• Album : FREE TIBET
      <b>FREE TIBET</b> <br />
  • août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 15 août 2014

Les Avocats appellent une enquête sur les torture par les enquêteurs du Parti de la Chine

Posté par cercletibetverite le 15 août 2014

Les Avocats  appellent une enquête sur les torture par les enquêteurs du Parti de la Chine

15/08/2014
http://www.rfa.org/english/news/china/lawyers-08152014105321.html
china-rights-aug2014.gif

Les manifestants réclament droits de l’homme en Chine lors de la visite du président Xi Jinping à Bruxelles, Belgique 31 Mars 2014.

Les Avocats  appellent une enquête sur les torture par les enquêteurs du Parti de la Chine dans Chine icon-zoom AFP

Un groupe d’avocats a demandé une enquête sur les allégations de torture sous régime de discipline interne du Parti communiste chinois au pouvoir, connu sous le nom « shuanggui, » un groupe de l’homme basés à l’étranger, a déclaré vendredi.

Les avocats représentant un certain nombre d’anciens responsables du parti dans la province méridionale du Hunan disent les fonctionnaires ont eu lieu pendant des semaines en détention extrajudiciaire dans le système de shuanggui en attendant l’enquête, souvent pour corruption, groupe les Chinese Human Rights Defenders (CHRD) a dit.

Le groupe nommé l’une des victimes que l’ancien officiel du parc industriel Xiao Yifei de la comté Ningyuan de Hunan, qui a été détenu de Juin à Décembre 2012, puis réincarcéré le mois dernier, CHRD a déclaré dans un communiqué envoyé par courriel.

Pendant ce temps, Xiao a été pendu au plafond en armure de corps, les mains derrière le dos dans une position connaître comme « cochon suspendu, » avant d’être frappé avec un poteau en bois, il a dit.

Les agents de Ningyuan County Commission Contrôle de la Discipline du parti a également soumis Ning à la noyade simulée, la privation de nourriture, de froid extrême, les menaces et les insultes, le CHRD a cité les avocats »
lettre comme disant.

Xiao a été ré-arrêté par les mêmes officiers le 19 Juillet, qui dit sa femme a été déclenchée par sa tentative d’attirer l’attention sur les violations qu’il a subies en détention.

«Après mon mari a été libéré, il a tenté de poursuivre les fonctionnaires et leurs dirigeants pour agir illégalement, » la femme de Xiao, Ouyang Xiaohong dit RFA dans une interview après son mari a été ré-arrêté.

«Non seulement [ils] pas punis pour avoir enfreint la loi, ils sont passés de force à la force, se promus à des postes plus élevés et plus élevés », a déclaré Ouyang.

Elle a dit qu’elle croyait que les attaques contre son mari étaient une forme de représailles. « Il n’a rien fait de criminel», dit-elle.

Hors la loi

L’avocat des droits éminents Pu Zhiqiang, qui est lui-même actuellement en détention sur des accusations d’ordre public après avoir assisté à un marquant le 25e anniversaire de la répression militaire de la place Tiananmen événement, a déclaré à plusieurs reprises que le système de shuanggui en vertu de laquelle la partie enquête sur ses propres fonctionnaires est entièrement en dehors du droit.

Wang Jinxiang, qui gère l’observatoire populaire site Web «La Chine Web Monitor», a convenu.

« D’un point de vue juridique, le système de shuanggui utilisé par les organisations du parti est assez inapproprié », a déclaré Wang. « Les organisations du Parti doivent avoir à utiliser le droit de prendre des mesures contre les personnes. »

Il a dit aveux par la torture rarement se tenaient devant les tribunaux.

«Les cas qui reposent sur les aveux forcés développent généralement des problèmes sur la ligne », a déclaré Wang. « Ils ne résistent pas à l’épreuve du temps. »

Ouyang a dit que la détention de son mari était un exemple de la façon dont partie inexplicable procédures disciplinaires sont.

« Les gens qui ont arrêté mon mari … ne produisent pas un document d’identité, et ils étaient habillés en civil, » dit-elle. «Ils ont emmené mon mari dans une voiture ordinaire, sans inscription de la police. »

Crackdown

Les autorités chinoises ont déjà sévi sur toute personne essayant d’apporter des abus du système de shuanggui à l’attention du public, cependant.

En Novembre 2012, l’ancien procureur de la République-s’est-dénonciateur Shen Liangqing a été empêché de se rendre à Hong Kong pour le lancement de son livre sur le système de shuanggui par la police, qui le tenaient en détention officieux dans une station touristique.

Le livre de Shen, intitulé «shuanggui: un rapport d’enquête par un ancien procureur » dépeint les enquêteurs de la partie «faire tout ce qu’ils veulent » au nom de la lutte contre la corruption, il a écrit en ligne au moment de son lancement.

Après son arrivée au pouvoir en 2012, le Président Xi Jinping a lancé une enquête pour corruption de haut niveau ciblant les «tigres» de haut rang et de rang inférieur « mouches » ressemblent. Toutefois, les autorités ont emprisonné un certain nombre de militants virulents qui ont appelé les dirigeants à révéler leurs actifs publiquement.

Commission de la partie centrale de Contrôle de la Discipline (CCCD), qui administre le système de shuanggui, a annoncé le mois dernier qu’elle allait commencer une enquête pour corruption visant l’ancien tsar de la sécurité Zhou Yongkang, le plus haut fonctionnaire à étudier public depuis le régime communiste a commencé.

Cependant, les avocats disent système « shuanggui » est un retour à l’époque de Mao de tribunaux fantoches et «séances de lutte » politiques qui prenaient les décisions du Parti comme une forme de loi.

Le système pour interroger les membres du parti se reflète par un système similaire pour les enquêtes internes dans les fonctionnaires qui ne sont pas membres du parti.

Rapporté par Wen Jian pour le service Mandarin de RFA. Traduit et écrit en anglais par Luisetta Mudie.

Publié dans Chine, Tibet | Pas de Commentaire »

Les mineurs doivent être épargnés de la violence des corridas

Posté par cercletibetverite le 15 août 2014

 

Les mineurs doivent être épargnés de la violence des corridas

15 août 2014 |  Par Jean-Paul Richier

 

Le Comité des Droits de l’Enfant, organe de l’ONU, dans le cadre de son rapport sur le Portugal en février dernier, a recommandé de protéger les mineurs de la violence des corridas. En cette période estivale de férias, des professionnels de la psychologie et du droit interpellent le gouvernement français sur les mesures qu’il compte prendre.

 

infancia-sin-violencia2.jpg 

 En France, les corridas sont interdites sur les neuf-dixièmes du territoire français dans le cadre des « sévices graves et actes de cruauté » sur animaux (article 521-1 du code pénal), mais sont tolérées dans une soixantaine de municipalités situées dans onze départements du Sud, au titre de la « tradition ».

A l’échelon international, les courses de taureaux sanglantes se pratiquent encore dans 8 pays, dont 3 en Europe : l’Espagne, le Portugal et la France.

Au Portugal, des lances et des banderilles sont plantées par un cavalier dans le taureau, puis celui-ci est achevé hors la vue du public.

Les 7 autres pays (dont la France) pratiquent essentiellement des corridas espagnoles : des piques et des banderilles sont plantées dans le taureau, puis celui-ci est mis à mort en public.

Depuis ces dernières décennies, les corridas font l’objet d’une contestation croissante dans les 8 pays où elles sont pratiquées. Elles symbolisent en effet des conceptions devenues négatives à la lumière des avancées éthiques et scientifiques : le goût de la violence et de la souffrance, le mépris de la sensibilité des animaux, et la domination impérative de l’homme sur la nature.

Et dans tous ces pays, depuis une dizaine d’années, s’est ajoutée une logique de protection de la jeunesse. Dans le sud de la France, non seulement les mineurs ont librement accès aux corridas, mais ils bénéficient souvent de la gratuité. De plus, il existe dans les municipalités de Nîmes (30), d’Arles (13), de Béziers (34) et de Cauna (40), des écoles taurines, associations bénéficiant le plus souvent de subventions publiques, dont l’objet est d’entraîner les enfants, dès 10 ans, à planter des banderilles et des épées dans des veaux.

Des scientifiques et des juristes se sont inquiétés des effets de la corrida sur les mineurs, notamment les effets traumatiques et l’accoutumance à la violence.

Cette année, une étape capitale a été franchie en ce sens à l’échelon international. En février 2014, le Comité des Droits de l’Enfant, organe de l’ONU chargé de veiller à l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant, a fait part de ses préoccupations concernant l’impact des corridas sur les mineurs (dans le cadre de cette Convention, le terme « enfant » siginifie mineur de 18 ans).

En effet, dans son rapport du 5 février 2014 sur les droits de l’enfant au Portugal, le Comité s’est déclaré préoccupé par l’impact de la violence des corridas sur les enfants, et a explicitement exhorté l’État, d’une part à prendre des mesures visant à protéger les enfants des corridas, d’autre part à mener des campagnes de sensibilisation sur l’impact envers les enfants de la violence physique et mentale liée aux corridas.

Plusieurs professionnels français de la psychologie et du droit (*), au nom de leurs confrères qui partagent cette préoccupation, ont donc adressé une LETTRE OUVERTE au président Hollande et aux ministres concernés pour leur demander quelles mesures ils comptaient mettre en œuvre. D’autant que le Comité des Droits de l’Enfant doit rendre son rapport sur la France en octobre 2015.

Ils demandent notamment au gouvernement quel âge minimum il entend imposer pour l’assistance, la participation, et l’entraînement aux spectacles tauromachiques sanglants, et quelle est sa position vis-à-vis des écoles taurines dédiées à la corrida espagnole.

Chaque relais de cette lettre auprès du Président et du Premier ministre sera le bienvenu !

Bien entendu, les signataires ont parfaitement conscience des autres formes de violences auxquelles sont soumis les mineurs, en France comme à l’étranger. A commencer par les dramatiques violences dont ceux-ci sont actuellement victimes dans plusieurs régions du Proche-Orient, et auxquelles personne ne peut rester indifférent. Mais le pire, fût-il extrême, ne saurait justifier le « moins pire », sauf à relever des sophismes que dénonçait le philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, spécialiste de l’éthique comme du droit international, justement à propos de la corrida comme telle.

 

Les signataires sont :

Pr Laurent BÈGUE, Professeur de Psychologie sociale à l’Université de Grenoble, directeur de la MSH-Alpes, membre honoraire de l’IUF, membre du Comité scientifique de la délégation ministérielle contre les violences en milieu scolaire.

Pr Jacques LEROY, Professeur de Droit à l’Université d’Orléans, Doyen honoraire.

Pr Jean-Pierre MARGUÉNAUD, Professeur de Droit à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de Limoges, Chercheur à l’Institut de Droit Européen des droits de l’Homme de l’Université de Montpellier I.

Pr Hubert MONTAGNER, Docteur ès Sciences, Professeur des Universités en retraite, ancien Directeur de recherche et ancien Directeur de l’Unité « Enfance inadaptée » à l’INSERM

Dr Jean-Paul RICHIER, psychiatre, praticien hospitalier, coordinateur du collectif PROTEC (http://www.collectif-protec.fr)

Publié dans France | Pas de Commentaire »

Les chaînes de télé chinoises doivent diffuser plus de séries patriotiques

Posté par cercletibetverite le 15 août 2014

http://www.rtbf.be/info/medias/detail_les-chaines-de-tele-chinoises-doivent-diffuser-plus-de-series-patriotiques?id=8333606

 

Les chaînes de télé chinoises doivent diffuser plus de séries patriotiques

MEDIAS | jeudi 14 août 2014 à 16h19

 
 
Les autorités chinoises ont ordonné aux chaînes de télévision du pays de mettre à l’honneur pendant deux mois des séries « patriotiques » et « antifascistes », selon des médias, alors que Pékin intensifie sa propagande sur fond de tensions avec le Japon.

La télévision chinoise passe déjà, ad nauseam, d’innombrables séries à coloration « patriotique« , mettant notamment en scène la guerre sino-japonaise des années 1930-1940 ou bien des épisodes édifiants de l’histoire du Parti communiste.

Mais selon le portail d’informations Netease, qui cite sous couvert d’anonymat des professionnels du secteur, les chaînes chinoises par satellite -contrôlées par les gouvernements provinciaux- se sont vues ordonner d’intensifier le rythme de diffusion de telles séries et de les programmer en prime time.

La mesure s’appliquera à partir de début septembre jusqu’à fin octobre, selon Netease -une période qui englobe donc les congés du 1er octobre, fête nationale célébrant la victoire des communistes sur les forces nationalistes en 1949.

Mais quels programmes peuvent être considérés comme « patriotique« ? Un employé de la télévision de Shanghai, interrogé par le site d’infos, offre quelques précisions à cet égard.

Selon lui, l’intitulé comprend « probablement » les histoires dont les héros « défendent le pays« , créent leur entreprise, font preuve de « solidarité interethnique« , ou encore montrent des relations familiales solides -sans disputes entre parents.

« Les séries antijaponaise font assurément partie du lot« , a-t-il ajouté, en référence aux programmes qualifiés d’ »antifascistes« , inspirés par la résistance contre l’occupation japonaise.

Ces consignes interviennent alors que les relations entre Pékin et Tokyo ne cessent de se dégrader, envenimées par un différend territorial en mer de Chine orientale, ainsi que par des contentieux historiques, notamment au sujet des guerres passées.

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

Dissident chinois Gao « complètement détruit » Suite à la torture dans la prison

Posté par cercletibetverite le 15 août 2014

Dissident chinois Gao « complètement détruit » Suite à la torture dans la prison

En Parameswaran Ponnudurai
14/08/2014
 
china-gao-zhisheng-nov-2005.jpg

Gao Zhisheng lors d’un entretien dans son bureau de Pékin, dans un fichier photo.

Dissident chinois Gao AFP

Une semaine après que les autorités en Chine libérés éminent dissident Gao Zhisheng, sa femme, dit-il a été gravement torturé en prison à un point où un groupe de droits de l’homme estime qu’il a été « totalement détruit. »

«Je suis complètement dévasté par ce que le gouvernement chinois a fait à mon mari, » aux États-Unis Geng He a dit après avoir parlé avec lui et d’entendre de sa famille à propos de «l’immense souffrance » de Gao après sa libération d’une prison dans la région du Xinjiang à distance sur 7 août.

« La seule chose que je craignais plus que lui d’être tué était son souffre torture implacable et horrible et maintenu en vie, » dit-elle, selon un communiqué de Freedom Now, un groupe basé à Washington qui milite pour les prisonniers de conscience, y compris Gao.

Freedom Now dit le 52-year-old Gao, qui est maintenant de rester avec la sœur de sa femme dans la région du Xinjiang ouest de la Chine, en vertu d’une montre ronde-le-horloge par des agents de sécurité chinois « , a été complètement détruite. »

« Il peut à peine parler, et seulement dans de très courtes phrases-la plupart du temps il marmonne et est inintelligible, » il a dit. «On croit qu’il souffre aujourd’hui d’un large éventail de problèmes physiques et de santé mentale; il n’a pas été autorisé à voir un médecin depuis sa libération.  »

Avocat international de Gao Jared Genser a dit qu’il était « le coeur brisé » pour Geng He et ses deux enfants qui ont fui aux États-Unis en 2009.

« Nous savions que si Gao n’a pas été tué, il aurait énormément souffert. Mais la situation est bien pire que mon imagination limitée m’a permis de contempler.  »

L’avocat des droits de l’homme

Une fois un éminent avocat salué par le Parti communiste au pouvoir en Chine, Gao est tombée encontre du gouvernement après avoir défendu des personnes les plus vulnérables de la Chine, y compris les chrétiens, les mineurs de charbon, et les adeptes du mouvement spirituel interdit Falun Gong.

Il a passé la majeure partie de la dernière décennie disparaître à plusieurs reprises dans des prisons secrètes et de subir la torture.

Depuis sa libération de la prison du Xinjiang, la famille a appris quelques détails terribles sur la façon dont il a été traité en prison, Freedom Now dit.

À partir du moment de sa réapparition en prison Shaya en Décembre 2011, Gao a eu lieu dans une petite cellule, avec un éclairage minimal, et les gardes ont été strictement consigne de ne pas parler avec lui, le groupe de l’homme a dit.

Il n’a pas été autorisé tout le matériel de lecture, la télévision, ou l’accès à quiconque ou quoi que ce soit.

Il a été alimenté une seule tranche de pain et un morceau de chou, une fois par jour; en conséquence, il a perdu environ 22,5 kg (50 livres) et pèse maintenant environ 59 kg (130 livres), Freedom House.

Gao a perdu beaucoup de dents de la malnutrition, il a dit.

On pense qu’il était aussi « à plusieurs reprises torturé physiquement. »

« Malheureusement, il est difficile d’obtenir beaucoup plus que des informations de base de lui. »

Le soutien des États-Unis

Les États-Unis a soulevé le cas de Gao publiquement et en privé avec des responsables chinois au plus haut niveau et continuera de le faire, porte-parole du département d’Etat Marie Harf a déclaré aux journalistes jeudi.

«Nous exhortons les autorités chinoises de ne pas imposer de restrictions sur son mouvement pour qu’il puisse être en mesure de voyager librement et être réuni avec sa famille», dit-elle.

Geng He, qui vit en Californie, a déclaré qu’elle et ses enfants avaient été « chanceux d’avoir eu la protection des États-Unis depuis leur arrivée » dans le pays en Mars de 2009.

« Nous avons désespérément besoin de l’aide de notre pays d’adoption et du président [Barack] Obama et la secrétaire [d'État John] Kerry personnellement pour demander au gouvernement chinois de permettre à mon mari de venir aux États-Unis pour un traitement médical. »

« Si le président Xi Jinping a un sens de la décence ou l’humanité, après avoir écrasé mon mari à la fois physiquement et psychologiquement, le moins qu’il puisse faire est de me permettre comme une épouse dévouée pour s’occuper de lui. »

Genser a dit que tandis que la Chine était une grande puissance dans le 21e siècle, « l’inhumanité et la brutalité qu’il a démontré par la torture de Gao Zhisheng montre sa profonde insécurité et de peur de personne dans sa population qui résiste à la répression. »

Publié dans Chine | Pas de Commentaire »

 

Nina |
Le blog de Choune |
Coordination pour la Défens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vrankennathalie
| Algérie, monde arabe
| Bienvenue à SAINT-CYR-SUR-M...