmonter les ONG aujourd’hui. C’est déterminant pour que les organisations philanthropiques et la société civile puissent se développer harmonieusement en Chine.

Dans son blog,Shih-Hung Lo, un professeur taïwanais qui a étudié le développement de la société civile en Chine continentale, écrit:

En Chine continentale, il est devenu dangereux de travailler pour les associations et la société civile. Aussi distant soit-on de la politique, on peut devenir la cible de répression de la part des autorités. La fermeture des bibliothèques rurales est un signal inquiétant des conditions actuelles de la société sur le continent, et détruit les derniers espoirs de réforme progressive en Chine.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...